Que dit la Bible au sujet de la confidentialité ?

Réponse



Le concept de confidentialité apparaît dans la Bible. Comme pour des sujets similaires, que la confidentialité soit bonne ou non, ou même possible, dépend de qui les informations sont conservées et dans quel but. Certains détails de la vie d'une personne sont mieux gardés hors de la vue du public, même si exposer ces secrets serait à notre avantage. En même temps, il y a certaines choses que nous voudrions garder confidentielles, en particulier sur nous-mêmes, qui seraient mieux avouées et traitées.

De toute évidence, il est impossible de garder quoi que ce soit confidentiel vis-à-vis de Dieu. Rien dans toute la création n'est caché à la vue de Dieu. Tout est découvert et mis à nu devant les yeux de celui à qui nous devons rendre compte (Hébreux 4:13). Ainsi, la confidentialité est une préoccupation terrestre, mais elle ne s'étend pas verticalement jusqu'au ciel. Dieu est le révélateur des secrets (Daniel 2:22). Le roi d'Aram découvrit cela à la dure ; chaque fois que ses troupes tentaient de tendre une embuscade à l'armée d'Israël, les Israélites étaient prêts à les affronter. Le roi d'Aram ne pouvait pas comprendre comment les Israélites recevaient leurs renseignements jusqu'à ce qu'un de ses officiers découvre la source de la fuite : Élisée, le prophète qui est en Israël, rapporte au roi d'Israël les paroles mêmes que vous prononcez dans votre chambre (2 Rois 6:12). Voilà pour la confidentialité; si Dieu veut que quelque chose soit connu, il sera connu.



Fait intéressant, un synonyme courant de confidentialité est discrétion . Cela a du sens, dans la mesure où il est important de faire la distinction entre les informations qui doivent être rendues publiques et celles qui doivent rester privées. Peu de gens voudraient aller voir un conseiller ou un pasteur qui ne pourrait pas maintenir la confidentialité. Et pourtant, ces conseillers doivent évaluer quand les informations doivent être partagées, même si l'autre personne ne le souhaite pas. Par exemple, les menaces envers autrui ou les intentions d'automutilation ne peuvent à juste titre rester confidentielles. Le livre des Proverbes, qui vante les vertus de la sagesse, encourage également la discrétion à quatre reprises dans les cinq premiers chapitres (Proverbes 1 :4 ; 2 :1 ; 3 :21 ; 5 :2). Ainsi, la question biblique sur la confidentialité n'est pas de savoir si elle est acceptable ou non, mais comment savoir quand une information particulière doit être gardée confidentielle.



Un aspect de la confidentialité à considérer est exactement de qui nous essayons de garder les informations secrètes. Il n'y a rien que Dieu ne puisse voir, entendre ou savoir (Psaume 44:21 ; 90:8). Ainsi, toute tentative de cacher des secrets à Dieu est inutile (Jérémie 23 : 24 ; Marc 4 : 22). De plus, chaque action et pensée sera un jour de notoriété publique (Matthieu 12 : 36 ; 2 Pierre 3 : 10). Là encore, certains secrets sont mieux tenus à l'écart de nos ennemis, ce que Samson n'a pas pris en compte (Juges 16 :16-21). Certains aspects de l'armée, de l'application de la loi ou des affaires peuvent également exiger la confidentialité (Josué 2 : 1). Ceci, dans certains cas, est dû au fait que les connaissances appartiennent littéralement à d'autres personnes. Trahir des informations confidentielles dans un environnement professionnel, par exemple, n'est pas très différent du vol.

Il y a des aspects de notre vie sur lesquels on nous dit explicitement de ne pas garder le secret, comme notre foi (Matthieu 5 :14-16). Il y a d'autres aspects de nos vies qui sont juste entre nous et Dieu (Matthieu 6 : 6), même si ce qui est gardé privé sont de bonnes choses (Matthieu 6 : 4). Garder quelque chose de confidentiel par discrétion n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Mais éviter la confession et la repentance de nos péchés est une autre histoire (1 Corinthiens 4 :2 ; Proverbes 28 :13 ; 1 Pierre 2 :16). Que l'information soit la nôtre ou celle de quelqu'un d'autre, nous devons nous demander, est-ce que je garde cela secret pour une bonne raison ?



La Bible exige la confidentialité dans certains domaines. Nous sommes obligés d'honorer les secrets qui nous sont confiés, à moins qu'il n'y ait une raison impérieuse de ne pas le faire (Proverbes 11 : 13 ; 12 : 23). En fait, ceux qui ne savent pas garder des secrets sont à éviter : Un commérage trahit une confidence ; évitez donc quiconque parle trop (Proverbes 20:19). La nécessité de garder confiance s'applique même lorsque vous défiez les autres à propos de leur propre péché (Matthieu 18:15). La réponse initiale de Joseph à la grossesse de Marie fut un divorce discret, fait en toute confiance (Matthieu 1 : 19), un choix crédité à sa justice.

La confidentialité avec discrétion est importante même lorsque les informations concernent nos ennemis (Proverbes 25 : 9 ; 17 : 9). À un moment donné, il peut devenir nécessaire de dénoncer publiquement le péché (1 Timothée 5 :20). Mais ce n'est pas censé être notre première réaction à de telles informations (Matthieu 18 :15-17).

Bibliquement, il y a une grande valeur à avoir la discrétion de savoir quand garder quelque chose de privé et quand transmettre l'information à d'autres. Nous devons être particulièrement prudents lorsque nous cachons des secrets personnels afin de ne pas avoir à faire face à notre propre péché et à la tentation d'exposer les autres par dépit ou par vengeance. Plutôt que d'être des commérages (Proverbes 16 : 28 ; 1 Timothée 5 : 13) ou trop argumentatifs (1 Timothée 6 : 4 ; 2 Timothée 2 : 23), nous devrions prendre la grande route avec ce que nous savons. La confidentialité est importante, mais elle doit être gardée d'une manière bibliquement saine.

Top