Est-il biblique pour une église de demander l'incorporation 501(c)(3) ?

Réponse



Il y a certainement beaucoup de personnes et de groupes qui s'opposent à l'incorporation des églises, mais existe-t-il un argument biblique en faveur de l'incorporation ? Jésus a dit à Ses disciples dans Matthieu 22:21, 'Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.' Cette réponse a été donnée spécifiquement à la question de savoir s'il était licite de payer un tribut ou des impôts à César. Dans la réponse de Jésus, il a demandé à qui appartenait l'image et le nom de l'argent, et, puisque c'était à César, il était donc approprié de le lui rendre.

Si nous appliquons ce principe à l'église, cela nous aidera à déterminer la réponse à la question de l'incorporation. L'église est un corps de croyants en Jésus-Christ. En tant que groupe de croyants, nous sommes responsables devant Dieu de tout ce que nous faisons. Nous sommes également directement responsables devant Dieu en tant que croyants individuels, car nous « avons été rachetés à un prix » (1 Corinthiens 6 :20). Dans Matthieu 17:27, Jésus a enseigné aux disciples que, même s'ils n'étaient pas obligés de payer des impôts, il était bon de le faire pour éviter l'offense.



Mais l'État n'a qu'une autorité secondaire sur l'église et les individus qui la composent, mais certainement pas sur la direction ou le but du ministère, car c'est le royaume de Dieu. La plupart des églises possèdent des biens, qui sont administrés par l'État, et bien qu'il ne soit pas absolument nécessaire de se constituer en société pour détenir ces biens, c'est une bonne façon de le faire. Gordon Johnson, dans son livre My Church (1957) a écrit : « De nos jours, la plupart de nos États dans ce pays exigent des administrateurs pour la procédure légale de l'église. C'est toujours le cas aujourd'hui, et l'incorporation sert non seulement à honorer le domaine de l'autorité de l'État, mais sert également de protection juridique pour les individus dans le corps. Lorsque des biens sont détenus et que des actions sont entreprises au nom d'une personne morale reconnue, les membres individuels de cette entité sont protégés contre toute responsabilité personnelle dans les actions en justice qui peuvent être intentées contre l'église constituée en société.



Un passage qui est parfois utilisé contre l'incorporation mérite d'être mentionné ici. 1 Corinthiens 7:23 dit : « Vous avez été rachetés à un prix ; ne devenez pas esclaves des hommes.' Ce verset n'est pas pertinent comme argument contre l'incorporation pour plusieurs raisons. Tout d'abord, c'est dans le contexte de l'esclavage humain, pas de l'organisation de l'église. De plus, le verset 24 déclare que nous devons demeurer dans n'importe quel état que Dieu nous appelle, même si c'est de l'esclavage. Deuxièmement, cela nous donne un avertissement qui mérite d'être pris en compte dans notre discussion. Certains ont fait valoir que lorsqu'une église s'incorpore, elle se place sous le contrôle de l'État (étant les serviteurs des hommes). Comme l'ont montré les différentes batailles juridiques sur l'exonération fiscale des églises ces dernières années, il y a une possibilité de lutte ici, même si elle est lointaine. La majorité des cas qui ont été signalés étaient dus au fait que des dirigeants clés avaient choisi de repousser les limites de la loi (parfois pour montrer que la loi était mal interprétée). Certes, si l'État essaie de contrôler les ministères d'un individu ou d'une église, nous sommes obligés de répondre comme les apôtres l'ont fait dans Actes 5:29, 'Nous devons obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes !'

La question sous-jacente de l'incorporation n'est pas de savoir si nous pouvons ou non nous incorporer, mais de quelle manière nous pouvons servir au mieux Dieu tout en honorant l'autorité de l'État ordonnée par Dieu. Oui, il y a des avantages que nous pouvons tirer de l'incorporation, mais nous devons reconnaître qu'il y a au moins des coûts potentiels à ces avantages. Dans la plupart des cas, nous n'aurons aucune difficulté à honorer l'autorité donnée par Dieu à l'État tout en accordant une allégeance suprême à l'autorité supérieure de Dieu.



Remarque - certains préconisent que les églises recherchent un statut d'organisation à but non lucratif exonéré d'impôt via 508(c)(1)(a) au lieu de via 501(c)(3). Si vous êtes préoccupé par l'un des problèmes potentiels mentionnés ci-dessus, 508(c)(1)(a) pourrait valoir la peine d'être examiné.

Top