Jésus a pleuré - pourquoi Jésus a-t-il pleuré ?

Réponse



Deux passages dans les Evangiles et un dans les Epîtres (Hébreux 5:7) enseignent que Jésus a pleuré. Dans les Évangiles, notre Seigneur a pleuré en regardant la misère de l'homme, et les deux exemples démontrent la nature humaine (aimante) de notre Seigneur, sa compassion pour les gens et la vie qu'il offre à ceux qui croient. Quand Jésus a pleuré, Il a montré toutes ces choses.

Jean 11 :1-45 concerne la mort et la résurrection de Lazare, frère de Marie et de Marthe et ami de notre Seigneur. Jésus a pleuré (Jean 11:35) lorsqu'il s'est réuni avec les sœurs et d'autres personnes pleurant la mort de Lazare. Jésus n'a pas pleuré sur la mort elle-même car il savait que Lazare serait bientôt ressuscité et qu'il passerait finalement l'éternité avec lui au ciel. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de pleurer lorsqu'il était confronté aux gémissements et aux sanglots de Marie, Marthe et des autres personnes en deuil (Jean 11:33). La langue originale indique que notre Seigneur a versé des larmes silencieuses ou des larmes de compassion pour Ses amis (Romains 12:15).



Si Jésus avait été présent au moment de la mort de Lazare, sa compassion l'aurait poussé à guérir son ami (Jean 11 :14-15). Mais empêcher un décès pouvait être considéré par certains comme une circonstance fortuite ou juste un petit miracle, et ce n'était pas le moment de douter. Alors Lazare a passé quatre jours dans la tombe de la mort avant que Jésus ne le rappelle publiquement à la vie. Le Père voulait que ces témoins sachent que Jésus était le Fils de Dieu, que Jésus était envoyé par Dieu et que Jésus et le Père avaient la même volonté en tout (Jean 11 :4, 40-42). Seul le seul vrai Dieu aurait pu accomplir un miracle aussi impressionnant et époustouflant, et grâce à ce miracle, le Père et le Fils ont été glorifiés, et beaucoup ont cru (Jean 11:4, 45).



Dans Luc 19:41-44, le Seigneur effectue son dernier voyage à Jérusalem peu de temps avant d'être crucifié sur l'insistance de son propre peuple, le peuple qu'il est venu sauver. Auparavant, le Seigneur avait dit : Ô Jérusalem, Jérusalem, la ville qui tue les prophètes et lapide ceux qui lui sont envoyés ! Combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et tu ne l'as pas voulu (Luc 13:34). Alors que notre Seigneur s'approchait de Jérusalem et pensait à toutes ces âmes perdues, il vit la ville et pleura sur elle (Luc 19:41). Ici, pleuré est le même mot utilisé pour décrire les pleurs de Marie et des autres dans Jean 11:33, nous savons donc que Jésus a pleuré à haute voix d'angoisse sur l'avenir de la ville. Cet avenir était à moins de 40 ans ; en 70 après JC, plus de 1 000 000 d'habitants de Jérusalem sont morts dans l'un des sièges les plus horribles de l'histoire enregistrée.

Notre Seigneur a pleuré différemment dans ces deux cas parce que les résultats éternels étaient entièrement différents. Marthe, Marie et Lazare ont eu la vie éternelle parce qu'ils croyaient au Seigneur Jésus-Christ, mais la plupart à Jérusalem n'ont pas cru et n'ont donc pas eu la vie. Il en est de même aujourd'hui : Jésus lui dit : « Je suis la résurrection et la vie ; celui qui croit en moi vivra même s'il meurt » (Jean 11:25).



Top