Que signifie 2 Pierre 3:8 quand il dit que mille ans sont un jour ?

Réponse



Mais n'oubliez pas une chose, chers amis : Pour le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour (2 Pierre 3 :8).

Le contexte est la clé pour déterminer la bonne compréhension de ce passage, en particulier la comparaison de mille ans à un jour. Le contexte de 2 Pierre 3 est le retour du Seigneur pour délivrer son peuple. Pierre dit aux croyants persécutés que des moqueurs viendront se moquer de l'idée que le Seigneur reviendra. Ils diront quelque chose comme, Il est parti depuis longtemps; Il ne reviendra jamais (voir verset 4). Alors que les chrétiens sont persécutés et continuent d'attendre que le Seigneur les délivre, il semble que sa venue soit retardée.



Pierre rappelle aux croyants de ne pas se décourager car Dieu travaille selon un calendrier différent. Pour un être humain, si quelque chose ne se produit pas en quelques années, nous pouvons le manquer. Dieu, cependant, n'est pas limité par les mêmes contraintes de temps car avec le Seigneur un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. Le temps n'est tout simplement pas un problème avec Dieu parce qu'il en a une quantité illimitée. Si la personne moyenne voit quelque chose dans le magasin, peu importe que cela coûte un sou ou un centime, même si l'un est dix fois plus cher que l'autre. Si un milliardaire voulait acheter une propriété, cela pourrait ne lui faire aucune différence que cela lui coûte 50 000 $, 500 000 $ ou même 5 000 000 $. C'est l'idée du verset - un jour et mille ans sont des quantités de temps si infimes pour Dieu que cela ne fait vraiment aucune différence pour Lui.



Si une personne promet de faire quelque chose, il lui reste un temps limité pour tenir cette promesse. Si un père âgé promet d'acheter une maison à son fils, il dispose d'un temps limité. Au fur et à mesure que les années passent et qu'il n'achète pas la maison, le fils peut commencer à se demander s'il le fera un jour. En fin de compte, si le père meurt avant de tenir la promesse et ne laisse rien au fils dans son testament, alors la promesse est expirée. Nous ne devons pas regarder les promesses de Dieu à travers le prisme du temps humain. Si Dieu travaille un plan qui prendra dix mille ans à se dérouler, ce n'est pas différent pour Lui que si Son plan a pris 10 jours pour se dérouler. Le point de 2 Pierre 3 est que, peu importe le temps que cela prendra, Dieu tiendra sa parole - le Seigneur ne tarde pas à tenir ses promesses (verset 8) - en particulier, il reviendra un jour pour juger le monde et sauver son gens. Le fait que cela ne se soit pas encore produit n'est absolument pas une indication qu'Il ne le fera pas. En tant que personnes ayant la vie éternelle, les chrétiens doivent adopter une perspective éternelle sur le temps. Nous avons toute l'éternité devant nous pour recevoir les promesses de Dieu. Nous n'avons pas à nous inquiéter s'il semble que nos vies pourraient se terminer avant d'avoir obtenu tout ce qui nous a été promis. Si le Seigneur ne revient pas avant 50 000 ans, c'est-à-dire moins de deux mois (soixante jours), en utilisant un calcul littéral du verset 8. Le point principal est que, étant donné le temps dont Dieu dispose, le temps n'est tout simplement pas une préoccupation.

Certains qui s'en tiennent au créationnisme de l'ancienne terre utilisent 2 Pierre 3: 8 pour renforcer leur point de vue selon lequel les jours de Genèse 1 n'étaient pas des jours littéraux mais de longs éons de temps. Si un jour est comme mille ans, le raisonnement va, alors le mot journée dans le récit de la création ne peut signifier une journée littérale de vingt-quatre heures. Le problème est que Dieu n'essaie pas de redéfinir nos mots dans 2 Pierre 3:8. Pierre ne dit pas qu'un jour est mille ans; il dit qu'un jour est Comme mille ans. En d'autres termes, il utilise un langage figuratif pour faire valoir son point de vue. Le point est ne pas que nous devrions interpréter le mot journée comme mille ans partout nous le trouvons dans l'Ecriture; le fait est plutôt que le passage du temps n'a aucune incidence sur la fidélité de Dieu à ses promesses. Il est le même hier, aujourd'hui et éternellement (Hébreux 13 : 8). En outre, la théorie de l'âge du jour nécessite bien plus de 6 000 ans dans la semaine de création.



D'autres s'égarent également dans leur interprétation de 2 Pierre 3:8 en le prenant comme une équation mathématique littérale. Certains qui s'en tiennent au créationnisme de la jeune terre estiment que la Terre existe depuis environ 6 000 ans ou, selon l'équation mathématique de 2 Pierre 3: 8, environ six jours. Sept est le nombre de la perfection et de l'achèvement, donc, selon la spéculation, toute l'histoire humaine durera une semaine, c'est-à-dire sept jours (7 000 ans). Le royaume millénaire de 1 000 ans est le septième jour de repos. Puisque le septième jour est encore à venir et sera inauguré par le retour du Seigneur, et puisque nous sommes déjà sur Terre depuis 6 jours, alors le Seigneur doit revenir bientôt. Certains vont plus loin dans leurs calculs et fixent des dates précises, toujours un exercice de folie.

Bien que la théorie des sept jours semble attrayante compte tenu de notre point particulier dans l'histoire - environ 6 000 ans ou quelque part vers la fin du sixième jour - elle va à l'encontre de l'esprit du verset. Le point entier du passage est que nous ne pouvons pas savoir quand le Seigneur reviendra parce qu'il opère selon un calendrier différent. Nous devons attendre patiemment, sachant que le Seigneur est patient avec vous, ne voulant pas que quelqu'un périsse, mais que tous arrivent à la repentance (2 Pierre 3 :9). Le verset 8 ne nous donne pas une équation énigmatique pour nous permettre de déterminer quand Il reviendra. Si tel était le cas, il semblerait que Pierre aurait pu le comprendre et aurait simplement pu dire aux croyants persécutés que le Seigneur reviendrait dans environ 2 000 ans. Il ne l'a pas fait parce qu'il ne savait pas quand le Seigneur reviendrait. Et nous non plus. Nous devons attendre le Seigneur aussi patiemment que les croyants persécutés du premier siècle et, comme eux, mener une vie sainte et pieuse en attendant le jour de Dieu (versets 11-12).

Top