La maltraitance est-elle un motif acceptable de divorce ?

Réponse



La Bible est muette sur la question de la violence conjugale comme motif de divorce, bien qu'il soit évident à quoi Dieu s'attend à ce qu'un mariage ressemble (Éphésiens 5 :22-33), et la violence est contraire à tout ce qui est divin. La violence physique contre un conjoint est immorale et ne devrait être tolérée par personne. Personne ne devrait rester dans un environnement dangereux, qu'il s'agisse d'un membre de la famille, d'un ami, d'un employeur, d'un soignant ou d'un étranger. La violence physique est également contraire à la loi et les autorités civiles devraient être les premières à être contactées en cas de violence.

Un conjoint qui est victime de violence doit immédiatement chercher un endroit sûr. S'il y a des enfants impliqués, ils doivent également être protégés et retirés de la situation. Il n'y a rien d'antibiblique à se séparer d'un agresseur ; en fait, il est moralement juste de se protéger et de protéger ses enfants.



La Bible jamais commandes divorce, même en cas d'abus. La Bible précise deux motifs acceptables de divorce : l'abandon d'un chrétien par un conjoint incroyant (1 Corinthiens 7 :15) et l'adultère (Matthieu 5 :32). Étant donné que la Bible ne mentionne pas la violence comme motif acceptable de divorce, nous prenons soin de limiter nos conseils à la séparation.



Dieu permet le divorce en cas d'abandon et d'adultère, mais même ces circonstances ne déclenchent pas automatiquement une procédure de divorce ; le divorce reste un dernier recours. En cas d'infidélité, il vaut mieux que deux chrétiens se réconcilient que divorcent. Il vaut mieux étendre le pardon et l'amour que Dieu nous donne gratuitement (Colossiens 3:13). La réconciliation avec un agresseur, cependant, est bien différente. Se réconcilier avec un partenaire violent dépend entièrement de la preuve de sa fiabilité par l'agresseur, ce qui peut prendre des années, voire jamais. La séparation d'avec un conjoint violent est susceptible d'être à long terme.

Une fois la séparation établie, l'agresseur a la responsabilité de chercher de l'aide. D'abord et avant tout, il ou elle devrait chercher Dieu. Pour tous ceux qui demandent, reçoivent. Quiconque cherche, trouve. Et la porte est ouverte à quiconque frappe (Matthieu 7:8). Dieu a le pouvoir de guérir les individus et les relations. Il doit être le Seigneur de nos vies, le Maître de nos biens et le Chef de nos foyers. L'aide psychologique et les limitations légales (ordonnances restrictives) imposées à un agresseur sont également appropriées, et ces outils sont importants pour son processus de changement.



Si l'agresseur démontre un changement vérifiable, confirmé de manière indépendante, la relation peut être reprise avec beaucoup de prudence. Le mari et la femme doivent s'engager sur le chemin de Dieu et développer leur relation avec Dieu à travers le Christ. Garde-moi des voies trompeuses ; aie pitié de moi et enseigne-moi ta loi. J'ai choisi la voie de la fidélité ; J'ai mis mon cœur sur tes lois (Psaume 119: 29-30). Cet engagement envers Dieu devrait être accompagné de conseils intensifs d'un pasteur de confiance ou d'un conseiller agréé croyant. Le conseil doit être pris d'abord individuellement, puis en couple, et enfin en famille entière, car tous ont besoin d'aide pour guérir. Le changement est possible pour une personne abusive qui se repent vraiment et se soumet humblement au Seigneur (2 Corinthiens 3 :18).

Il y a un certain nombre de drapeaux rouges à rechercher avant d'entrer dans une relation permanente. Malheureusement, ces indicateurs peuvent ne pas être visibles avant le mariage, car de nombreux agresseurs sont habiles à cacher leur véritable nature. Cependant, une courte liste de choses à surveiller comprend la jalousie irrationnelle, le besoin de garder le contrôle, un tempérament rapide, la cruauté envers les animaux, les tentatives d'isoler l'autre personne de ses amis et de sa famille, l'abus de drogue ou d'alcool, et le non-respect des limites, de la vie privée, de l'espace personnel ou des valeurs morales. Si vous voyez l'un de ces signes avant-coureurs chez une personne avec qui vous entamez une relation, veuillez demander conseil à une personne familière avec les situations de violence.

Si vous êtes dans une situation de violence en ce moment, que l'agresseur soit un conjoint, un parent, un enfant, un gardien, un enseignant, un parent ou toute autre personne, sachez que Dieu fait ne pas veux que tu restes dans cette situation. Ce n'est pas la volonté de Dieu que vous acceptiez des abus physiques, sexuels ou psychologiques. Quittez la situation, trouvez quelqu'un pour vous aider à rester en sécurité et impliquez immédiatement les forces de l'ordre. À travers tout cela, priez pour la direction et la protection de Dieu.

Top