Rares matières fondamentales

ParBernard Delvaux

Rares matières fondamentales

TAE-festival2016-ecole26L’essentiel de l’éducation s’organiserait autour de projets regroupant les enfants par goût. Une opinion de Richard David Precht.

« Sans motivation, rien n’est possible. Schopenhauer disait : « Vous pouvez faire tout ce que vous voulez, mais vous ne pouvez pas décider de désirer. » Les élèves d’aujourd’hui n’ont plus de désir. L’école de l’avenir doit avant tout rallumer leur adhésion, et même leur enthousiasme. Rappelons que ce fut le cas jadis – ça l’est encore dans les pays très pauvres où l’école est la seule chance de s’en sortir… et aussi chez nos propres enfants, à la maternelle et à la rigueur à l’école primaire. Mais la motivation chute ensuite dramatiquement. En quelques clics d’ordinateur, un ado reçoit plus d’infos que nos ancêtres pendant toute une vie ! L’école lui semble frustrante et inutile. Que faire ?

Explorant systématiquement toutes les recherches en pédagogie dans le monde, j’ai abouti au système suivant…

D’abord, quelques rares matières fondamentales, peut-être les maths et les langues, pourraient continuer à faire l’objet d’un enseignement classique, mais pris au sein d’un système de « contrats » individuels : dans ces matières, l’élève s’engagerait devant l’école à atteindre un certain niveau à certaines étapes de son parcours sur plusieurs années, libre à lui de le faire au rythme qui lui convient, en accord avec ses accompagnateurs. Vouloir faire avancer tout le monde à la même vitesse est considéré par la plupart des pédagogues comme l’un des gros défauts du système actuel : les enfants plus rapides se trouvent freinés par les plus lents qui, eux, sont humiliés et dégoûtés.

L’essentiel de l’éducation s’organiserait autour de « projets » conçus sur plusieurs mois, voire plusieurs années, regroupant les enfants par goûts, affinités, centres d’intérêt. De petits groupes d’une quinzaine d’élèves s’organiseraient autour de thèmes qui les passionnent. Comme les classes du fameux collège d’Harry Potter ! »

QUI DÉFEND CE POINT DE VUE ? Richard David Precht, philosophe allemand contemporain.

SOURCE : Interview de Richard David Precht : « Notre école est un crime », Clés, août-septembre 2014, p. 15.

RETOURNER À : [blox_button text= »Tout Autre Chose » link= »http://www.toutautrechose.be » target= »_self » button_type= »btn-warning » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Tout Autre Ecole » link= »http://www.toutautrechose.be/tae » target= »_self » button_type= »btn-danger » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Ressources » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources » target= »_self » button_type= »btn-success » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Idées » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources-idees » target= »_self » button_type= »btn-info » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Apprendre quoi ? » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources-apprendre-quoi » target= »_self » button_type= »btn-default » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/]

À propos de l’auteur

Bernard Delvaux editor