Les âmes des bébés avortés vont-elles au paradis ?

Réponse



L'avortement tel que nous le connaissons aujourd'hui n'était pas pratiqué à l'époque biblique, et la Bible ne mentionne jamais spécifiquement la question de l'avortement. Il ressort clairement des Écritures qu'un bébé à naître est connu du Seigneur, même dès le moment de la conception (Psaume 139:13-16). Bien que la Bible ne mentionne pas l'avortement ou les bébés avortés, nous avons deux clés pour nous aider à débloquer la réponse à la question de savoir si les âmes des bébés avortés vont au ciel.

La première clé provient du seul passage de la Bible où quelque chose de spécifique est dit au sujet de la mort des nourrissons. Dans 2 Samuel 12, nous apprenons la liaison de David avec Bethsabée, la femme d'un autre homme. David a été informé par le prophète Nathan que l'enfant produit par cette union mourrait. David a alors commencé à jeûner et à prier, demandant au Seigneur de ne pas exécuter son jugement. Quand l'enfant est mort, David s'est levé de la prière et du jeûne et a mangé quelque chose.



Interrogé sur ce comportement, David a prononcé les mots enregistrés dans 2 Samuel 12:23, Maintenant il est mort; pourquoi devrais-je jeûner? Puis-je le ramener à nouveau ? J'irai vers lui, mais il ne reviendra pas vers moi. Les paroles de David reflètent une compréhension claire que l'enfant ne pourrait pas revenir sur terre, mais David serait avec son enfant un jour au ciel. Cela indique non seulement l'assurance de David de son propre avenir dans les cieux (Psaume 23: 6), mais aussi l'assurance que son enfant partagerait cet avenir. De ce récit, nous pouvons conclure que les enfants qui meurent sont destinés au ciel.



La deuxième clé pour traiter cette question est une compréhension du caractère et des attributs de Dieu. Un Dieu de justice doit punir le péché, car la Bible nous enseigne que le salaire du péché, c'est la mort (Romains 6 :23). Ni un enfant à naître ni un bébé avorté n'ont eu l'occasion de délibérément péché; cependant, chaque enfant conçu porte la nature pécheresse héritée d'Adam (Psaume 51:5) et est donc sujet au jugement. En même temps, Dieu se révèle comme un Dieu de bonté et de miséricorde (Psaume 136 :26). Il fait grâce dans toutes ses œuvres (Psaume 145:17). Il se pourrait très bien que Dieu, dans sa grâce, applique le sacrifice du Christ aux victimes à naître de l'avortement. Nous savons que le sang de Christ est suffisant pour une telle chose. Après tout, Jésus est mort pour les péchés du monde entier (1 Jean 2 :2).

La Bible ne dit pas spécifiquement si oui ou non un enfant à naître qui meurt va au ciel. Sans un passage clair, nous ne pouvons que spéculer. Cependant, nous connaissons l'amour, la bonté et la compassion de Dieu. Nous savons que David était confiant qu'il serait de nouveau avec son enfant. Et nous savons que Jésus a invité les enfants à venir à lui (Luc 18 :16). Sur la base de ces garanties, nous croyons qu'il est approprié de conclure que les âmes des enfants sont immédiatement en présence de Dieu lorsque leur vie est interrompue par l'avortement.



Partie 2 : Si les bébés avortés vont au paradis, pourquoi l'avortement est-il mauvais ?

Top