Que signifie que tout m'est permis (1 Corinthiens 6.12 ; 10.23) ?

Réponse



Deux fois dans sa première lettre à l'église de Corinthe, Paul utilise la déclaration que tout m'est permis (KJV), une fois dans 1 Corinthiens 6:12 et de nouveau dans 1 Corinthiens 10:23. Dans les deux cas, l'apôtre met en garde l'église contre l'abus de la liberté chrétienne. Nous examinerons les deux passages dans leur contexte immédiat.

Dans 1 Corinthiens 6, Paul termine son discours sur plusieurs péchés spécifiques que les croyants corinthiens toléraient : certains membres de l'église profitaient les uns des autres au tribunal (versets 1 à 8) et d'autres pratiquaient l'immoralité (versets 12 à 20). . Dans ce contexte, l'apôtre dit : Tout m'est permis, mais tout n'est pas opportun : tout m'est permis, mais je ne serai soumis au pouvoir de personne (verset 12, KJV). Dans ce verset, Paul semble anticiper un argument de ceux qui ont justifié leur péché au nom de la liberté chrétienne. Son point est que la liberté a des limites. Il passe directement aux preuves que l'immoralité sexuelle est en contradiction avec la vie chrétienne, et qu'aucune liberté chrétienne ne peut l'excuser.



La traduction NIV de 1 Corinthiens 6:12 fait ressortir plus clairement l'idée que Paul cite ceux qui se sont opposés à sa réprimande : « J'ai le droit de tout faire », dites-vous, mais tout n'est pas bénéfique. 'J'ai le droit de faire n'importe quoi' - mais je ne serai maîtrisé par rien. Il semble que certains au sein de l'église corinthienne utilisaient J'ai le droit de faire n'importe quoi comme mantra, le répétant chaque fois qu'ils étaient interrogés sur leur comportement. Paul répond à leur mantra en ajoutant ses propres clauses : mais tout n'est pas bénéfique et mais je ne serai maîtrisé par rien. Même si tout était permis, tout ne devait pas être fait, et rien ne devait être autorisé à nous asservir comme une habitude pécheresse.



Dans 1 Corinthiens 10, il s'agit de manger des viandes offertes aux idoles. Paul se tourne à nouveau vers le mantra des Corinthiens : Tout m'est permis, mais tout n'est pas opportun : tout m'est permis, mais tout n'édifie pas (verset 23, KJV). Il poursuit ensuite en affirmant que manger de la viande vendue sur le marché n'est pas mauvais en soi; cependant, si manger de la viande offerte aux idoles fait trébucher quelqu'un, alors cette activité devient mauvaise.

La version NIV des mots 1 Corinthiens 10:23 de cette façon : « J'ai le droit de tout faire », dites-vous, mais tout n'est pas bénéfique. 'J'ai le droit de tout faire', mais tout n'est pas constructif. Ainsi, la liberté chrétienne est limitée par au moins deux considérations : 1) quel est l'effet de cette action sur soi-même ? et 2) quelle influence cette action aura-t-elle sur les Juifs, les Grecs ou l'église de Dieu dans son ensemble (verset 32) ? Notre objectif doit être de rechercher le bien des autres (verset 24), pas seulement notre propre bien (cf. verset 33).



La liberté chrétienne était un thème majeur de Paul (voir Galates 5:1). Il est donc tout à fait possible que le mantra des Corinthiens, Tout m'est permis, ait été à l'origine l'enseignement de Paul à cette église. Mais l'église ignorait les limites que l'amour pour les autres et la sainteté devant Dieu imposent à la liberté. Le chrétien ne peut pas vivre dans le péché et, lorsqu'il est confronté, hausser les épaules et dire : Tout m'est permis, parce que Paul l'a dit. Aucun croyant n'a le droit de faire tomber sciemment quelqu'un dans le péché et de l'excuser avec le slogan que j'ai le droit de faire n'importe quoi. La liberté chrétienne cesse d'être chrétienne et devient du libertinage lorsque nous nous livrons à des actes d'immoralité ou ne parvenons pas à nous aimer vraiment les uns les autres.

1 Corinthiens 10:31 résume bien la question : Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quoi que ce soit, faites tout pour la gloire de Dieu.

Top