Qu'est-ce que Dieu veut de moi ?

Réponse



Les gens du temps du prophète Michée se plaignaient que Dieu n'était jamais satisfait. Ils ont sournoisement demandé : Le Seigneur sera-t-il satisfait de milliers de béliers, de dix mille fleuves d'huile d'olive ? (Michée 6:7). C'était leur façon de demander, qu'est-ce que Dieu vouloir de nous, d'ailleurs ? Certaines personnes aujourd'hui ont l'impression que tous leurs efforts pour plaire à Dieu ne servent à rien, et elles aussi demandent : Qu'est-ce que Dieu attend de moi ?

On a demandé une fois à Jésus quel commandement de la Loi était le plus grand. Il répondit : Aime le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force. Le second est celui-ci : ‘Aime ton prochain comme toi-même.’ Ce que Dieu veut est vraiment très simple : Il nous veut. Tout notre service pour Dieu doit découler de ces deux commandements d'aimer, sinon ce n'est pas un vrai service ; c'est un effort charnel. Et Romains 8:8 dit que ceux qui sont dans la chair ne peuvent plaire à Dieu.



Premièrement, Dieu veut que nous ayons confiance en son Fils comme Sauveur et Seigneur (Philippiens 2 :9-11). Deuxième Peter 3: 9 dit: Le Seigneur. . . est patient avec vous, ne voulant pas que personne périsse, mais que tous arrivent à la repentance. Nous apprenons à connaître Jésus en nous repentant de nos péchés et en l'acceptant comme notre sacrifice personnel (Romains 10 :9 ; Jean 1 :12). Lorsque les disciples de Jésus lui ont demandé de leur montrer le Père, il a répondu : Quiconque m'a vu a vu le Père (Jean 14 :9). Dieu veut que nous le connaissions, et nous ne pouvons le connaître qu'à travers Jésus.



Ensuite, Dieu veut que nous devenions conformes à l'image de Son Fils (Romains 8:29). Le Père veut que tous ses enfants soient comme Jésus. Il introduit des situations dans nos vies pour nous raffiner et éliminer ces caractéristiques imparfaites qui nous empêchent de devenir ce qu'Il a conçu pour nous (Hébreux 12 : 7 ; Jacques 1 : 12). Comme Jésus était obéissant au Père en tout, le but de chaque enfant de Dieu devrait être d'obéir à notre Père céleste (Jean 8:29). 1 Pierre 1:14-15 dit : En tant qu'enfants obéissants, ne vous conformez pas aux mauvais désirs que vous aviez lorsque vous viviez dans l'ignorance. Mais de même que celui qui vous a appelés est saint, soyez saints dans tout ce que vous faites.

Beaucoup de gens, comme les pharisiens à l'époque de Jésus, essaient de faire passer l'action extérieure avant le changement intérieur du cœur (Luc 11:42). Ils mettent tout l'accent sur ce qu'ils faire plutôt que qui ils sont . Mais, à moins que l'amour pour Dieu ne soit notre motivation, les démonstrations extérieures de bonté n'aboutissent qu'à l'orgueil et au légalisme. Ni l'un ni l'autre ne plaît à Dieu. Lorsque nous nous abandonnons totalement à Lui, Son Saint-Esprit nous donne le pouvoir d'aimer Dieu pleinement et de Le servir avec le bon motif. Le vrai service et la sainteté sont simplement l'œuvre de l'Esprit, le débordement d'une vie consacrée à la gloire de Dieu. Lorsque notre attention est portée sur aimant Dieu plutôt que simplement portion Lui, on finit par faire les deux. Si nous sautons la relation, notre service ne sert à rien et ne profite à rien (1 Corinthiens 13 :1-2).



Le prophète Michée a répondu à la plainte des Israélites selon laquelle ils ne savaient pas ce que Dieu attendait d'eux. Le prophète dit : Il t'a dit, ô homme, ce qui est bon ; et qu'est-ce que le Seigneur exige de vous, sinon que vous pratiquiez la justice, que vous aimiez la bonté et que vous marchiez humblement avec votre Dieu ? (Michée 6:8, ESV). Le désir de Dieu pour nous est très simple. Les gens compliquent les choses, s'appuyant sur des règles et des lois faites par l'homme qui garantissent la frustration et tuent la joie de suivre le Christ (2 Corinthiens 3 : 6). Dieu veut que nous l'aimions de tout notre cœur et que notre obéissance découle d'un désir sincère d'être agréable à ses yeux.

David a compris ce que Dieu voulait quand il a prié : Tu ne prends pas plaisir au sacrifice, sinon je l'apporterais ; tu ne prends pas plaisir aux holocaustes. Mon sacrifice, ô Dieu, est un esprit brisé ; Dieu, tu ne mépriseras pas un cœur brisé et contrit (Psaume 51 :16-17).

Top