Résumé du livre de l'Ecclésiaste

Auteur: Le Livre de l'Ecclésiaste n'identifie pas directement son auteur. Il y a pas mal de versets qui impliquent que Salomon a écrit ce livre. Il y a des indices dans le contexte qui peuvent suggérer qu'une autre personne a écrit le livre après la mort de Salomon, peut-être plusieurs centaines d'années plus tard. Pourtant, la croyance conventionnelle est que l'auteur est bien Salomon.




Date de rédaction : Le règne de Salomon en tant que roi d'Israël a duré environ 970 av. vers 930 av. Le Livre de l'Ecclésiaste a probablement été écrit vers la fin de son règne, vers 935 av.



But de l'écriture : L'Ecclésiaste est un livre de perspective. Le récit du prédicateur (KJV) ou de l'enseignant (NIV) révèle la dépression qui résulte inévitablement de la recherche du bonheur dans les choses du monde. Ce livre donne aux chrétiens une chance de voir le monde à travers les yeux d'une personne qui, bien que très sage, essaie de trouver un sens aux choses humaines temporaires. Presque toutes les formes de plaisir mondain sont explorées par le prédicateur, et rien de tout cela ne lui donne un sens.

En fin de compte, le prédicateur en vient à accepter que la foi en Dieu est le seul moyen de trouver un sens personnel. Il décide d'accepter le fait que la vie est brève et finalement sans valeur sans Dieu. Le prédicateur conseille au lecteur de se concentrer sur un Dieu éternel plutôt que sur un plaisir temporaire.



Versets clés :



Ecclésiaste 1:2, 'Vanité des vanités', dit le Prédicateur, 'vanité des vanités, tout est vanité' (NKJV).

Ecclésiaste 1:18, Car avec beaucoup de sagesse vient beaucoup de tristesse; plus il y a de connaissances, plus il y a de chagrin.

Ecclésiaste 2:11, Pourtant, quand j'ai examiné tout ce que mes mains avaient fait et ce que j'avais travaillé à accomplir, tout était vide de sens, une poursuite du vent; rien n'a été gagné sous le soleil.

Ecclésiaste 12:1, Souviens-toi de ton Créateur aux jours de ta jeunesse, avant que viennent les jours de détresse et que les années approchent où tu diras: 'Je n'y trouve aucun plaisir.''

Ecclésiaste 12:13, Maintenant tout a été entendu; voici la conclusion de l'affaire : Craignez Dieu et gardez ses commandements, car c'est tout le devoir de l'homme.

Bref résumé: Deux phrases sont souvent répétées dans l'Ecclésiaste. Le mot traduit par vanité dans la KJV, et dénué de sens dans la NIV apparaît souvent, et est utilisé pour souligner la nature temporaire des choses du monde. À la fin, même les réalisations humaines les plus impressionnantes seront laissées pour compte. L'expression sous le soleil apparaît 28 fois et fait référence au monde des mortels. Lorsque le prédicateur se réfère à toutes les choses sous le soleil, il parle de choses terrestres, temporaires, humaines.

Les sept premiers chapitres du livre de l'Ecclésiaste décrivent toutes les choses du monde sous le soleil dans lesquelles le prédicateur essaie de trouver son accomplissement. Il essaie la découverte scientifique (1:10-11), la sagesse et la philosophie (1:13-18), gaieté (2:1), alcool (2:3), architecture (2:4), propriété (2:7-8) et luxe (2:8). Le prédicateur a tourné son esprit vers différentes philosophies pour trouver un sens, comme le matérialisme (2: 19-20), et même les codes moraux (y compris les chapitres 8-9). Il a découvert que tout n'avait pas de sens, une diversion temporaire qui, sans Dieu, n'avait ni but ni longévité.

Les chapitres 8 à 12 de l'Ecclésiaste décrivent les suggestions et les commentaires du prédicateur sur la façon dont une vie devrait être vécue. Il arrive à la conclusion que sans Dieu, il n'y a pas de vérité ni de sens à la vie. Il a vu de nombreux maux et s'est rendu compte que même les meilleures réalisations de l'homme ne valent rien à long terme. Ainsi, il conseille au lecteur de reconnaître Dieu dès la jeunesse (12:1) et de suivre Sa volonté (12:13-14).

Préfigurations : Pour toutes les vanités décrites dans le Livre de l'Ecclésiaste, la réponse est Christ. Selon Ecclésiaste 3:17, Dieu juge les justes et les méchants, et les justes ne sont que ceux qui sont en Christ (2 Corinthiens 5:21). Dieu a placé le désir de l'éternité dans nos cœurs (Ecclésiaste 3 : 11) et a fourni le chemin vers la vie éternelle par le Christ (Jean 3 : 16). On nous rappelle que lutter après la richesse du monde n'est pas seulement vanité parce qu'elle ne satisfait pas (Ecclésiaste 5:10), mais même si nous pouvions l'atteindre, sans Christ nous perdrions nos âmes et quel profit y a-t-il (Marc 8 :36) ? En fin de compte, chaque déception et vanité décrite dans l'Ecclésiaste a son remède en Christ, la sagesse de Dieu et le seul vrai sens à trouver dans la vie.

Application pratique: L'Ecclésiaste offre au chrétien l'occasion de comprendre le vide et le désespoir auxquels se débattent ceux qui ne connaissent pas Dieu. Ceux qui n'ont pas une foi salvatrice en Christ sont confrontés à une vie qui finira par se terminer et deviendra sans objet. S'il n'y a pas de salut, et pas de Dieu, alors non seulement la vie n'a aucun sens, mais elle n'a pas non plus de but ou de direction. Le monde sous le soleil, séparé de Dieu, est frustrant, cruel, injuste, bref et totalement dénué de sens. Mais avec le Christ, la vie n'est que l'ombre des gloires à venir dans un ciel qui n'est accessible que par Lui.

Top