Un socle commun sans menu unique

ParBernard Delvaux

Un socle commun sans menu unique

tawashiUne bonne gestion du socle commun n’est pas la mise en œuvre d’un menu unique. Une opinion de Roger-François Gauthier.

On peut […] se demander si l’idée d’un ‘équipement pour tous’, c’est-à-dire ne laissant personne sur le bord du chemin, et commun à tous empêche absolument toute idée de choix. En effet, puisque l’un des objectifs mêmes de ce socle commun est d’entraîner à l’autonomie, un menu où  il n’y a rien à choisir est-il une bonne école ?

Nous considérons précisément qu’une bonne gestion du socle n’est pas la mise en œuvre d’un menu unique. Il serait intéressant, au nom même de cette idée d’équipement de base, qu’on laisse s’exprimer des choix.

il peut y en avoir de plusieurs types : choix de savoirs en fonction des ressources locales […], en fonction des goûts, soit pour étudier quelque chose d’insolite, mais qui va permettre de s’engager, soit pour étudier de manière approfondie et volontaire tel aspect du  programme général ».

« En ne laissant l’espace d’aucun choix, l’école transmet l’idée que les savoirs sont un domaine sur lequel ne s’exerce pas d’autonomie: par exemple, des regroupements de matières sortant des normes, pour un élève qui souhaiterait briller en danse ET en mathématiques, en biologie ET en histoire, ne sont pas possibles ».

Celui qui s’exprime ainsi parle du système français, et plus particulièrement de la partie commune du cursus scolaire (école élémentaire et collège). Le système français n’est pas exactement identique au système belge, mais, dans cette partie du cursus, l’un et l’autre systèmes proposent un curriculum quasi identique pour tous. Dans son livre, l’auteur ne fait cependant pas de proposition précise quant au réaménagement des programmes.

QUI DÉFEND CETTE POSITION ? Roger-François Gauthier, inspecteur général de l’éducation française, docteur en sciences de l’éducation et membre du Conseil supérieur des programmes.

SOURCE : R-Fr. Gauthier (2014), Ce que l’école devrait enseigner. Pour une révolution de la politique scolaire en France, Dunod, pp. 81-86.

RETOURNER À : [blox_button text= »Tout Autre Chose » link= »http://www.toutautrechose.be » target= »_self » button_type= »btn-warning » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Tout Autre Ecole » link= »http://www.toutautrechose.be/tae » target= »_self » button_type= »btn-danger » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Ressources » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources » target= »_self » button_type= »btn-success » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Idées » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources-idees » target= »_self » button_type= »btn-info » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Apprendre quoi ? » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources-apprendre-quoi » target= »_self » button_type= »btn-default » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/]

À propos de l’auteur

Bernard Delvaux editor