Quelles sont les 95 thèses de Martin Luther ?

Réponse



Les 95 thèses ont été écrites en 1517 par un prêtre allemand et professeur de théologie nommé Martin Luther. Ses idées révolutionnaires ont servi de catalyseur à la rupture éventuelle avec l'Église catholique et ont ensuite joué un rôle déterminant dans la formation du mouvement connu sous le nom de Réforme protestante. Luther a écrit ses 95 thèses radicales pour exprimer son inquiétude croissante face à la corruption au sein de l'Église. Essentiellement, ses thèses appelaient à une réforme complète de l'Église catholique et mettaient au défi d'autres érudits de débattre avec lui des questions de politique de l'Église.

L'un des principaux problèmes qui préoccupaient Luther concernait la question des responsables de l'église vendant des indulgences au peuple comme moyen de le libérer de l'obligation d'exiger une pénitence pour ses méfaits. Des indulgences ont également été réclamées par l'Église pour limiter le temps que la personne aimée de l'acheteur devrait passer au purgatoire. Dès que le sou tinte dans la tirelire, l'âme s'envole [du purgatoire]. Luther a estimé que ces responsables de l'église enseignaient aux gens qu'ils pouvaient littéralement acheter leur entrée dans le royaume de Dieu ou acheter la faveur de Dieu. Sa conviction était que la papauté s'était détériorée au point que le peuple était amené à croire en des doctrines créées par l'homme. Luther croyait que le pape avait le pouvoir de limiter ou de supprimer les pénitences imposées par le clergé, mais il n'avait pas le pouvoir de provoquer la contrition intérieure qui conduit au salut. Seul Dieu pouvait faire cela. Les indulgences sont positivement nocives, selon les Thèses, puisqu'elles induisent une fausse assurance de paix, et font négliger le vrai repentir.



Luther a publié ses 95 thèses en réalisant pleinement qu'il risquait l'excommunication et même la mort pour avoir protesté contre les traditions et les croyances de l'Église catholique. Agir ainsi était considéré comme une hérésie contre Dieu. Les 95 thèses de Luther sont devenues très recherchées par la population et ont rapidement été traduites en allemand pour être lues par le commun des mortels. L'imprimerie permit alors une large diffusion des Thèses, provoquant chez le peuple davantage de désenchantement vis-à-vis des voies de l'Église catholique.



En 1521, le pape Léon X excommunie Luther de l'Église catholique et le déclare hérétique. Luther était tellement méprisé par l'église qu'un arrêt de mort a été émis, donnant à quiconque la permission de le tuer. Cependant, Luther a reçu la protection du prince Frédéric de Saxe, un ardent défenseur de Luther. Caché dans l'un des châteaux de Frédéric, Luther a commencé à produire une traduction de la Bible en allemand. Dix ans plus tard, il était enfin achevé.

C'est en 1529, quelque 12 ans après que Luther eut cloué ses thèses sur la porte de l'église, que le mot protestant devint un terme populaire décrivant ceux qui soutenaient les protestations de Luther contre l'Église. Ces opposants à l'Église ont déclaré leur allégeance à Dieu et ont protesté contre toute loyauté ou engagement envers l'empereur. Par la suite, le nom protestant a été appliqué à tous ceux qui soutenaient que l'Église devait être réformée. Luther mourut en 1546 avec ses thèses révolutionnaires formant le fondement de ce que l'on appelle aujourd'hui la Réforme protestante.



Ci-dessous le texte complet des 95 thèses de Martin Luther :

Par amour de la vérité et par désir de l'élucider, le Révérend Père Martin Luther, Maître des Arts et de la Théologie Sacrée, et chargé de cours ordinaire à Wittenberg, entend défendre les affirmations suivantes et les contester en ce lieu. Il demande donc que ceux qui ne peuvent être présents et contestent oralement avec lui le fassent en leur absence par lettre. Au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, Amen.

1. Notre Seigneur et Maître Jésus-Christ, en disant : « Repentez-vous, etc. », voulait que toute la vie de ses croyants sur la terre soit une constante pénitence.

2. Et le mot «pénitence» ne peut ni ne peut être compris comme se référant au sacrement de pénitence, c'est-à-dire à la confession et à l'expiation telles qu'elles sont exercées sous le ministère du prêtre.

3. Néanmoins, il ne pense pas seulement à la pénitence intérieure : plutôt la pénitence intérieure est sans valeur à moins qu'elle ne produise diverses mortifications extérieures de la chair.

4. La mortification dure donc tant que dure la haine de soi-même, c'est-à-dire que la vraie pénitence intérieure dure jusqu'à l'entrée dans le Royaume des Cieux.

5. Le Pape ne remettra pas et ne pourra pas remettre d'autres peines que celles qu'il a imposées par son propre décret ou selon les canons.

6. Le Pape ne peut pardonner les péchés qu'en ce sens qu'il déclare et confirme ce qui peut être pardonné de Dieu ; ou qu'il le fait dans les cas qu'il s'est réservés ; soit cela méprisé, le péché reste non remis.

7. Dieu ne pardonne à personne son péché sans le jeter en même temps pénitent et humilié devant le prêtre son vicaire.

8. Les canons concernant la pénitence ne sont imposés qu'aux vivants ; elles ne doivent en aucun cas, suivant les mêmes canons, être imposées aux mourants.

9. Par conséquent, le Saint-Esprit, agissant dans le Pape, fait bien pour nous, lorsque celui-ci dans ses décrets supprime entièrement l'article de mort et d'extrême nécessité.

10. Ces prêtres agissent déraisonnablement et mal qui réservent au purgatoire la pénitence imposée aux mourants.

11. Cet abus de changer la peine canonique en peine de purgatoire semble avoir surgi quand les évêques dormaient.

12. Autrefois, les peines canoniques étaient imposées, non pas après, mais avant l'absolution, comme tests du vrai repentir et de l'affliction.

13. Les mourants paient toutes les peines par leur mort, sont déjà morts aux chanoines, et en ont à bon droit l'exemption.

14. Une santé spirituelle ou un amour imparfait chez le mourant entraîne nécessairement une grande peur ; et moins cet amour est grand, plus grande est la peur qu'il apporte.

15. Cette peur et cette horreur - sans parler d'autres choses - suffisent à elles seules pour produire la peine du purgatoire, parce qu'elles se rapprochent de l'horreur du désespoir.

16. L'enfer, le purgatoire et le ciel semblent différer comme le désespoir parfait, le désespoir imparfait et la sécurité du salut diffèrent.

17. Il semble qu'au purgatoire l'amour dans les âmes augmente, comme la peur diminue en elles.

18. Il ne semble pas être prouvé ni par des arguments ni par l'Ecriture Sainte qu'ils sont en dehors de l'état de mérite et de démérite, ou d'accroissement d'amour.

19. Cela aussi ne semble pas être prouvé, qu'ils sont tous sûrs et confiants de leur salut, bien que nous puissions en être tout à fait sûrs.

20. C'est pourquoi le Pape, en parlant de la parfaite rémission de toutes les peines, ne veut pas dire que toutes les peines en général soient pardonnées, mais seulement celles qu'il inflige.

21. C'est donc dans l'erreur ces prédicateurs d'indulgences qui disent que, par l'indulgence du pape, un homme peut être exempt de toute peine et être sauvé.

22. Oui, le pape ne remet aux âmes du purgatoire aucune peine qu'elles auraient, selon les canons, à payer dans cette vie.

23. Si à quelqu'un la rémission complète de toutes les peines peut être accordée, il est certain qu'elle n'est accordée qu'à ceux qui approchent le plus de la perfection, c'est-à-dire à un très petit nombre.

24. C'est pourquoi la multitude est induite en erreur par la promesse vantarde de la peine payée, par laquelle aucune distinction n'est faite.

25. Le même pouvoir que le pape a sur le purgatoire, tel a aussi chaque évêque dans son diocèse, et chaque curé dans sa paroisse.

26. Le Pape agit très justement en accordant la rémission aux âmes, non par le pouvoir des clefs - qu'il ne possède pas au Purgatoire - mais par voie d'intercession.

27. Ils prêchent la vanité qui disent que l'âme s'envole du Purgatoire dès que l'argent jeté dans le coffre claque.

28. Ce qui est sûr, c'est qu'aussitôt que le sou claque dans la poitrine, le gain et l'avarice sont en voie d'augmenter ; mais l'intercession de l'Église ne dépend que de la volonté de Dieu lui-même.

29. Et qui sait aussi si toutes ces âmes du purgatoire veulent être rachetées, comme on dit que ce fut le cas pour saint Séverin et saint Paschal.

30. Personne n'est sûr de s'être repenti assez sincèrement ; encore moins peut-il être sûr d'avoir reçu la parfaite rémission des péchés.

31. Rarement, comme celui qui a un repentir sincère, est celui qui gagne réellement l'indulgence ; c'est-à-dire qu'on en trouve le plus rarement.

32. Sur le chemin de la damnation éternelle sont eux et leurs maîtres, qui croient qu'ils sont sûrs de leur salut par les indulgences.

33. Méfiez-vous bien de ceux qui disent que les pardons du Pape sont ce don inestimable de Dieu par lequel l'homme se réconcilie avec Dieu.

34. Car le pardon contenu dans ces pardons ne se rapporte qu'aux peines d'expiation sacramentelle qui ont été fixées par les hommes.

35. Il prêche comme un païen qui enseigne que ceux qui délivreront des âmes du purgatoire ou achèteront des indulgences n'ont pas besoin de repentance et de contrition.

36. Tout chrétien qui ressent une repentance sincère et un chagrin à cause de ses péchés, a une parfaite rémission de la douleur et de la culpabilité même sans lettres d'indulgence.

37. Tout vrai chrétien, qu'il soit encore vivant ou déjà mort, participe à tous les bienfaits du Christ et de l'Église que Dieu lui a donnés, même sans lettres d'indulgence.

38. Pourtant, l'absolution et la dispense du pape ne doivent en aucun cas être méprisées, puisqu'il s'agit, comme je l'ai dit, d'une déclaration de l'absolution divine.

39. Il est extrêmement difficile, même pour les théologiens les plus subtils, de louer à la fois devant le peuple la grande richesse de l'indulgence et la vérité de l'absolue contrition.

40. La vraie repentance et la contrition recherchent et aiment la punition ; tandis que la riche indulgence l'absout et la fait haïr, ou du moins leur en donne l'occasion.

41. L'indulgence du pape doit être proclamée avec toutes les précautions, de peur que le peuple ne la croie à tort plus précieuse que toutes les autres œuvres de charité.

42. Les chrétiens doivent être enseignés, ce n'est pas l'avis du Pape que l'achat d'indulgence soit en aucune façon comparable aux œuvres de charité.

43. Les chrétiens doivent être instruits, celui qui donne aux pauvres, ou prête à un nécessiteux, fait mieux que d'acheter l'indulgence.

44. Car, par l'exercice de la charité, la charité augmente et l'homme devient meilleur, tandis que par le moyen de l'indulgence, il ne devient pas meilleur, mais seulement plus exempt de châtiment.

45. Les chrétiens doivent être instruits, celui qui voit son prochain dans la détresse, et, néanmoins, achète l'indulgence, ne participe pas aux pardons du Pape, mais à la colère de Dieu.

46. ​​Les chrétiens doivent être enseignés, à moins qu'ils ne soient assez riches, qu'il est de leur devoir de garder ce qui est nécessaire à l'usage de leurs ménages, et en aucun cas de le jeter sur des indulgences.

47. Les chrétiens doivent être instruits, l'achat d'indulgences est facultatif et non commandé.

48. Les chrétiens doivent être instruits, le pape, en vendant des pardons, a plus besoin et plus de désir d'une prière dévote pour lui-même que de l'argent.

49. Il faut instruire les chrétiens, les pardons du Pape sont utiles tant qu'on n'y met pas confiance, mais au contraire très dangereux, si par eux on perd la crainte de Dieu.

50. Les chrétiens devraient être instruits, si le pape connaissait les manières et les actes des prédicateurs d'indulgences, il préférerait que la cathédrale Saint-Pierre soit réduite en cendres, plutôt qu'elle soit construite de peau, de chair et de os de ses agneaux.

51. Les chrétiens doivent être enseignés, le pape, comme il est de son devoir de le faire, est en effet également disposé à donner de son propre argent - et si Saint-Pierre lui est vendu - à ceux à qui les prédicateurs d'indulgences extorquent le plus de l'argent.

52. C'est une chose vaine et fausse d'espérer être sauvé par des indulgences, bien que le commissaire - non, le pape lui-même - devait engager sa propre âme pour cela.

53. Ceux qui, à cause d'un sermon sur les indulgences dans une église, condamnent la parole de Dieu au silence dans les autres, sont ennemis du Christ et du Pape.

54. On fait tort à la parole de Dieu si l'on consacre dans le même sermon autant ou plus de temps aux indulgences qu'à la parole de l'Evangile.

55. L'opinion du Pape ne peut être autre que celle-ci : - Si une indulgence - qui est la chose la plus basse - est célébrée avec une cloche, une procession et des cérémonies, alors l'Evangile - qui est la chose la plus haute - doit être célébré avec une cent cloches, cent processions et cent cérémonies.

56. Les trésors de l'Église, d'où le Pape accorde sa dispense, ne sont ni suffisamment nommés ni connus de la communauté du Christ.

57. Il est manifeste qu'il ne s'agit pas de trésors temporels, car ces derniers ne sont pas dépensés à la légère, mais plutôt amassés par de nombreux prédicateurs.

58. Ce ne sont pas non plus les mérites du Christ et des saints, car ceux-ci, sans l'aide du Pape, font toujours la grâce à l'homme intérieur, la croix, la mort et l'enfer à l'autre homme.

59. Saint Laurent appelait les pauvres de la communauté les trésors de la communauté et de l'Église, mais il comprenait le mot selon l'usage de son temps.

60. Nous affirmons sans justesse que les clefs de l'Église, conférées par le mérite du Christ, sont ce trésor.

61. Car il est clair que le pouvoir du Pape est suffisant pour la remise des peines et le pardon dans les cas réservés.

62. Le vrai et vrai trésor de l'Église est le très saint Évangile de la gloire et de la grâce de Dieu.

63. Ce trésor, cependant, est à juste titre le plus odieux, car il fait que le premier est le dernier.

64. Tandis que le trésor de l'indulgence est à juste titre le plus agréable, car il rend le dernier à être le premier.

65. C'est pourquoi les trésors de l'Evangile sont des filets avec lesquels autrefois on pêchait les hommes de Mammon.

66. Mais les trésors de l'indulgence sont des filets avec lesquels on pêche aujourd'hui le Mammon des hommes.

67. Ces indulgences, que les prédicateurs proclament être de grandes miséricordes, sont en effet de grandes miséricordes, dans la mesure où elles favorisent le gain.

68. Et pourtant ils sont des plus petits par rapport à la grâce de Dieu et à la dévotion de la Croix.

69. Les évêques et les curés doivent remarquer des yeux et des oreilles que les commissaires des pardons apostoliques (c'est-à-dire papistes) sont reçus avec toute révérence.

70. Mais ils doivent encore plus remarquer des yeux et des oreilles que ces commissaires ne prêchent pas leurs propres fantaisies au lieu de ce que le pape a commandé.

71. Celui qui parle contre la vérité des pardons apostoliques, soit anathème et maudit.

72. Mais béni soit celui qui se méfie des paroles méchantes et impudentes du prédicateur du pardon.

73. Comme le Pape déshonore et excommunie à juste titre ceux qui utilisent n'importe quel stratagème pour nuire au trafic des indulgences.

74. Bien plus, son intention est de déshonorer et d'excommunier ceux qui, sous prétexte d'indulgences, usent d'artifices pour nuire au saint amour et à la vérité.

75. Penser que les pardons papistes ont le pouvoir d'absoudre un homme même si - pour dire une impossibilité - il a violé la Mère de Dieu, c'est de la folie.

76. Nous affirmons au contraire que le pardon papiste ne peut ôter le moindre des péchés quotidiens, quant à la culpabilité de celui-ci.

77. Dire que saint Pierre, s'il était maintenant pape, ne pourrait montrer de plus grandes miséricordes, est un blasphème contre saint Pierre et le pape.

78. Nous affirmons au contraire que ce Pape et tous les autres ont de plus grandes miséricordes à montrer : à savoir, l'Evangile, les pouvoirs spirituels, les dons de guérison, etc. (1.Cor.XII).

79. Celui qui dit que la croix avec les armes du Pape, solennellement posées haut, a autant de puissance que la Croix du Christ, blasphème Dieu.

80. Les évêques, les curés et les théologiens qui permettent que de tels discours soient prononcés parmi le peuple, auront un jour à en répondre.

81. De tels sermons impudents concernant les indulgences rendent difficile, même pour les savants, de protéger l'honneur et la dignité du pape contre les calomnies, ou en tout cas contre les questions pénétrantes des laïcs.

82. Comme par exemple : - Pourquoi le Pape ne délivre-t-il pas toutes les âmes en même temps du Purgatoire, par amour très saint et à cause de la plus amère détresse de ces âmes - ceci étant le plus impératif de tous les motifs, - tandis qu'il sauve un nombre infini d'âmes pour l'amour de cette chose la plus misérable, l'argent, à dépenser pour la cathédrale Saint-Pierre : - ceci étant le moindre des motifs ?

83. Ou encore : - Pourquoi les messes pour les morts continuent-elles, et pourquoi le Pape ne rend-il pas ou ne permet-il pas de retirer les fonds qui ont été établis pour les morts, puisqu'il est maintenant faux de prier pour ceux qui sont déjà enregistré?

84. Encore: - Quelle est cette nouvelle sainteté de Dieu et du Pape qui, pour l'argent, ils permettent aux méchants et à l'ennemi de Dieu de sauver une âme pieuse, fidèle à Dieu, et pourtant ne sauveront pas cette âme pieuse et bien-aimée sans paiement, par amour et à cause de sa grande détresse ?

85. Encore : - Comment se fait-il que les canons de pénitence, longtemps abrogés et morts en eux-mêmes, parce qu'ils ne sont pas utilisés, soient encore payés avec de l'argent par l'octroi de grâces, comme s'ils étaient encore en vigueur et vivants ?

86. Encore : - Pourquoi le pape ne construit-il pas la cathédrale Saint-Pierre avec son propre argent - puisque ses richesses sont maintenant plus abondantes que celles de Crassus, - plutôt qu'avec l'argent des pauvres chrétiens ?

87. Encore : -Pourquoi le Pape remet-il ou donne-t-il à ceux qui, par une pénitence parfaite, ont déjà droit à la rémission plénière et au pardon ?

88. Encore : - Quel plus grand bien l'Église pourrait-elle recevoir, que si le Pape présentait cette rémission et ce pardon cent fois par jour à chaque croyant, au lieu d'une seule fois, comme il le fait maintenant ?

89. Si le pape recherche par son pardon le salut des âmes plutôt que l'argent, pourquoi annule-t-il des lettres d'indulgence accordées depuis longtemps, et les déclare-t-il sans effet, bien qu'elles soient encore en vigueur ?

90. Réprimer par la force ces questions très révélatrices des laïcs, et ne pas les résoudre en disant la vérité, c'est exposer l'Église et le Pape au ridicule de l'ennemi et rendre le peuple chrétien malheureux.

91. Par conséquent, si les pardons étaient prêchés selon l'intention et l'opinion du pape, toutes ces objections auraient une réponse facile, non, elles ne se sont jamais produites.

92. Fini donc tous ces prophètes qui disent à la communauté du Christ : « Paix, paix », et il n'y a pas de paix.

93. Mais bénis soient tous ces prophètes qui disent à la communauté du Christ : « La croix, la croix », et il n'y a pas de croix.

94. Les Chrétiens devraient être exhortés à s'efforcer de suivre Christ leur Tête à travers la Croix, la Mort et l'Enfer,

95. Et espérez ainsi avec confiance entrer au Ciel par de nombreuses misères, plutôt que dans une fausse sécurité.

MD XVII

Top