Que pouvons-nous apprendre de la femme au puits ?

Réponse



L'histoire de la Samaritaine sans nom au puits, enregistrée uniquement dans l'Évangile de Jean, est révélatrice, pleine de nombreuses vérités et de puissantes leçons pour nous aujourd'hui. L'histoire de la femme au puits fait suite au récit de l'interaction de Jésus avec Nicodème, un pharisien et membre éminent du sanhédrin juif (Jean 3: 1-21). Dans Jean 4:4-42, nous lisons la conversation de Jésus avec une femme samaritaine seule qui était venue puiser de l'eau d'un puits (connu sous le nom de puits de Jacob) situé à environ un demi-mille de la ville de Sychar en Samarie.

C'était une femme extraordinaire. C'était une Samaritaine, une race de gens que les Juifs méprisaient totalement comme n'ayant aucun droit sur leur Dieu, et elle était une paria et méprisée par son propre peuple. En témoigne le fait qu'elle est venue seule puiser de l'eau au puits communautaire alors qu'à l'époque biblique, puiser de l'eau et bavarder au puits était le temps fort social de la journée d'une femme. Cependant, cette femme a été ostracisée et marquée comme immorale, une femme célibataire vivant ouvertement avec le sixième d'une série d'hommes.



L'histoire de la femme au puits nous enseigne que Dieu nous aime malgré nos vies en faillite. Dieu nous valorise suffisamment pour nous rechercher activement, nous accueillir dans l'intimité et se réjouir de notre adoration. À la suite de la conversation de Jésus, seule une personne comme la femme samaritaine, une paria de son propre peuple, pouvait comprendre ce que cela signifie. Être désirée, être aimée alors que personne, pas même elle-même, ne pouvait voir quoi que ce soit de valeur en elle, c'est bien cela la grâce.



Mais il y a beaucoup d'autres vérités précieuses que nous glanons dans cette histoire. Nous apprenons que:

1) Ce n'est que par Jésus que nous pouvons obtenir et recevoir la vie éternelle : Jésus répondit : « Quiconque boit cette eau aura encore soif, mais celui qui boira l'eau que je lui donne n'aura plus jamais soif. En effet, l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau jaillissant pour la vie éternelle » (Jean 4, 13-14 ; cf. Jean 14, 6).



2) Le ministère de Jésus auprès de ces parias de la société juive (les Samaritains) révèle que tout le monde est précieux pour Dieu et que Jésus désire que nous démontrions de l'amour envers tout le monde. . . y compris même nos ennemis (Jean 4 :7-9 ; Matthieu 5 :44).

3) Jésus est le Messie (Jean 4 :25-26 ; 1 :41 ; Matthieu 27 :22 ; Luc 2 :11).

4) Ceux qui adorent Dieu, adorez-le en esprit et en vérité (Jean 4 :23-24 ; Psaume 145 :18).

5) Notre témoignage au sujet de Jésus est un outil puissant pour amener les autres à croire en lui : Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en lui à cause du témoignage de la femme : « Il m'a dit tout ce que j'ai fait. lui, ils le pressèrent de rester avec eux, et il resta deux jours. Et à cause de ses paroles, beaucoup d'autres sont devenus croyants. Ils dirent à la femme : « Nous ne croyons plus rien qu'à cause de ce que tu as dit ; maintenant nous avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que cet homme est vraiment le Sauveur du monde » (Jean 4 :39-42).

De plus, nous apprenons du dialogue de Jésus avec la femme au puits trois vérités absolues sur le salut :

1) Le salut ne vient qu'à ceux qui reconnaissent leur besoin désespéré d'une vie spirituelle qu'ils n'ont pas. L'eau vive ne peut être obtenue que par ceux qui reconnaissent qu'ils ont spirituellement soif.

2) Le salut ne vient qu'à ceux qui confessent et se repentent de leur péché et désirent le pardon. Avant que cette femme immorale puisse embrasser le Sauveur, elle a dû concéder le plein fardeau de ses péchés.

3) Le salut ne vient qu'à ceux qui prennent Jésus comme leur Messie. Car la vérité absolue est que le salut ne se trouve en personne d'autre (Jean 14 :6 ; Actes 4 :12).

Top