Que dit la Bible sur la satire et/ou le sarcasme ?

Réponse



Le sarcasme est l'utilisation de l'ironie (dire une chose tout en signifiant une autre) ou d'autres dispositifs rhétoriques d'une manière mordante et blessante. Il y a une différence entre le sarcasme et la satire, bien qu'ils soient liés. La satire est l'utilisation de l'ironie ou du ridicule pour exposer la folie, mais sans la morsure du sarcasme. La satire est plus douce ; le sarcasme est plus moqueur et ricanant.

La question est, la satire ou le sarcasme sont-ils toujours appropriés ? Ce serait assez facile à résoudre si ce n'était du fait que Dieu utilise la satire à plusieurs endroits dans les Écritures. Par exemple, les paroles de Paul dans ce passage :



Vous êtes déjà comblés, vous êtes déjà devenus riches, vous êtes devenus rois sans nous ; et en effet, je souhaite que vous soyez devenus rois afin que nous aussi régnions avec vous. Car, je pense, Dieu nous a présentés comme des apôtres en dernier lieu, comme des hommes condamnés à mort ; parce que nous sommes devenus un spectacle pour le monde, tant pour les anges que pour les hommes. Nous sommes des insensés à cause de Christ, mais vous êtes prudents en Christ ; nous sommes faibles, mais vous êtes fort ; vous êtes distingués, mais nous sommes sans honneur. Jusqu'à présent, nous avons à la fois faim et soif, nous sommes mal vêtus, nous sommes maltraités et nous sommes sans abri ; et nous peinons, travaillant de nos propres mains; quand on nous insulte, nous bénissons ; quand nous sommes persécutés, nous endurons ; quand on nous calomnie, on essaie de se concilier ; nous sommes devenus comme l'écume du monde, la lie de toutes choses, même jusqu'à présent. (1 Corinthiens 4:8-13)



Le langage de Paul est-il ironique ici ? Absolument. Était-ce blessant ? Intentionnellement. Pourtant, parce que son intention était de conduire les Corinthiens têtus à la vérité, cela peut toujours être considéré comme aimant. En fait, Paul a suivi ce passage avec, Je n'écris pas ces choses pour vous faire honte, mais pour vous avertir comme mes enfants bien-aimés (1 Corinthiens 4:14).

Les Corinthiens n'auraient pas considéré le langage de Paul comme intentionnellement cruel. Au lieu de cela, ils auraient reconnu que Paul utilisait la rhétorique pour faire valoir un point. Les Corinthiens se sentaient supérieurs à Paul, le jugeant. Alors il les appelle des rois spirituels et dit, ironiquement, que Dieu considère Ses apôtres comme de la lie.



Le passage sonne sarcastique. Il dit une chose tout en en signifiant une autre d'une manière qui rend les auditeurs stupides. Mais la méthode de Paul n'était pas conçue comme une insulte personnelle. Le but était d'attirer l'attention des lecteurs et de corriger une fausse façon de penser. En d'autres termes, les paroles de Paul sont satiriques, mais pas sarcastiques. Ils sont parlés avec amour aux enfants bien-aimés.

D'autres passages de la Bible qui utilisent la satire incluent le ridicule d'Isaïe des fabricants d'idoles (Isaïe 40: 19-20), les railleries de Dieu contre l'Égypte (Jérémie 46:11) et les quolibets d'Élie dirigés contre les prophètes de Baal (1 Rois 18:27 ). Jésus lui-même a utilisé la satire sous forme d'hyperbole lorsqu'il a dit à ses auditeurs d'ôter la planche de votre œil (Matthieu 7:5).

Par conséquent, nous pouvons dire que l'ironie est bonne ; l'ironie est une figure de style qui peut apporter de l'attention et de la clarté à une situation. Parfois, l'ironie peut être douloureuse parce que la vérité qu'elle révèle est convaincante. La satire, qui utilise l'ironie pour se moquer doucement et provoquer des changements nécessaires, peut être appropriée à l'occasion ; nous avons des exemples de satire dans l'Ecriture.

Le sarcasme, en revanche, n'est pas approprié. Le sarcasme a à sa base l'intention d'insulter ou d'être blessant sans amour ni souhait de bien-être correspondant. Au lieu de cela, le but du sarcasme est de rabaisser la victime et d'élever l'orateur. Jésus a mis en garde contre des paroles aussi dures et sans amour dans Matthieu 5:22. Nos paroles doivent être utiles et édifiantes, même si elles sont inconfortables pour l'auditeur.

Nous devons dire la vérité avec une intention aimante (Éphésiens 4 : 15), en évitant les propos insensés ou les plaisanteries grossières (Éphésiens 5 : 4). Nous devons parler de manière à ce que l'auditeur comprenne notre motivation. Et nous ne devrions jamais être malveillants ou cruels. L'ironie soigneusement formulée peut convenir, mais le sarcasme malveillant ne l'est pas.

Top