Qu'est-ce que cela signifie que l'espoir différé rend le cœur malade (Proverbes 13:12) ?

Réponse



Personne n'aime attendre. Ça fait du bien d'avoir ce qu'on veut. Mais lorsque nos attentes sont retardées pendant longtemps, nous pouvons éprouver de la déception, de la désillusion et une perte d'espoir. Dans certains cas, l'attente prolongée de ce que nous désirons ardemment peut devenir une telle affliction pour nous qu'elle diffère peu d'une maladie persistante. Ce scénario est le sens exact des paroles de Salomon, l'espoir différé rend le cœur malade.

Le terme différé dans le passage signifie ajourner ou faire traîner, comme dans un processus long et interminable. L'espoir différé peut ressembler à beaucoup de choses : une prière de salut pour un être cher qui reste sans réponse année après année, une recherche d'emploi angoissante remplie d'entretiens et de rejets sans fin, une bataille à long terme contre le cancer ou une série déchirante de fausses couches. Alors que nous espérons ardemment quelque chose d'important, et que cela ne cesse d'être reporté, le désir que nous ressentons peut rendre notre cœur malade.



Le mot cœur dans le passage incarne non seulement le noyau mental ou émotionnel, mais toute la personne intérieure. Si quelque chose rend le cœur malade, cela provoque le désespoir et l'affliction. La traduction de la bonne nouvelle rend le verset comme ceci : Quand l'espoir est anéanti, le cœur est anéanti. L'espoir différé peut conduire à la dépression, à l'anxiété et à une véritable maladie physique. Lorsque nous attendons une bonne chose si longtemps que le désir et l'attente se transforment en désespoir, nous pouvons nous assécher spirituellement et être vulnérables aux attaques de l'ennemi.



La deuxième partie de Proverbes 13:12 donne l'antithèse de l'espérance différée : Mais un désir exaucé est un arbre de vie. L'arbre de vie représente le renouveau de la vie. Lorsque nos espoirs et nos désirs sont satisfaits, nous sommes rafraîchis. Lorsque nos prières sont exaucées, nous sommes encouragés. Lorsque nous obtenons le bien que nous désirons, nous subissons un réveil de l'âme. Salomon réitère le sentiment dans Proverbes 13:19 : Un désir accompli est doux à l'âme.

Les espoirs déçus rendent le cœur malade, et plus les attentes sont élevées, plus la frustration est grande. Bien qu'obtenir ce que nous désirons puisse être une excellente chose, nous ne devons pas laisser la poursuite de l'épanouissement devenir une tentation de pécher. L'attente est une occasion de faire confiance à Dieu et de lui permettre de travailler dans nos cœurs et de renforcer notre caractère : Mais si nous attendons avec impatience quelque chose que nous n'avons pas encore, nous devons attendre patiemment et avec confiance (Romains 8 :25, NLT ; voir aussi Romains 5:4). Nous devons voir ces longues périodes comme des occasions de nous tourner vers Dieu et de dépendre de lui dans notre faiblesse (Psaume 62 :1, 5 ; 2 Corinthiens 12 :9-10). Nos désirs insatisfaits et nos espérances différées peuvent nous conduire à de riches rencontres avec notre Sauveur : L'Éternel est bon pour ceux qui espèrent en lui, pour celui qui le cherche ; il est bon d'attendre tranquillement le salut de l'Éternel (Lamentations 3 :25-26 ; voir aussi Romains 5 :5). Le Seigneur seul est le véritable accomplissement de nos désirs.



Quand l'espérance différée rend votre cœur malade, regardez Jésus-Christ : Et alors, Seigneur, où dois-je mettre mon espérance ? Mon seul espoir est en toi (Psaume 39:7, NLT). Lorsque nous plaçons notre espoir en Christ seul, nous ne serons pas déçus, car il est une ancre solide et digne de confiance pour nos âmes (Hébreux 6 : 19, NLT).

Top