1 Pierre 3 :21 enseigne-t-il que le baptême est nécessaire au salut ?

Réponse



Comme pour tout verset ou passage, nous discernons ce qu'il enseigne en le filtrant d'abord à travers ce que nous savons que la Bible enseigne sur le sujet en question. Dans le cas du baptême et du salut, la Bible est claire sur le fait que le salut s'obtient par la grâce par la foi en Jésus-Christ, et non par des œuvres de quelque nature que ce soit, y compris le baptême (Éphésiens 2 : 8-9). Ainsi, toute interprétation qui arrive à la conclusion que le baptême, ou tout autre acte, est nécessaire au salut, est une interprétation erronée. Pour plus d'informations, veuillez visiter notre page Web sur ' Le salut est-il par la foi seule, ou par la foi plus les œuvres ? '

Ceux qui croient que le baptême est requis pour le salut n'hésitent pas à utiliser 1 Pierre 3:21 comme texte de preuve, car il déclare que le baptême vous sauve maintenant. Pierre disait-il vraiment que le fait d'être baptisé est ce qui nous sauve ? S'il l'était, il contredirait de nombreux autres passages de l'Écriture qui montrent clairement que les gens sont sauvés (comme en témoigne leur réception du Saint-Esprit) avant d'être baptisés ou sans être baptisés du tout. Un bon exemple de quelqu'un qui a été sauvé avant d'être baptisé est Corneille et sa famille dans Actes 10. Nous savons qu'ils ont été sauvés avant d'être baptisés parce qu'ils avaient reçu le Saint-Esprit, qui est la preuve du salut (Romains 8 : 9 ; Éphésiens 1:13; 1 Jean 3:24). La preuve de leur salut était la raison pour laquelle Pierre leur a permis d'être baptisés. D'innombrables passages de l'Écriture enseignent clairement que le salut vient quand on croit en l'Évangile, moment auquel on est scellé en Christ par le Saint-Esprit de la promesse (Éphésiens 1 : 13).



Heureusement, cependant, nous n'avons pas à deviner ce que Pierre veut dire dans ce verset, car il clarifie cela pour nous avec l'expression non pas l'élimination de la saleté de la chair, mais un appel à Dieu pour une bonne conscience. Alors que Pierre relie le baptême au salut, ce n'est pas à l'acte d'être baptisé qu'il se réfère (pas à l'enlèvement de la saleté de la chair). Être immergé dans l'eau ne fait que laver la saleté. Ce à quoi Pierre fait référence est ce que représente le baptême, qui est ce qui nous sauve (un appel à Dieu pour une bonne conscience par la résurrection de Jésus-Christ). En d'autres termes, Pierre relie simplement le baptême à la croyance. Ce n'est pas la partie mouillée qui sauve mais l'appel à Dieu pour une conscience pure qui est signifié par le baptême, qui nous sauve. L'appel à Dieu vient toujours en premier. D'abord la croyance et la repentance, puis nous sommes baptisés pour nous identifier publiquement au Christ.



Une excellente explication de ce passage est donnée par le Dr Kenneth Wuest, auteur de Word Studies in the Greek New Testament. Le baptême d'eau est clairement dans l'esprit de l'apôtre, pas le baptême par le Saint-Esprit, car il parle des eaux du déluge comme sauvant les occupants de l'arche, et dans ce verset, du baptême sauvant les croyants. Mais il dit qu'il ne les sauve que comme contrepartie. C'est-à-dire que le baptême d'eau est la contrepartie de la réalité, le salut. Il ne peut être enregistré qu'en tant que contrepartie, pas réellement. Les sacrifices de l'Ancien Testament étaient des contreparties de la réalité, le Seigneur Jésus. Ils n'ont pas réellement sauvé le croyant, seulement en forme. Il n'est pas soutenu ici que ces sacrifices sont analogues au baptême d'eau chrétien. L'auteur les utilise simplement comme une illustration de l'utilisation du mot « homologue ».

« Ainsi, le baptême d'eau ne sauve que celui qui croit au type. Le Juif de l'Ancien Testament a été sauvé avant d'apporter l'offrande. Cette offrande n'était que son témoignage extérieur qu'il plaçait sa foi en l'Agneau de Dieu dont ces sacrifices étaient un type... Le baptême d'eau est le témoignage extérieur de la foi intérieure du croyant. La personne est sauvée au moment où elle place sa foi dans le Seigneur Jésus. Le baptême d'eau est le témoignage visible de sa foi et du salut qu'il a reçu en réponse à cette foi. Pierre prend soin d'informer ses lecteurs qu'il n'enseigne pas la régénération baptismale, c'est-à-dire qu'une personne qui se soumet au baptême est ainsi régénérée, car il dit, 'pas l'enlèvement de la souillure de la chair.' Le baptême, explique Pierre, ne lave pas la souillure de la chair, ni au sens littéral comme un bain pour le corps, ni au sens métaphorique comme une purification pour l'âme. Aucune cérémonie n'affecte vraiment la conscience. Mais il définit ce qu'il entend par salut, dans les mots « la réponse d'une bonne conscience envers Dieu », et il explique comment cela s'accomplit, à savoir, « par la résurrection de Jésus-Christ », en ce que le pécheur croyant est identifié avec Lui dans cette résurrection.



Une partie de la confusion sur ce passage vient du fait qu'à bien des égards, le but du baptême en tant que déclaration publique de sa foi en Christ et de son identification avec Lui a été remplacé par la prise d'une décision pour Christ ou la prière d'un pécheur. Le baptême a été relégué à quelque chose qui se fait plus tard. Pourtant, pour Pierre ou n'importe lequel des chrétiens du premier siècle, l'idée qu'une personne confesserait le Christ comme son Sauveur et ne serait pas baptisée dès que possible aurait été inouïe. Il n'est donc pas surprenant que Pierre considère le baptême comme presque synonyme de salut. Pourtant, Pierre précise dans ce verset que ce n'est pas le rituel lui-même qui sauve, mais le fait que nous sommes unis à Christ dans sa résurrection par la foi, le gage d'une bonne conscience envers Dieu par la résurrection de Jésus-Christ (1 Pierre 3:21).

Par conséquent, le baptême dont Pierre dit qu'il nous sauve est celui qui est précédé par la foi dans le sacrifice propitiatoire de Christ qui justifie le pécheur injuste (Romains 3 :25-26 ; 4 :5). Le baptême est le signe extérieur de ce que Dieu a fait par le lavage de la régénération et le renouvellement par le Saint-Esprit (Tite 3 : 5).

Top