Archive de l’étiquette TAES

ParBernard Delvaux

2018 : soirée TAES

Le 26 octobre 2017, la FUCID et un Tout Autre Enseignement Supérieur ont proposé à Yvoir la représentation de la pièce de théâtre « Oza Wapi docteur ? » suivi d'une série de tables rondes.

Inspirée de faits réels et jouée par des étudiantes de médecine et des personnes issues de l’immigration, parmi lesquelles des demandeurs d’asile et des membres du Comité Afro-européen, cette création collective, basée sur l’improvisation, interpelle les spectateurs et spectatrices : qu’avons-nous à apprendre des pratiques et connaissances d’autres cultures ? Que l’Autre nous apprend-il sur nous-mêmes ? Les soins de santé sont-ils réellement accessibles à tou·te·s ? Et surtout : dans quelle mesure les professionnel·le·s du secteur (para)médical sont-ils/elles formé·e·s à l’interculturalité ? Voir la bande annonce de la pièce.

TAE-Oza wapi docteur.

Cinq tables rondes étaient organisées dans la foulée de la pièce.

Le racisme et la discrimination dans le contexte des soins de santé (avec Bamko, le MRAX, LUSS)

Patient·e·s comme professionnel·le·s se heurtent fréquemment au racisme et à la discrimination dans le contexte des soins de santé. Vers qui peuvent-ils·elles se tourner dans ce cas ? Comment lutter contre ce phénomène ? Comment agir au niveau de la formation, notamment celle des futur·e·s soignant·e·s ? Dire « non » à un·e patient·e issu·e de l’immigration est vite interprété comme du racisme, comment réagir comme soignant·e à des accusations dans ce sens ?

Chocs culturels vécus au quotidien dans les soins de santé : échange d’expériences (avec la Croix Rouge, le CAI, le Comité Afro-européen)

Que vous soyez patient·e ou professionnel·le de la santé, venez partager vos expériences de terrain et croiser vos regards pour affiner l’analyse des chocs culturels vécus. Les (futur·e·s) professionnel·le·s se sentent-ils·elles suffisamment formé·e·s à l’interculturalité ? Sont-ils·elles sensibilisé·e·s à l’impact des trajectoires migratoires sur la santé ? Faut-il davantage intégrer ce volet au cursus et, le cas échéant, comment ? Voir la synthèse de l'atelier "Chocs"

Les difficultés d'accès à l’aide médicale (avec Médecins du Monde, Nouveau Saint-Servais)

En théorie, tout le monde a accès aux soins. Dans la pratique, c’est une autre paire de manches. Les personnes précarisées, parmi lesquelles des demandeur·se·s d’asile et des personnes sans-papiers, se perdent bien souvent dans les méandres de la bureaucratie. À quels droits l’aide médicale urgente ouvre-t-elle l’accès ? À quel(s) niveau(x) agir pour faciliter l’accès aux soins pour tou·te·s ou, du moins, rendre plus satisfaisantes les relations entre professionnel·le·s de la santé / assistant·e·s sociaux·ales et publics issus de milieux socio-culturels défavorisés ? Voir la synthèse de l'atelier accès

Comment accompagner des patient·e·s qui s’inscrivent dans un autre type de médecine et de vision du monde ? (avec J·-L· Brackelaire, psychologue clinicien dans le champ interculturel et professeur à l’UCL et l’UNamur ; Saïda Hodaïbi, médiatrice interculturelle au CHR ; Cultures & Santé)

Quelle attitude adopter en tant que soignant·e face à des demandes qui dépassent le cadre de la médecine occidentale ? Comment tirer parti de la variété de médecines existantes, loin de tout eurocentrisme, autant que possible ? Quelles difficultés la médecine occidentale suscite-t-elle chez les malades d’origine étrangère ? Comment intégrer ces questionnements dans le cursus des futur·e·s soignant·e·s ? Voir la synthèse de l'atelier "visions"

Comment accompagner des patient·e·s qui maitrisent peu le français à l’oral et à l’écrit ? (avec Lire et Ecrire Namur, le Setis, LUSS)

En Belgique, 1 adulte sur 10 est en grande difficulté face à la lecture ou l’écriture. De nombreux·ses patient·e·s ne parlent pas le français. Cette faible maitrise de la langue a un impact sur la santé des personnes : bien se faire comprendre lors d’un rendez-vous médical, comprendre les indications du médecin, lire la notice d’un médicament… Comment, au quotidien, mieux accueillir ce public et tenir compte de ses difficultés ? Quels outils les soignant·e·s peuvent-ils·elles mettre en place pour communiquer au mieux avec les patient·e·s concerné·e·s ? Comment, sur le long terme, agir au niveau de la formation des (futur·e·s) soignant·e·s ? Voir la synthèse de l'atelier "français"

Les questions de genre en contexte multiculturel (avec Caravanes pour la Paix et la Solidarité, GAMS)

Mieux comprendre les spécificités des femmes migrantes dans le contexte des soins : l’impact d’un parcours migratoire sur la santé, le choc culturel face à l’accompagnement médical de la maternité, la garde d’enfants comme obstacle à l’hospitalisation, l’impact des violences sexuelles dont l’excision, la place de la religion… Comment tenir compte des questions de genre dans sa pratique et comment améliorer le cursus en ce sens ? Synthèse de l'atelier "genre"

 

ParBernard Delvaux

2017 : semaine TAES

À travers des saynètes, des défis, des conférences-débats ou encore un brainstorming, dans les Hautes Ecoles et sur différents campus, Tout Autre Enseignement Supérieur a interpellé les citoyens sur des questions telles que la composition des programmes de cours en économie, la formation à l’interculturalité ou encore le zéro déchet sur les campus. Soit une diversité d’activités avec un fil conducteur commun : un questionnement critique par rapport à l’enseignement supérieur.

TAE-Flyers TAES semaine 2017

Saynètes sur l’analphabétisme, avec Lire et Ecrire

  • IESSID (rue de l’abbaye 26, 1050 BRUXELLES)
  • Faculté de Droit de l’UNamur (Rempart de la Vierge 5, 5000 NAMUR) – sur inscription

L’IESSID (catégorie sociale de la Haute Ecole Bruxelles-Brabant HE2B) accueille dans une classe de première année assistants sociaux l’association « Lire et Ecrire » pour se questionner ensemble sur la place et l’écoute donnée aux personnes analphabètes. Jeux, histoires, chiffres, débats et sans doute intervention d’étudiant.e.s avec des saynètes en « théâtre-objet », tout ceci pour prendre du recul sur la réalité très méconnue pourtant fréquemment vécue (parfois honteusement) par des usager.ère.s de services sociaux.

AG de Rethinking Economics

Lieu : ULB, Campus du Solbosch (avenue Franklin Roosevelt 50, 1050 BRUXELLES)

Rethinking Economics Belgium est un mouvement d’économistes (étudiant.e.s, chercheur.se.s, professionnel.le.s), ouvert à la participation d’autres citoyen.ne.s, qui vise à promouvoir d’autres approches en économie et ce, tant dans l’enseignement, que dans la recherche et dans le débat public.

Après une présentation en plénière, cette deuxième AG vous invite à contribuer, en petits groupes, à l’analyse critique des cursus en économie et des pratiques économiques, à mettre au jour les biais idéologiques dans l’enseignement de l’économie à l’université, ou encore à définir la stratégie politique du mouvement.

Vers une tout autre école sup

Doc BV (Biologie végétale), Gembloux Agro-Bio Tech. (Avenue Maréchal Juin 2, 5030 GEMBLOUX)

Atelier participatif « Économie écologique : quelles seraient les initiatives pour ré-enchanter notre société ? », avec Rethinking Economics

Défi zéro déchets

 Lieu : Parvis de la BUMP (rue Grandgagnage 19, 5000 NAMUR)

Vous aimez les défis ? Vous n’aimez pas les déchets ? Rejoignez-nous avec vos sacs, vos boîtes ou… à mains nues : chacun.e son style, tou.te.s uni.e.s pour le Zéro Déchet !

En pratique, rendez-vous à la BUMP à partir de midi avec sandwich/pâtes/soupe/… achetés en mode Zéro Déchet ou avec votre pique-nique fait maison, pour savourer ensemble un repas en Transition !

On vous propose :
– du vin chaud et du jus de pomme Zéro Déchet
– des posters d’information et d’expression
– un coin Facebook
– des livres thématiques à consulter
– et des idées originales de contenants réutilisables à tester.

Venez relever le défi ou simplement partager vos trucs et astuces Zéro Déchet !

Conférence-débat : Rethinking Economics… and management ?

Centre Social Universitaire (rue Bruno 7, 5000 NAMUR)

Rethinking economics est un réseau d’économistes qui veut changer l’enseignement et la pensée économique. Il regrette entre autres le manque de diversité théorique et méthodologique dans le cursus et la recherche en économie. Un représentant du réseau présentera les projets en cours et dialoguera avec Sophie Béreau, professeure de gestion à l’UNamur, à propos de la nécessité d’étendre aux sciences de gestion le même type de questionnement. Sophie Béreau présentera l’état de sa réflexion et des débats actuels au sein des sciences de gestion à l’UNamur.

ParBernard Delvaux

2016 : soirée TAES

Le mercredi 12 octobre 2016, Tout Autre École organisait un évènement consacré à l’enseignement supérieur. L’objectif ? Échanger ses idées autour de la question : « Comment renforcer la place des initiatives porteuses d’une tout autre société dans l’enseignement supérieur ? ». Une quarantaine de personnes ont répondu présent. Voir le reportage de Canal C.
Télécharger la synthèse des ateliers.

Cinq ateliers thématiques ont été proposés. En voici un bref compte rendu.

Cursus en économie, avec Rethinking Economics Belgium

Plus que les étudiants, ce sont des professeurs qui ont majoritairement participé à cet atelier. Rethinking Economics Belgium y a présenté le paysage belge en matière de cursus en économie et s’est appuyé sur une étude qualitative réalisée auprès d’étudiants du bachelier en sciences économiques pour formuler une critique des programmes de cours actuels. Ceux-ci souffrent d’un manque d’interdisciplinarité et de la domination du courant néoclassique. S’en est suivi un débat sur le rôle de l’enseignement de l’économie aujourd’hui et des propositions d’amélioration : créer une plus grande interaction avec l’auditoire, réserver une place suffisante aux questionnements des étudiants, partir de problématiques actuelles, apprendre la vulgarisation, mettre en place un système de parrainage entre étudiants de bac et de master, laisser le choix de suivre des cours interactifs et en auditoire, ou encore valoriser la créativité dans la recherche.

Campus en transition, avec Empreintes et UNamur en transition

Le groupe, composé principalement de doctorants, de membres de kots-à-projets et du monde associatif, s’est attaché à définir le concept de transition et à formuler des propositions concrètes pour accélérer la transition sur le campus. Le groupe a notamment émis la préoccupation de sortir du cercle des convaincus. Il entend  créer une synergie entre universités et Hautes Écoles, et entre étudiants et professeurs. Parmi la multitude d’actions concrètes proposées, citons l’installation de fontaines à eau et distributeurs de produits locaux/bio/vegan/équitables, la mise en place d’un système de troc, l’intégration d’activités de sensibilisation dans le cursus, l’utilisation d’une monnaie locale, l’organisation d’une foire aux alternatives et aux savoir-faire, ou encore la création d’un point de ralliement pour les paniers locaux sur les campus.

Voir le compte-rendu 1 et le compte-rendu 2

Mixité sociale et multiculturalité, avec Lire et Ecrire et le CAI – Centre d’Action Interculturelle

Le groupe (étudiants, professeurs, chercheurs et milieu associatif) a donné des exemples de choc culturel et/ou social que les étudiants sont susceptibles de rencontrer en tant que citoyens et futurs professionnels. Certaines réalités socio-culturelles, parmi lesquelles l’analphabétisme chez les Belges et les personnes d’origine étrangère ou les croyances propres à différentes cultures, sont mal connues d’une grande partie des étudiants. Cette méconnaissance donne lieu à des échecs relationnels et professionnels. Plusieurs pistes d’action sont possibles : améliorer la formation à l’interculturalité via des cours théoriques et pratiques et la création ou l’utilisation d’outils pédagogiques ; sensibiliser les professeurs à l’importance de la formation à l’interculturalité au sens large ; créer un tronc commun jusqu’à 22 ans qui rassemble un public hétérogène ; casser le paradigme de la hiérarchisation des savoirs ; organiser des rencontres (sport, théâtre…) entre personnes issues de différents milieux socio-culturels et (futurs) professionnels, ainsi que des cours et projets communs entre Hautes Ecoles et universités. Le groupe identifie un double combat : mieux former à la mixité tout en renforçant la mixité sociale et culturelle dans les auditoires.

Voir le compte-rendu

Refinancement de l’enseignement supérieur, avec la FEF et un professeur de Haute École

Le groupe (étudiants, professeurs et chercheurs) a dénoncé un sous-financement chronique de l’enseignement supérieur, en lien avec l’absence d’un levier fiscal en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il déplore le manque de corrélation entre le peu de moyens alloués et la hausse des besoins. Plutôt qu’un financement basé sur le concept d’utilisateur-payeur, le groupe défend une vision de gratuité, c’est à dire un enseignement essentiellement financé par la collectivité. Vu l’afflux important d’étudiants en Belgique issus d’autres pays de l’UE – mais qui n’est pas accompagné d’un transfert de moyens entre pays -, il a ouvert le débat sur la possibilité d’un système de financement par mutuelle étudiante en Belgique. Ce système serait caractérisé par la hausse du minerval pour tous et la création d’une bourse étudiante proportionnelle à la hausse pour les étudiants belges, et/ou la création d’un fonds de solidarité des États européens.

Convivialité vs stress, avec deux professeurs de Haute École

En réponse à des situations problématiques telles que les horaires chargés et le stress qui les accompagne, l’absence ou le manque d’espaces de détente et d’échanges interpersonnels, l’individualisme, le manque de temps pour « déguster » le savoir et développer l’esprit critique, le groupe a proposé plusieurs pistes d’actions : prévoir des temps de pause et des activités de développement personnel dans les horaires, créer des lieux de repos et de rencontres, proposer une évaluation continue plutôt qu’un blocus générateur de stress, intégrer plus de pratique dans le cursus ou encore passer au modèle de la classe inversée.