Un athée peut-il être une bonne personne morale ?

Réponse



Un athée peut-il agir de manière morale et éthique ? Certes, il le peut. Tous les humains conservent encore l'image de Dieu sur eux, même après la chute d'Adam et Eve dans le péché. L'image de Dieu a été effacée à la chute, mais elle n'a pas été effacée, et ainsi l'homme comprend toujours le bien et le mal, peu importe combien de personnes essaient de dire le contraire. Même les athées réagissent à cette connaissance inhérente du bien et du mal, certains allant même jusqu'à mener une vie exemplaire.

C.S. Lewis l'a dit ainsi : C.S. Lewis l'a bien décrit. Il a noté que si un homme en voit un autre en danger, le premier réflexe est de se précipiter pour l'aider (altruisme). Mais une deuxième voix intérieure intervient et dit : Non, ne te mets pas en danger, ce qui est conforme à l'auto-préservation. Mais alors une troisième voix intérieure dit : Non, tu devrais aider. D'où vient cette troisième voix, demande Lewis ? C'est ce qu'on appelle le devoir de la vie. La moralité est ce que les gens font, mais l'éthique décrit ce que les gens devraient faire. Et oui, les gens savent ce qu'ils doivent faire, mais cela ne signifie pas qu'ils agissent toujours selon cette connaissance.



La différence entre l'athée et le chrétien dans ce sens est que l'athée peut agir de manière éthique pour certaines raisons (par exemple, ne pas vouloir aller en prison, cela perturbe l'ordre social, cela les fait bien paraître aux autres, etc.), mais il n'a aucune raison ultime d'agir éthiquement parce qu'il n'y a pas d'autorité morale ultime qui existe sur chaque domaine de sa vie. Sans cette autorité ultime, chaque athée définit la moralité selon ses propres termes, bien que sa moralité soit influencée par les vestiges de la moralité de l'image de Dieu à l'intérieur, ainsi que par les restrictions et les contraintes de la culture et de la société dans lesquelles l'athée existe.



Le chrétien, d'autre part, agit moralement à partir de la connaissance de la loi morale donnée par Dieu dans sa Parole et d'un amour pour le Législateur lui-même. De plus, cette connaissance est continuellement augmentée et personnalisée par l'Esprit de Dieu qui demeure en nous, dont la tâche est d'amener le chrétien dans toute la vérité (Jean 16 :13). De l'intérieur des croyants, Il nous dirige, nous guide, nous réconforte et nous influence, tout en produisant en nous le fruit de l'Esprit (Galates 5 :22-23). Pour l'athée qui est sans l'Esprit, la vérité de Dieu est une folie, parce qu'elle est spirituellement discernée (1 Corinthiens 2:14), et le seul fruit de la justice est la propre justice, pas la justice de Christ.

Face à une situation qui demande à la fois au chrétien et à l'athée de faire des choix moraux, une situation dans laquelle les contraintes sociétales sont levées, la réaction de chacun sera très différente. Si une société juge moralement acceptable de tuer des bébés à naître, par exemple, l'athée ne voit aucune raison de s'opposer à cette pratique. Sa propre loi morale lui dit même que c'est la chose compatissante à faire dans les cas où l'enfant est le résultat d'un viol ou d'un inceste. Le chrétien, cependant, sait que l'avortement est mauvais parce que ses choix moraux sont fondés sur le Législateur moral qui a déclaré que toute vie humaine était sacrée parce qu'elle est créée à l'image de Dieu. Le Législateur a proclamé, Tu ne tueras pas (Exode 20:13) et, pour le chrétien, c'est la fin.



Alors, un athée peut-il agir de manière éthique ? Certes, mais il n'a aucune raison ultime de le faire et aucune autorité ultime vers laquelle se tourner pour s'assurer que sa ligne est bien droite et inflexible.

Top