Enjeux climatiques et énergétiques mal connus

ParBernard Delvaux

Enjeux climatiques et énergétiques mal connus

TAE-enjeux climatiques

Une part importante des élèves ont une connaissance limitée ou fausse en matière de changement climatique et d’épuisement des ressources énergétiques. Une opinion de l’APED.

En avril et mai dernier, l’Aped a organisé une vaste enquête en Flandre et en Fédération Wallonie-Bruxelles, auprès de plus de 3000 élèves de fin d’enseignement secondaire, à propos de leurs connaissances en matière de changement climatique et d’épuisement des ressource énergétiques. De cette enquête, il ressort notamment qu’une part importante des élèves ont une connaissance limitée ou fausse dans ces matières. Et qu’il y a des différences importantes en

Quelques exemples de connaissances limitées ou erronées :

  • Il y a beaucoup de confusion autour du concept d’énergie renouvelable, souvent confondue avec une énergie « propre » ou « naturelle ».

  • Moins d’un quart des élèves a une vision à peu près réaliste de la durée probable des réserves de pétrole ou de gaz naturel.

  • Le mécanisme du réchauffement climatique n’est généralement pas compris. Ils savent que ce mécanisme s’appelle « l’effet de serre ».

  • Seuls quatre élèves sur dix savent que l’élevage  produit aussi des gaz à effet de serre.

  • Un élève sur trois imagine qu’un voyage (de 900km) en avion est aussi propre voire plus propre que le même voyage en train.

  • Un élève sur deux semble ne pas trop s’inquiéter du réchauffement climatique.

La moyenne des résultats diffère peu entre les deux Communautés, mais il y a des écarts importants entre les filières et selon les niveaux socio-économiques, et ces écarts sont souvent plus importants en Flandre qu’en FWB.

  • Les notes globales sont à peu près identiques pour les deux Communautés si l’on considère l’ensemble des élèves.

  • En revanche, les écarts entre enseignement général et enseignement professionnel sont beaucoup plus importants en Flandre qu’en FWB.

  • Les écarts entre quartiles socio-économiques extrêmes sont très importants :(et plus en Flandre qu’en FWB).

  • Les écarts entre les élèves parlant chez eux (seulement) la langue de l’école et les élèves parlant (seulement) une langue étrangère sont également beaucoup plus grands en Flandre.

  • En FWB, les écarts selon le statut d’immigration s’effacent lorsqu’on élimine l’effet de l’origine sociale. Ce n’est pas du tout le cas en Flandre.

QUI DÉFEND CE POINT DE VUE ? L’APED (Appel pour une école démocratique)

SOURCE : Voir le résumé de l’étude ainsi que le rapport intégral (partie 1 et partie 2)

Retourner à :

 [blox_button text= »Tout Autre Chose » link= »http://www.toutautrechose.be » target= »_self » button_type= »btn-warning » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Tout Autre Ecole » link= »http://www.toutautrechose.be/tae » target= »_self » button_type= »btn-danger » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Ressources » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources » target= »_self » button_type= »btn-success » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Idées » link= »https://www.toutautrechose.be/tae-ressources-idees » target= »_self » button_type= »btn-danger » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/][blox_button text= »Engagement citoyen » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources-engagement » target= »_self » button_type= »btn-default » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/]

À propos de l’auteur

Bernard Delvaux editor