Que dit la Bible sur les préjugés ?

Réponse



D'une manière générale, les préjugés sont des préjugés préférentiels, et ils peuvent être favorables ou défavorables. Mais le terme préjudice se réfère le plus souvent à une opinion négative, non fondée sur des faits ou une expérience, formée sans juste motif ou connaissance suffisante. Les préjugés ciblent des groupes ou des types de personnes plutôt que de répondre aux personnes en tant qu'individus. Les préjugés s'expriment généralement par des sentiments, des opinions ou des attitudes déraisonnables et hostiles envers des groupes ethniques, raciaux, sociaux ou religieux. Les préjugés ont joué un rôle important dans l'histoire religieuse, certains défendant même des actes de préjugés au nom du christianisme. Il est bon de regarder ce que la Bible dit au sujet des préjugés.

Les humains ont une tendance naturelle à montrer des préjugés envers quiconque est différent. L'Ancien et le Nouveau Testament ont été écrits à des époques de l'histoire humaine où l'on s'attendait à des préjugés raciaux, nationaux et sexuels. Les femmes étaient traitées comme des biens et l'asservissement d'autres nationalités était courant. Lorsque Dieu a donné à Moïse la Loi pour Israël, Il a incorporé des normes morales et éthiques qui étaient inconnues à cette époque barbare (Deutéronome 4 : 8). Dieu a décrété que Son peuple serait différent des nations violentes et impies qui l'entouraient (Lévitique 20:26). Une partie de cette différence résiderait dans la manière dont ils devaient traiter les autres : les étrangers parmi eux devaient être traités comme leurs propres frères (Lévitique 19 : 34), éliminant ainsi les préjugés de leurs rangs.



Les préjugés parmi les Juifs, les Gentils et les Samaritains étaient endémiques à l'époque de Jésus. Les Juifs détestaient les Samaritains et considéraient les Gentils comme impurs. Jésus a transcendé les préjugés en mettant particulièrement l'accent sur la foi d'un Gentil (Matthieu 8 :10-11) et la bonté d'un Samaritain (Luc 10 :30-36). Dieu avait choisi la nation d'Israël par laquelle Il enverrait Son Messie (Romains 1:16), et les Juifs étaient fiers de leur héritage (voir Jean 8:33). Lorsque l'église a commencé, les premiers juifs convertis au christianisme croyaient que le salut de Dieu leur appartenait uniquement. Mais alors que les non-juifs commençaient à répondre par la foi à l'évangile, les préjugés juifs enracinés conduisirent rapidement à la discorde et à la controverse au sein de l'église (Actes 11 : 1 ; 15 : 5).



Dieu a donné à l'apôtre Pierre une vision pour lui enseigner que Dieu n'a pas de préjugés et ne tolérera pas les préjugés chez Son peuple. À cause de ce que Dieu lui a révélé, dit Pierre, je réalise maintenant à quel point il est vrai que Dieu ne fait pas preuve de favoritisme mais accepte de chaque nation celui qui le craint et fait ce qui est juste (Actes 10 :34-35). Paul, choisi spécifiquement par Dieu comme apôtre des Gentils (Galates 2 : 8), a expliqué que Jésus, le Messie juif, offre le salut à tous ceux qui se confient en lui. Cette foi greffe chaque croyant dans la famille de Dieu. Paul a écrit : Ainsi, en Jésus-Christ, vous êtes tous enfants de Dieu par la foi, car vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous vous êtes revêtus de Christ. Il n'y a ni Juif ni Gentil, ni esclave ni libre, ni homme ni femme, car vous êtes tous un en Jésus-Christ. Si vous appartenez à Christ, alors vous êtes la semence d'Abraham et héritiers selon la promesse (Galates 3:26-29). Il n'y a pas de chrétiens de seconde zone. La foi en Christ est le grand égalisateur, éliminant tout fondement de préjugés.

Les récits historiques de combats et d'effusions de sang au nom du Christ - des protestants tuant des catholiques et des catholiques tuant des protestants - ne ressemblent en rien au christianisme du Nouveau Testament. Les préjugés religieux sont tout aussi mauvais que n'importe quel autre genre et ne sont validés nulle part par Jésus ou les apôtres. Les préjugés religieux sévissent encore dans de nombreuses régions du monde et s'opposent directement à tout ce que Jésus a enseigné. Bien que nous puissions être fortement en désaccord avec d'autres chrétiens dans la doctrine et nous opposer avec amour aux faux enseignements de toutes sortes, nous ne devons jamais forcer nos opinions par la haine, la coercition ou la violence (voir Jean 18:36).



L'enseignement de Jésus combat les préjugés. Dieu fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, a dit Jésus, et fait pleuvoir sur les justes et les injustes (Matthieu 5:45). Aimez vos ennemis, disait Jésus, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. Si quelqu'un te gifle sur une joue, tends-lui aussi l'autre. Si quelqu'un prend votre manteau, ne lui enlevez pas votre chemise. Donnez à tous ceux qui vous le demandent, et si quelqu'un prend ce qui vous appartient, ne le lui redemandez pas. Faites aux autres ce que vous voudriez qu'ils vous fassent (Luc 6:27-31). De tels commandements nous éloignent des préjugés de toute sorte.

La Bible déclare que l'amour doit régir chaque action que nous entreprenons (1 Corinthiens 16:14), et les préjugés s'opposent à l'amour. L'amour voit l'image de Dieu dans chaque individu ; le préjudice pré-attribue un jugement sans motif valable. 1 Corinthiens 13:4-8 définit à quoi ressemble l'amour. Nous ne sommes pas les juges de la valeur d'une personne. 1 Corinthiens 4:5 dit que nous ne devons pas prononcer de jugement avant le temps, avant que le Seigneur ne vienne, qui mettra en lumière les choses maintenant cachées dans les ténèbres et révélera les desseins du cœur. Alors chacun recevra sa recommandation de Dieu.

Les préjugés n'ont pas leur place dans le cœur d'un croyant en Christ. Nos vies doivent être gouvernées par l'humilité, l'obéissance et l'amour de Dieu et des autres (Romains 13 :7-9). Les préjugés violent les trois. Avoir des préjugés signifie que nous nous considérons meilleurs que quelqu'un d'autre, ce qui est de l'orgueil (Philippiens 2:3). Cela signifie que nous désobéissons directement au commandement de Jésus de traiter les autres comme nous voudrions être traités (Matthieu 7 : 12). Et cela signifie que nous n'aimons pas pleinement Dieu, puisque nous ne voulons pas aimer les gens créés à son image (1 Jean 4 : 20-21). En raison de notre nature humaine déchue, nous luttons tous contre une forme de préjugé ; nous devrions être prompts à le reconnaître comme un péché et demander au Seigneur de nous en débarrasser. Lorsque nous sommes disposés à voir nos préjugés comme Dieu les voit, nous pouvons nous en repentir et demander son aide pour les changer (1 Jean 1 : 9).

Top