En 2015, l’aventure Tout Autre Chose ne fait que commencer

Et si 2015, sonnait le début de Tout Autre Chose ? La renaissance de l’optimisme et du bonheur de penser autrement ?

Et si et si… Et si on parlait concrètement ?

Notre mouvement n’a qu’une quinzaine de jours et a suscité une certaine réjouissance, tel un vent frais dans la morosité ambiante. Beaucoup d’espoirs, et dès lors, aussi, beaucoup d’attentes et de pressions.

Vous êtes nombreux à nous poser cette question légitime : « Tout Autre Chose, mais quelle est cette Chose ? Quelles alternatives concrètes proposez-vous ? ». Nous ne proposons pas un mouvement clef sur porte, mais l’encouragement, la valorisation, la diffusion des idées, des initiatives qui démontrent qu’il existe des alternatives à l’austérité, à la réduction des droits et des libertés, à l’augmentation des inégalités, à l’assèchement de la science et de la culture : des alternatives centrées sur l’émancipation de l’individu, le respect de l’environnement, le renforcement des solidarités.

Nous en sommes conscients : nombreux sont les collectifs, associations ou réseaux qui luttent et s’organisent depuis des mois et des années autour de thématiques qui sont au cœur de nos préoccupations. Nous ne voulons pas nous substituer à eux, mais au contraire, comme plateforme, amplifier leurs actions, développer les passerelles, les rencontres et les débats entre des personnes et des collectifs partageant des valeurs fondamentales communes. Nous ne pourrons construire qu’ensemble.

Un aperçu des étapes du mouvement en 2015

  1. Pour l’heure, notre objectif est double :

  • Toucher un maximum de citoyens, faire signer l’appel, faire connaître le mouvement, recueillir des propositions d’implication concrètes, tant individuelles que collectives.

  • Renforcer les liens avec d’autres mouvements, dans le cadre de premières actions et mobilisations créatives et originales. Nous avons déjà participé le 6 janvier à l’action symbolique sur l’exclusion des 31.500 chômeurs, aux côtés des Acteurs du temps présent et de Hart boven hard.

       Nous en sommes à cette étape.

  1. Dans un deuxième temps, nous espérons qu’il y aura une amplification du mouvement et une constitution de groupes locaux. Nous organiserons la première Assemblée générale du mouvement en février. A cette occasion, conjointement avec Hart boven hard, nous présenterons dix vœux du cœur, une déclinaison des dix thématiques qui baliseront l’année 2015. Chacun pourra se les approprier, et les retravailler, en ligne ou via les assemblées locales, pour faire émerger des alternatives concrètes dans l’étape suivante. Nous débuterons un processus de vulgarisation de la critique des politiques d’austérité.

  1. Dans un troisième temps, nous espérons que des assemblées citoyennes locales ravivent le débat public à l’échelon le plus proche des citoyens. L’idée est d’articuler alternatives politiques et alternatives locales concrètes pour construire ensemble… Tout Autre Chose.

Pour suivre pas à pas ce processus et y contribuer, suivez notre agenda et notre page Facebook.

En attendant mi-janvier

9.000 signatures et une page Facebook suivie par plus de 11.500 personnes. Mais, nous n’y avons énoncé que nos intentions. Nous sommes le petit poucet dans le mouvement social et citoyen belge. Nous devons nous organiser, pour pérenniser notre action. Un mouvement citoyen aux ambitions comme les nôtres doit pouvoir s’émanciper de la précipitation même s’il y « urgence de faire ».

Nous avons déjà reçu énormément de sollicitations auxquelles nous répondons petit à petit. Des personnes proposant un soutien administratif ou une aide organisationnelle pour les actions de terrain, des chercheurs aguerris, des illustrateurs, ou encore des spécialistes de la démocratie délibérative : nous avons besoin de tous ces apports et de bien d’autres encore. Nous avons besoin de toutes les forces vives. Il est encore temps de s’impliquer et de faire signer l’appel à toutes vos connaissances, à titre personnel ou au nom d’un collectif.

En 2015, Tout Autre Chose ne fait que commencer.
Êtes-vous de la partie ?

Vous devez être connecté(e) pour laisser un commentaire.