En quoi l'idée islamique du jihad est-elle différente de la violence dans la Bible ?

Réponse



Immédiatement après les horribles attentats terroristes du 11 septembre, de nombreux Occidentaux ont commencé à s'intéresser à l'islam pour la première fois. Beaucoup ont été choqués d'apprendre que le livre sacré de l'islam (le Coran) prévoit des injonctions spécifiques pour se livrer à des actes de violence dans le cadre de la guerre sainte (djihad) au nom de leur religion. Bientôt, de nombreux penseurs laïcs ont commencé à établir des comparaisons entre les attaques terroristes islamiques et la violence trouvée dans la Bible, en particulier dans l'Ancien Testament. Mais ces comparaisons sont-elles valables ? Les commandements de Yahweh aux Israélites dans l'Ancien Testament sont-ils les mêmes que le jihad tel que prescrit dans le Coran ? Quelle est la différence entre la violence que l'on trouve dans la Bible et le djihad islamique ?

Pour répondre à cette question, nous devons définir ce que nous entendons par djihad. Le mot jihad signifie effort ou lutte. Au sein de l'islam, il existe plusieurs catégories de djihad. Le mot peut être utilisé pour décrire divers types de luttes telles que le jihad de la plume (qui impliquerait la persuasion ou l'instruction dans la promotion de l'islam) ou le jihad du cœur (une bataille contre son propre péché). Cependant, la forme de jihad la plus connue est celle qui implique la violence physique ou la guerre au nom de l'Islam. Alors que le Coran contient des passages qui encouragent les musulmans à engager les non-croyants avec grâce et persuasion (Sourate 16:125), le Coran contient d'autres versets qui semblent ordonner aux musulmans de s'engager dans une guerre physique offensive contre les non-musulmans.



Dans la sourate 9, nous lisons : Mais lorsque les mois interdits sont passés, alors combattez et tuez les païens partout où vous les trouverez, et saisissez-les, assiégez-les et guettez-les dans tous les stratagèmes [de guerre] ; mais s'ils se repentent, établissent des prières régulières et pratiquent une charité régulière, alors ouvrez-leur la voie : car Dieu est Pardonneur, Très Miséricordieux (Sourate 9 :5). Aussi dans la sourate 9, Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au Jour Dernier, ni ne tiennent interdit ce qui a été interdit par Dieu et Son Apôtre, ni ne reconnaissent la religion de la Vérité, [même s'ils sont] des Gens du Livre [chrétiens et juifs], jusqu'à ce qu'ils paient jizya [hommage] avec une soumission volontaire, et se sentent soumis (Sourate 9:29).



En plus des enseignements du Coran, les musulmans suivent également le Hadith, un récit soi-disant inspiré des paroles et des actions de Mahomet. Le Hadith explique comment Mahomet a demandé à son commandant lorsqu'il était envoyé en expédition : Lorsque vous rencontrez vos ennemis qui sont polythéistes, invitez-les à trois plans d'action. S'ils répondent à l'un d'entre eux, vous l'acceptez également et vous vous retenez de leur faire du mal. Invitez-les à [accepter] l'islam ; s'ils te répondent, accepte-le d'eux et renonce à te battre contre eux. . . . S'ils refusent d'accepter l'Islam, exigez d'eux jizya . S'ils acceptent de payer, acceptez-le d'eux et retenez vos mains. S'ils refusent de payer la taxe, demandez l'aide d'Allah et combattez-les (Sahih Muslim, Livre 19, Numéro 4294).

Mais qu'en est-il de la violence commandée par Dieu dans l'Ancien Testament ? Est-ce différent? Les épisodes de violence les plus souvent évoqués dans l'Ancien Testament sont l'ordre de Yahweh aux Israélites de détruire les Cananéens et de prendre possession du pays qu'il avait promis aux enfants de Jacob. Lors de l'évaluation de ces incidents, nous devons comprendre le contexte dans lequel ces événements se sont déroulés. Les Cananéens étaient une culture brutale et méchante qui se livrait fréquemment à un comportement incroyablement décadent. Comme l'a dit l'auteur chrétien Norman Geisler, « C'était une culture complètement mauvaise, à tel point que la Bible dit qu'elle a écœuré Dieu. Ils étaient dans la brutalité, la cruauté, l'inceste, la bestialité, la prostitution sectaire et même le sacrifice d'enfants par le feu. C'était une culture agressive qui voulait anéantir les Israélites.



En ordonnant la destruction des Cananéens, Dieu a décrété une forme de peine capitale collective contre un peuple qui méritait le jugement de Dieu depuis un certain temps. Dieu avait donné au peuple cananéen plus de 400 ans pour se repentir (Genèse 15 :13-16). Quand ils ne l'ont pas fait, le Seigneur a utilisé les Israélites comme un instrument de jugement sur une société mauvaise et profondément dépravée. Les Cananéens n'étaient pas ignorants car la nouvelle de la puissance impressionnante de Dieu leur était parvenue (Josué 2 :10-11 ; 9 :9). Une telle prise de conscience aurait dû les pousser à la repentance. L'exemple de Rahab et de sa famille est une preuve certaine que les Cananéens auraient pu éviter la destruction s'ils s'étaient repentis devant le Dieu d'Israël (Josué 2). Personne ne devait mourir. Le désir de Dieu est que les méchants se détournent de leur péché plutôt que de périr (Ézéchiel 18 :31-32 ; 33 :11).

Nous devons aussi nous rappeler que Yahweh n'a pas sanctionné tout des guerres enregistrées dans l'Ancien Testament, et que les guerres spécifiquement commandées par Lui au-delà de l'époque de Josué étaient de nature défensive. Un certain nombre de batailles qu'Israël a menées sur le chemin de Canaan et à l'intérieur de celui-ci étaient également de nature défensive (Exode 17 : 8 ; Nombres 21 : 21-32 ; Deutéronome 2 : 26-37 ; Josué 10 : 4).

La question la plus difficile, cependant, concerne le commandement de Dieu de tuer tous les Cananéens, y compris les femmes et les enfants (Deutéronome 7 :2-5 ; Josué 6 :21). En réponse à cela, nous pouvons souligner que, bien que la Bible rapporte qu'un tel ordre a été donné, il se peut bien que, dans certains cas, aucune femme ou aucun enfant n'ait été tué. La plupart des batailles de Canaan n'auraient probablement impliqué que des soldats et, s'ils en avaient eu l'occasion, les femmes et les enfants auraient probablement fui. Comme l'indique Jérémie 4, Au bruit des cavaliers et des archers, toute ville prend la fuite ; ils entrent dans les fourrés ; ils grimpent parmi les rochers; toutes les villes sont abandonnées, et personne n'y habite (Jérémie 4:29).

En conclusion, il y a une différence radicale entre la violence de l'Ancien Testament et le djihad islamique. Premièrement, la violence prescrite par Dieu dans l'Ancien Testament était destinée à un temps particulier et limitée à un groupe de personnes particulier. La conquête de Canaan avait des limites claires, géographiquement et historiquement, ce qui la rend très différente des commandements islamiques continus concernant le djihad. La conquête de Canaan n'a créé aucun précédent pour continuer la guerre au-delà de ce que Dieu avait commandé. En revanche, le Coran prescrit et tolère en fait le djihad militaire dans la promotion de l'islam. A aucun moment dans la Bible nous ne voyons Dieu ordonner à Son peuple de tuer les incroyants dans la promotion de la foi biblique.

Il est indéniable que, dans ses premières années, l'islam a été promu par l'épée. C'est exactement le contraire pour le christianisme primitif. Beaucoup des premiers chrétiens ont été sévèrement persécutés et martyrisés pour leur engagement envers le Christ. Comme l'a dit un philosophe chrétien, l'islam et le christianisme se sont propagés par l'épée, mais les épées pointaient dans des directions opposées !

Enfin, pour le chrétien, la révélation finale et complète de Dieu est en Jésus-Christ, qui a été remarquablement non violent dans son approche. Si un chrétien s'engage dans la violence au nom du Christ, il le fait en désobéissance directe à son maître. Jésus a enseigné que tous ceux qui vivent par l'épée mourront par elle (Matthieu 26:52). Les enseignements et l'exemple de Mahomet sont assez différents. Un musulman qui désire commettre des violences au nom de l'islam peut trouver une justification suffisante de son action à la fois dans le Coran et dans les paroles et les actions du prophète Mahomet.

Top