Non, le racisme n’est pas une notion relative !

Bart De Wever s’est illustré cette semaine par des propos racisant visant à diviser et à stigmatiser certaines franges de la population. Ce n’est pas une première pour lui, malheureusement. Ce sont de tels propos, Monsieur De Wever, qui provoquent le rejet de la classe politique et qui mettent gravement en péril les conditions du vivre-ensemble. Vos propos, Monsieur De Wever, prouvent que le racisme n’est pas une notion relative mais, au contraire, qu’il gangrène notre société.

Tout autre chose s’oppose fermement à cette politique du soupçon, aux préjugés et à toutes les formes de racisme, la parole raciste autant que le racisme institutionnel, sur lesquelles se fondent les discriminations. Nous vivons dans une société diverse. Nous souhaitons une société sans xéno­phobie ni racisme, une société avec des droits égaux, quelles que soient l’origine, la couleur de peau, la religion ou l’affinité sexuelle, une société super-diverse où l’égalité est assurée mais où les différences sont reconnues, où la distinc­tion entre eux et nous n’aurait plus sa place.

Les personnes visées par les propos de Bart De Wever sont majoritairement nées ici, sont belges. Elles n’ont pas à s’intégrer ici parce qu’elles y ont toujours vécu. Elles sont belges comme lui. Les discriminations à l’embauche, au logement, les inégalités d’accès aux médias, à l’enseignement, aux instances politiques,… ne sont pas un échec des politiques d’intégration. C’est un échec des politiques sociales, culturelles, économiques qui contribuent, tous les jours, à stratifier nos sociétés sur base des origines sociales et migratoires des populations. Tout Autre Chose en appelle à une société tout autre capable de faire vivre et de faire s’exprimer la pluralité des histoires de chacun et chacune, de faire participer tout le monde de la même manière aux débats publics plutôt qu’une société qui assigne des rôles et des places en fonction d’origines qui se voient, par de tels propos, exacerbées et manipulées.