Que dit la Bible à propos de la confrontation ?

Réponse



Affronter, c'est affronter quelqu'un ou quelque chose, surtout dans un défi. Certaines confrontations sont inévitables dans la vie. Nous confrontons nos peurs pour ne pas leur permettre de nous gouverner. Nous sommes confrontés à l'erreur lorsque l'ignorer causerait du tort. Jésus a eu plusieurs confrontations avec ceux qui s'opposaient à lui. Les apôtres et les prophètes de Dieu dans la Bible ont également souvent été contraints à des confrontations, car leur message froissait les gens dans le mauvais sens.

La confrontation peut être soit utile, soit nuisible selon la situation, et la Bible donne des exemples des deux. Une confrontation nuisible est motivée par l'orgueil, la cupidité ou tout autre désir charnel. Ceux qui affrontent les autres pour prendre le dessus ou pour mieux paraître abusent de l'art de l'affrontement. Les guerres de rue commencent lorsqu'un chef de foule en colère en affronte un autre. Les guerres des médias sociaux commencent lorsque tous ceux qui ont accès à un clavier utilisent cette plate-forme pour confronter quiconque n'est pas d'accord avec eux. Rien n'est gagné par de telles confrontations parce que les motivations derrière elles sont égoïstes. Jésus était souvent l'objet de confrontations nuisibles lorsqu'il prêchait et enseignait en Judée. Les principaux sacrificateurs, les sadducéens et les pharisiens étaient motivés par l'orgueil, la peur, l'incompréhension et le désir de pouvoir, alors ils ont été offensés par ce qu'il a dit et fait et ont saisi toutes les occasions de le confronter. Leur confrontation finale s'est terminée par sa crucifixion, le plus grand crime de l'histoire humaine.



Bien sûr, toutes les confrontations ne sont pas mauvaises. Jésus a également confronté les dirigeants juifs au sujet de leur hypocrisie et de leur faux zèle religieux (Matthieu 3 :7 ; 23 :13). Deux fois, il a chassé les voleurs et les charlatans du temple dans un acte de juste confrontation (Jean 2 : 15). Paul a confronté Pierre lorsqu'il a appris que Pierre se comportait de manière hypocrite envers les croyants Gentils (Galates 2 :11-14). Ce fut une confrontation utile parce qu'elle était motivée par l'amour et la passion pour la santé de l'église. Dans l'Ancien Testament, Dieu a envoyé le prophète Nathan pour confronter David à propos de son péché avec Bethsabée (2 Samuel 12 :1-14). Cette confrontation a entraîné la repentance et la restauration de David. La confrontation de Nathan n'était pas égoïste car sa motivation était le meilleur intérêt de l'autre.



La confrontation fait inévitablement partie de la vie. D'autres nous confronteront lorsque nous leur aurons fait du tort ou qu'ils nous croiront dans l'erreur. Nous confronterons les autres lorsqu'ils nous offensent ou nous blessent, et c'est sain tant que nos motivations sont bonnes. Lorsque la confrontation est utilisée comme moyen de rabaisser, de condamner ou de se venger d'un autre, c'est une erreur. Dieu dit qu'Il est le vengeur, et Il se réserve le droit de traiter les contrevenants de manière appropriée (Hébreux 10 :30).

La manière dont nous nous engageons dans la confrontation est également importante. Les serviteurs du Seigneur se trouveront parfois dans des confrontations avec des incroyants. La Parole de Dieu donne des conseils dans de tels cas : Les opposants doivent être doucement instruits, dans l'espoir que Dieu leur accordera la repentance les conduisant à la connaissance de la vérité (2 Timothée 2 :25). Notez que la manière est précisée (avec douceur) ainsi que la motivation (que Dieu accorde la repentance).



Éviter la confrontation peut sembler une bonne chose, mais il y a des moments où c'est nécessaire, et l'esquiver est mal. Si Jésus avait refusé d'affronter publiquement les dirigeants juifs, ils auraient continué leur tromperie et leurs pratiques pénibles. Si Paul n'avait pas confronté Pierre, le christianisme aurait pu dévier de sa trajectoire au premier siècle et se dissoudre dans le légalisme ou une forme de judaïsme. Si Nathan avait refusé d'affronter David quand le Seigneur l'a envoyé, David n'aurait peut-être jamais été rétabli dans la communion avec Dieu et la nation d'Israël aurait souffert. Il nous manquerait également certains des grands psaumes, comme le Psaume 51, le cri de repentance de David.

Ceux qui plaisent aux gens ont particulièrement du mal à affronter le péché chez les autres parce qu'ils redoutent les retombées. Refuser de s'engager dans une confrontation peut leur donner une paix temporaire, mais cela pourrait se faire au détriment du bien-être de l'autre personne. Si quelqu'un se dirige vers un point de chute, nous n'hésitons pas à l'avertir. Nous devrons peut-être même confronter son opinion que la route est très bien. Mais nous savons mieux, et il est dans son intérêt de savoir ce que nous savons. En tant que chrétiens, nous savons quelque chose que le monde doit savoir. Certains pourraient ne pas apprécier notre message. Certains peuvent se mettre en colère et sur la défensive lorsque nous appelons le péché par son nom légitime. Mais les chrétiens sont appelés à renoncer à l'erreur et à proclamer la vérité, même lorsqu'elle semble conflictuelle pour les auditeurs. Lorsque la confrontation est revêtue d'amour et d'humilité, elle peut accomplir beaucoup de bien (voir 1 Corinthiens 13 :1-13).

Top