Calvinisme contre arminianisme - quel point de vue est correct ?

Réponse



Le calvinisme et l'arminianisme sont deux systèmes de théologie qui tentent d'expliquer la relation entre la souveraineté de Dieu et la responsabilité de l'homme en matière de salut. Le calvinisme tire son nom de Jean Calvin, un théologien français qui a vécu de 1509 à 1564. L'arminianisme tire son nom de Jacobus Arminius, un théologien néerlandais qui a vécu de 1560 à 1609.




Les deux systèmes peuvent être résumés en cinq points. Le calvinisme tient à la dépravation totale de l'homme tandis que l'arminianisme tient à la dépravation partielle. La doctrine calviniste de la dépravation totale déclare que chaque aspect de l'humanité est corrompu par le péché ; par conséquent, les êtres humains sont incapables de venir à Dieu de leur propre chef. La dépravation partielle déclare que chaque aspect de l'humanité est souillé par le péché, mais pas dans la mesure où les êtres humains sont incapables de placer leur foi en Dieu de leur propre chef. Remarque : l'arminianisme classique rejette la dépravation partielle et a une vision très proche de la dépravation totale calviniste (bien que l'étendue et la signification de cette dépravation soient débattues dans les cercles arminiens). En général, les arminiens croient qu'il existe un état intermédiaire entre la dépravation totale et le salut. Dans cet état, rendu possible par la grâce prévenante, le pécheur est attiré vers Christ et a la capacité donnée par Dieu de choisir le salut.

Le calvinisme inclut la croyance que l'élection est inconditionnelle, tandis que l'arminianisme croit en l'élection conditionnelle. L'élection inconditionnelle est le point de vue selon lequel Dieu élit des individus pour le salut en se basant entièrement sur sa volonté, et non sur quelque chose d'intrinsèquement digne de l'individu. L'élection conditionnelle stipule que Dieu élit des individus pour le salut sur la base de sa prescience de qui croira en Christ pour le salut, ainsi à la condition que l'individu choisisse Dieu.



Le calvinisme voit l'expiation comme limitée, tandis que l'arminianisme la voit comme illimitée. C'est le plus controversé des cinq points. L'expiation limitée est la croyance que Jésus n'est mort que pour les élus. L'expiation illimitée est la croyance que Jésus est mort pour tous, mais que sa mort n'est effective que lorsqu'une personne le reçoit par la foi.



Le calvinisme inclut la croyance que la grâce de Dieu est irrésistible, tandis que l'arminianisme dit qu'un individu peut résister à la grâce de Dieu. La grâce irrésistible soutient que lorsque Dieu appelle une personne au salut, cette personne viendra inévitablement au salut. La grâce résistible déclare que Dieu appelle tout le monde au salut, mais que beaucoup de gens résistent et rejettent cet appel.

Le calvinisme tient à la persévérance des saints tandis que l'arminianisme tient au salut conditionnel. La persévérance des saints fait référence au concept selon lequel une personne élue par Dieu persévérera dans la foi et ne reniera pas le Christ de façon permanente ni ne se détournera de lui. Le salut conditionnel est le point de vue selon lequel un croyant en Christ peut, de son plein gré, se détourner de Christ et ainsi perdre le salut. Remarque - de nombreux arminiens nient le 'salut conditionnel' et s'en tiennent plutôt à la 'sécurité éternelle'.

Donc, dans le débat calvinisme contre arminianisme, qui a raison ? Il est intéressant de noter que dans la diversité du corps du Christ, il y a toutes sortes de mélanges de calvinisme et d'arminianisme. Il y a des calvinistes à cinq points et des arminiens à cinq points, et en même temps des calvinistes à trois points et des arminiens à deux points. De nombreux croyants arrivent à une sorte de mélange des deux points de vue. En fin de compte, nous sommes d'avis que les deux systèmes échouent dans la mesure où ils tentent d'expliquer l'inexplicable. Les êtres humains sont incapables de saisir pleinement un tel concept. Oui, Dieu est absolument souverain et sait tout. Oui, les êtres humains sont appelés à prendre une véritable décision de placer la foi en Christ pour le salut. Ces deux faits nous semblent contradictoires, mais dans l'esprit de Dieu, ils ont un sens parfait.

Top