Monergisme contre synergie - quel point de vue est correct ?

Monergisme contre synergie - quel point de vue est correct ? Réponse



Ce sujet a été vivement débattu au sein de l'église pendant des siècles. Il n'est pas exagéré de dire que ce débat concerne le cœur même de l'Évangile lui-même. Définissons d'abord les deux termes. Lorsque nous parlons de monergisme contre synergisme, théologiquement parlant, nous parlons de qui apporte notre salut. Le monergisme, qui vient d'un mot grec composé qui signifie travailler seul, est l'idée que Dieu seul effectue notre salut. Ce point de vue est principalement soutenu par les traditions calvinistes et réformées et est étroitement lié à ce que l'on appelle les doctrines de la grâce. La synergie, qui vient également d'un mot grec composé signifiant travailler ensemble, est l'idée que Dieu travaille avec nous pour effectuer le salut. Alors que le monergisme est étroitement associé à Jean Calvin, le synergisme est associé à Jacob Arminius, et ses opinions ont grandement façonné le paysage évangélique moderne. Calvin et Arminius ne sont pas les créateurs de ces vues, mais sont les partisans les plus connus du calvinisme et de l'arminianisme.

Ces deux points de vue ont été fortement débattus au début du XVIIe siècle lorsque les partisans d'Arminius ont publié Les cinq articles de la remontrance (FAR), un document indiquant en quoi leur théologie différait de celle de Calvin et de ses partisans. Le point central de ce débat se situe entre la doctrine calviniste de l'élection inconditionnelle et la doctrine arminienne de l'élection conditionnelle. Si l'on croit que l'élection est inconditionnelle, alors on tendra vers une vision monergique du salut. Inversement, si l'on soutient l'idée que l'élection est basée sur la prescience de Dieu de qui croirait en lui, alors on tend vers la vision synergique.



Le point de vue de l'élection inconditionnelle est énoncé dans le Confession de foi de Westminster : Ceux de l'humanité qui sont prédestinés à la vie, Dieu, avant que la fondation du monde ait été posée, selon son dessein éternel et immuable, et le conseil secret et le bon plaisir de sa volonté, a choisi en Christ, pour la gloire éternelle, par sa libre grâce et son amour seuls, sans aucune prévoyance de foi ou de bonnes œuvres, ni persévérance dans l'une ou l'autre d'eux, ou toute autre chose dans la créature, comme des conditions ou des causes qui l'y poussent. ; et tout à la louange de sa grâce glorieuse (WCF III.5, emphase ajoutée). Comme nous pouvons le voir, l'élection inconditionnelle enseigne que le choix des élus par Dieu est basé sur le bon plaisir de sa volonté et rien de plus. De plus, son choix dans l'élection n'est pas basé sur sa prévision de la foi d'une personne ou de bonnes œuvres ou de la persévérance de cette personne dans la foi ou les bonnes œuvres.



Deux passages bibliques classiques soutiennent cette doctrine. Le premier est Ephésiens 1:4-5, car il nous a élus en lui avant la création du monde pour être saints et irréprochables à ses yeux. Dans l'amour, il nous a prédestinés à être adoptés comme ses fils par Jésus-Christ, selon son bon plaisir et sa volonté. Selon ce passage, nous avons été choisis par Dieu pour être en Christ – saints et irréprochables – avant que le monde ne soit créé, et ce choix était basé sur le dessein de la volonté de Dieu. L'autre passage est Romains 9:16, Cela ne dépend donc pas du désir ou de l'effort de l'homme, mais de la miséricorde de Dieu. Le choix de Dieu ne dépend pas de ce que nous faisons ou croyons, mais est fait uniquement à la discrétion de la miséricorde de Dieu.

L'essence du calvinisme, et l'argument monergiste, est que Dieu a pour mission de sauver réellement les gens et non pas simplement de les rendre sauvables. Parce que tous les gens sont nés dans le péché et à cause de leur nature déchue (dépravation totale), ils rejetteront toujours Dieu ; par conséquent, Dieu doit agir en sauvant les élus sans aucune condition préalable de leur part telle que la foi. Afin d'accorder les bénédictions du salut et de la vie éternelle aux élus, Dieu doit d'abord expier leurs péchés (expiation limitée). Cette grâce et ce salut doivent ensuite être appliqués aux élus, et ainsi le Saint-Esprit applique les effets du salut aux élus en régénérant leur esprit et en les attirant au salut (grâce irrésistible). Enfin, ceux que Dieu a sauvés, Il les conservera jusqu'à la fin (persévérance des saints). Du début à la fin, le salut (sous tous ses aspects) est une œuvre de Dieu et de Dieu seul – le monergisme ! Le fait est que de vraies personnes sont sauvées – les élus. Considérez Romains 8:28-30. Dans ce passage, nous voyons qu'il y a un groupe de personnes que Dieu appelle selon son dessein. Ces personnes sont identifiées comme celles qui aiment Dieu. Ces personnes sont aussi celles qui aux vv. 29-30 sont connus d'avance, prédestinés, appelés, justifiés et glorifiés. Dieu est celui qui fait passer ce groupe de personnes (ceux qui aiment Dieu, les élus) de la prescience à la glorification, et personne n'est perdu en cours de route.



À l'appui de l'argument synergique, tournons notre attention vers Cinq articles de la remontrance : Que Dieu, par un dessein éternel et immuable en Jésus-Christ son Fils, avant la fondation du monde, a décidé, de la race humaine déchue et pécheresse, de sauver en Christ, pour l'amour de Christ et par Christ, ceux qui, par la grâce du Saint-Esprit, croiront en son fils Jésus, et persévéreront dans cette foi et dans l'obéissance de la foi, par cette grâce, jusqu'à la fin ; et, d'autre part, de laisser les incorrigibles et les incrédules dans le péché et sous la colère, et de les condamner comme étrangers à Christ, selon la parole de l'Évangile dans Jean 3:36 : « Celui qui croit au Fils a l'éternité. la vie : et celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie ; mais la colère de Dieu demeure sur lui », et selon d'autres passages de l'Écriture également (FAR, article I, italiques ajoutés). Ici, nous voyons que le salut est conditionnel sur la foi et la persévérance de l'individu. Ce que fait l'élection conditionnelle, c'est placer le facteur déterminant de notre salut directement sur nous, sur notre capacité à choisir Jésus et à rester en Lui. Maintenant, les arminiens prétendront que notre capacité à choisir Jésus est le résultat d'une grâce universelle que Dieu accorde d'abord à tous les hommes, qui compense les effets de la chute et permet à l'homme de choisir d'accepter ou de rejeter Christ. En d'autres termes, Dieu doit faire quelque chose même pour rendre possible le choix du salut, mais en fin de compte c'est notre choix qui nous sauve. La référence biblique que l'article I fournit affirme certainement que ceux qui croient ont la vie éternelle et que ceux qui rejettent n'ont pas la vie éternelle, il semblerait donc qu'il y ait un support scripturaire pour cette doctrine. Ainsi, l'argument synergique prétend que Dieu fait le salut possible , mais c'est notre choix qui fait le salut courant .

Ainsi, alors que le monergisme prétend que Dieu est à la fois une condition nécessaire et suffisante pour notre salut, le synergisme conviendra que Dieu est une condition nécessaire, mais niera sa suffisance. Notre libre arbitre plus l'activité de Dieu est ce qui le rend suffisant. Logiquement parlant, nous devrions être capables de voir le défaut de l'argument synergique - que Dieu ne sauve personne. Cela place la responsabilité du salut sur nous, car c'est nous qui devons rendre le salut réel en plaçant notre foi en Christ. Si Dieu ne sauve personne, alors il est possible que personne ne soit sauvé. Si Dieu ne sauve personne, comment expliquer des passages aussi forts que Romains 8 :28-30 ? Tous les verbes grecs de ce passage sont aoristes/indicatifs, ce qui signifie que l'action qui y est décrite est complète ; il n'y a aucune potentialité impliquée dans ce passage. Du point de vue de Dieu, le salut a été effectué. En outre, l'article IV de la Remontrance dit que la grâce de Dieu est résistible, et l'article V affirme que ceux qui ont choisi la grâce de Dieu peuvent également tomber de cette grâce et retourner dans ce monde mauvais actuel devenant dépourvu de grâce. Ce point de vue contredit l'enseignement clair de l'Écriture en ce qui concerne la sécurité éternelle du croyant.

Si tel est le cas, comment alors répondons-nous au soutien biblique pour l'élection conditionnelle (cfr. Jean 3:36) ? Il est indéniable que la foi est nécessaire pour faire du salut un «fait accompli» dans nos vies, mais où tombe la foi dans l'ordre du salut ( Ordre du Salut ) ? Encore une fois, si nous considérons Romains 8:29-30, nous voyons une progression logique du salut. La justification, qui est généralement en vue lorsque l'on considère le salut par la foi, est la quatrième sur cette liste précédée par la prescience, la prédestination et l'appel. Maintenant, l'appel peut être décomposé en ce qui suit : régénération, évangélisation, foi et repentance. En d'autres termes, « l'appel » (appelé appel efficace par les théologiens réformés) doit d'abord impliquer d'être né de nouveau par la puissance du Saint-Esprit (Jean 3 :3). Vient ensuite la prédication de l'évangile (Romains 10:14-17), suivie par la foi et la repentance. Cependant, avant que tout cela puisse avoir lieu, il doit être logiquement précédé par la prescience et la prédestination.

Cela nous amène à la question de la prescience. Les arminiens prétendront que la prescience fait référence à la connaissance préalable de Dieu de la foi des élus. Si tel est le cas, alors Dieu nous élit n'est plus basé sur le bon dessein de sa volonté, mais plutôt sur notre capacité à Le choisir, malgré notre condition déchue qui, selon Romains 8:7 est hostile à Dieu et incapable de le faire. La vision arminienne de la prescience contredit également l'enseignement clair des passages mentionnés ci-dessus à l'appui de l'élection inconditionnelle (Éphésiens 1 :4-5 et Romains 9 :16). Ce point de vue prive essentiellement Dieu de sa souveraineté et place la responsabilité du salut sur les épaules de créatures qui sont totalement incapables de se sauver elles-mêmes.

En conclusion, le poids de l'évidence logique et le poids de l'évidence biblique soutiennent la vision monergistique du salut – Dieu est l'auteur et le perfecteur de notre salut (Hébreux 12 : 2). Celui qui a commencé une bonne œuvre en nous la parachèvera au jour de Jésus-Christ (Philippiens 1:6). Le monergisme a non seulement un impact profond sur la façon dont on voit le salut, mais aussi sur l'évangélisation. Si le salut est uniquement basé sur la grâce salvatrice de Dieu, alors nous n'avons pas de quoi nous vanter, et toute la gloire lui revient (Éphésiens 2 : 8-9). De plus, si Dieu sauve réellement les gens, alors nos efforts d'évangélisation doit porter du fruit parce que Dieu a promis de sauver les élus. Le monergisme équivaut à une plus grande gloire à Dieu !

Top