Résumé du Livre de 3 Jean

Auteur: Le livre de 3 Jean ne nomme pas directement son auteur. La tradition depuis les premiers jours de l'église est que l'apôtre Jean en est l'auteur. Il y a eu des doutes occasionnels soulevés par ceux qui pensaient qu'il était possible que cela ait été écrit par un autre disciple du Seigneur nommé Jean, mais toutes les preuves indiquent que l'auteur est Jean, le disciple bien-aimé qui a également écrit l'Évangile de Jean.



Date de rédaction : Le livre de 3 Jean aurait très probablement été écrit à peu près au même moment que les autres lettres de Jean, 1 et 2 Jean, entre 85 et 95 après J.-C.

But de l'écriture : Le but de Jean en écrivant cette troisième épître est triple. Tout d'abord, il écrit pour féliciter et encourager son collaborateur bien-aimé, Gaius, dans son ministère d'hospitalité envers les messagers itinérants qui allaient d'un endroit à l'autre pour prêcher l'Évangile du Christ. Deuxièmement, il met indirectement en garde et condamne le comportement d'un certain Diotrèphe, un chef dictatorial qui avait pris le contrôle de l'une des églises de la province d'Asie, et dont le comportement était directement opposé à tout ce que l'apôtre et son évangile représentaient. Troisièmement, il loue l'exemple de Demetrius qui a été rapporté comme ayant un bon témoignage de tous.



Versets clés :



3 Jean 4 : « Je n'ai pas de plus grande joie que d'apprendre que mes enfants marchent dans la vérité.

3 Jean 11 : « Cher ami, n'imite pas le mal mais le bien. Quiconque fait le bien vient de Dieu. Quiconque fait le mal n'a pas vu Dieu.



Bref résumé: Jean écrit avec sa forte insistance habituelle sur la vérité à ce frère bien-aimé en Christ, Gaius, un laïc d'une certaine richesse et distinction dans une ville près d'Ephèse. Il recommande vivement les soins et l'hospitalité de Gaius à ses messagers dont la mission était de porter l'Évangile d'un endroit à l'autre, qu'ils soient connus de lui ou qu'ils soient des étrangers. Jean l'exhorte à continuer à faire le bien et à ne pas imiter le mal, comme dans l'exemple de Diotrèphe. Cet homme avait pris la direction d'une église en Asie et avait non seulement refusé de reconnaître l'autorité de Jean en tant qu'apôtre, mais avait également refusé de recevoir ses lettres et de se soumettre à ses instructions. Il a également diffusé des calomnies malveillantes contre John et des membres excommuniés qui ont montré leur soutien et leur hospitalité aux messagers de John. Avant que Jean ne termine sa lettre, il recommande également l'exemple de Demetrius, dont il a entendu d'excellents rapports.

Connexions: Le concept d'offrir l'hospitalité aux étrangers a beaucoup de précédents dans l'Ancien Testament. Les actes d'hospitalité en Israël comprenaient l'accueil humble et gracieux des étrangers dans la maison pour la nourriture, le logement et la protection (Genèse 18 : 2-8, 19 : 1-8 ; Job 31 : 16-23, 31-32). De plus, l'enseignement de l'Ancien Testament dépeint les Israélites comme un peuple aliéné qui dépend de l'hospitalité de Dieu (Psaume 39:12) et Dieu comme Celui qui répond gracieusement à leurs besoins, les rachète d'Égypte et les nourrit et les habille dans le désert (Exode 16 ; Deutéronome 8:2-5).

Application pratique: Jean, comme toujours, insiste sur l'importance de marcher dans la vérité de l'Évangile. L'hospitalité, le soutien et l'encouragement pour nos frères chrétiens sont quelques-uns des principaux préceptes des enseignements de Jésus, et Gaius était évidemment un exemple remarquable de ce ministère. Nous devons également faire preuve d'hospitalité envers ceux qui dispensent la Parole, en les accueillant dans nos églises et nos maisons. Les serviteurs de l'Évangile méritent notre soutien et nos encouragements.

Nous devons également veiller à ne toujours suivre que l'exemple de ceux dont les paroles et les actions sont conformes à l'Évangile, et à être suffisamment perspicaces pour être conscients de ceux comme Diotrèphe dont le comportement est loin d'être celui que Jésus a enseigné.

Top