Qu'est-ce que la foi baha'ie ?

Réponse



La foi baha'ie est l'une des nouvelles religions mondiales issues à l'origine de l'islam chiite en Perse (l'Iran moderne). Cependant, il en est venu à acquérir un statut unique qui lui est propre. La foi baha'ie s'est distinguée comme une religion mondiale unique en raison de sa taille (5 millions de membres), de son échelle mondiale (236 pays), de son autonomie pratique par rapport à sa religion mère l'islam (il y a peu de flou entre les deux), et pour son unicité doctrinale, étant monothéiste mais inclusive.

Le premier précurseur de la foi baha'ie était Sayid Ali Muhammad qui, le 23 mai 1844, s'est déclaré le Bab ('Porte'), la huitième manifestation de Dieu et la première depuis Muhammad. Implicitement à cette déclaration était le déni de Mahomet en tant que dernier et plus grand prophète et un déni ensemble de l'autorité unique du Coran. L'Islam n'a pas apprécié de telles pensées. Le Bab et ses partisans, appelés Babis, ont connu de lourdes persécutions et ont fait partie d'une grande effusion de sang avant que le Bab ne soit exécuté comme prisonnier politique six ans plus tard à Tabriz, Adhirbáyján, le 9 juillet 1850. Mais avant sa mort, le Bab a parlé de un prophète à venir, appelé 'Celui que Dieu manifestera.' Le 22 avril 1863, Mirza Husayn Ali, l'un de ses disciples, s'est déclaré l'accomplissement de cette prophétie et la dernière manifestation de Dieu. Il a revêtu le titre de Baha'u'llah ('gloire de Dieu'). Le Bab était donc considéré comme un précurseur du type 'Jean-Baptiste' conduisant à Baha'u'llah qui est la manifestation la plus significative pour cet âge. Ses partisans sont appelés baha'is. Le caractère unique de cette foi baha'ie naissante, comme on en est venu à l'appeler, devient clair dans les déclarations de Baha'u'llah. Non seulement il prétendait être le dernier prophète prévu dans l'islam chiite, et non seulement il prétendait être une manifestation de Dieu, mais il prétendait être la seconde venue du Christ, le Saint-Esprit promis, le Jour de Dieu , le Maiytrea (issu du bouddhisme) et le Krishna (issu de l'hindouisme). Une sorte d'inclusivisme apparaît dès les premiers stades de la foi baha'ie.



On dit qu'aucune autre manifestation n'est venue depuis Baha'u'llah, mais sa direction a été transmise par nomination. Il a désigné un successeur en son fils Abbas Effendi (plus tard, Abdu'l-Baha 'esclave de Baha'). Alors que les successeurs ne pouvaient pas prononcer les Écritures inspirées de Dieu, ils pouvaient interpréter les Écritures infailliblement et étaient considérés comme le maintien de la vraie parole de Dieu sur terre. Abdu'l-Baha nommera son petit-fils Shoghi Effendi comme successeur. Shoghi Effendi, cependant, mourut avant de nommer un successeur. Le vide a été comblé par une institution dirigeante ingénieusement organisée appelée la Maison universelle de justice qui reste au pouvoir aujourd'hui en tant qu'organe directeur de la foi mondiale baha'ie. Aujourd'hui, la foi baha'ie existe en tant que religion mondiale avec des conférences internationales annuelles se réunissant à la Maison universelle de justice à Haïfa, en Israël.



Les doctrines fondamentales de la foi bahá'íe peuvent être attrayantes dans leur simplicité :

1) L'adoration d'un seul Dieu et la réconciliation de toutes les grandes religions.


2) Appréciation de la diversité et de la moralité de la famille humaine et élimination de tous les préjugés.
3) L'établissement de la paix mondiale, de l'égalité des femmes et des hommes et de l'éducation universelle.
4) Coopération entre la science et la religion dans la recherche individuelle de la vérité.
A celles-ci peuvent s'ajouter certaines croyances et pratiques implicites :
5) Un langage auxiliaire universel.
6) Poids et mesures universels.
7) Dieu qui est lui-même inconnaissable se révèle néanmoins à travers des manifestations.
8) Ces manifestations sont une sorte de révélation progressive.
9) Pas de prosélytisme (témoignage agressif).
10) L'étude de différentes Écritures en plus des livres bahá'ís.
11) La prière et le culte sont obligatoires et en grande partie selon des instructions spécifiques.

La foi baha'ie est assez sophistiquée et nombre de ses adeptes aujourd'hui sont instruits, éloquents, éclectiques, politiquement libéraux, mais socialement conservateurs (c'est-à-dire anti-avortement, famille pro-traditionnelle, etc.). De plus, les baha'is ne sont pas seulement censés comprendre leurs propres écritures baha'ies, mais sont également censés étudier les écritures des autres religions du monde. Par conséquent, il est tout à fait possible de rencontrer un baha'i qui est plus instruit sur le christianisme que ne l'est le chrétien moyen. En outre, la foi baha'ie met fortement l'accent sur l'éducation combinée à certaines valeurs libérales telles que l'égalitarisme entre les sexes, l'éducation universelle et l'harmonie entre la science et la religion.

Néanmoins, la foi baha'ie présente de nombreuses lacunes théologiques et des incohérences doctrinales. Comparé au christianisme, ses enseignements fondamentaux ne sont que superficiels dans leurs points communs. Les différences sont profondes et fondamentales. La foi baha'ie est ornée, et une critique complète serait encyclopédique. Ainsi, seules quelques observations sont faites ci-dessous.

La foi baha'ie enseigne que Dieu est inconnaissable dans son essence. Les baha'is ont la difficulté d'expliquer comment ils peuvent avoir une théologie élaborée sur Dieu tout en affirmant que Dieu est 'inconnaissable'. Et cela ne sert à rien de dire que les prophètes et les manifestations informent l'humanité sur Dieu parce que, si Dieu est « inconnaissable », alors l'humanité n'a aucun point de référence pour dire quel enseignant dit la vérité. Le christianisme enseigne à juste titre que Dieu peut être connu, comme cela est naturellement connu même par les non-croyants, bien qu'ils puissent ne pas avoir une connaissance relationnelle de Dieu. Romains 1:20 dit : « Car depuis la création du monde, ses attributs invisibles sont clairement visibles, étant compris par les choses qui sont faites, même sa puissance éternelle et sa divinité… » Dieu est connaissable, non seulement à travers la création, mais par sa Parole et la présence du Saint-Esprit, qui nous conduit, nous guide et témoigne que nous sommes ses enfants (Romains 8 :14-16). Non seulement pouvons-nous le connaître, mais nous pouvons le connaître intimement en tant que notre 'Abba, Père' (Galates 4:6). Certes, Dieu peut ne pas intégrer son infinité dans nos esprits finis, mais l'homme peut toujours avoir une connaissance partielle de Dieu qui est entièrement vraie et significative sur le plan relationnel.

À propos de Jésus, la foi baha'ie enseigne qu'il était une manifestation de Dieu mais pas une incarnation. La différence semble légère mais est en fait énorme. Les baha'is croient que Dieu est inconnaissable; donc, Dieu ne peut pas s'incarner pour être présent parmi les hommes. Si Jésus est Dieu dans le sens le plus littéral, et que Jésus est connaissable, alors Dieu est connaissable, et cette doctrine baha'ie est explosée. Ainsi, les baha'is enseignent que Jésus était le reflet de Dieu. Tout comme une personne peut regarder le reflet du soleil dans un miroir et dire : « Le soleil est là », de même on peut regarder Jésus et dire : « Il y a Dieu », ce qui signifie « Il y a un reflet de Dieu ». Là encore, le problème d'enseigner que Dieu est « inconnaissable » fait surface puisqu'il n'y aurait aucun moyen de faire la distinction entre les vraies et les fausses manifestations ou prophètes. Le chrétien, cependant, peut soutenir que le Christ s'est séparé de toutes les autres manifestations et a confirmé sa divinité auto-attestée en ressuscitant physiquement d'entre les morts (1 Corinthiens 15), un point que les baha'is nient également. Alors que la résurrection serait un miracle, c'est néanmoins un fait historiquement défendable, compte tenu de l'ensemble des preuves. Dr Gary Habermas, Dr William Lane Craig et N.T. Wright a bien fait de défendre l'historicité de la résurrection de Jésus-Christ.

La foi baha'ie nie également la seule suffisance du Christ et des Écritures. Krishna, Bouddha, Jésus, Muhammad, le Bab et Baha'u'llah étaient tous des manifestations de Dieu, et le dernier d'entre eux aurait la plus haute autorité puisqu'il aurait la révélation la plus complète de Dieu, selon l'idée de révélation progressive. Ici, l'apologétique chrétienne peut être employée pour démontrer le caractère unique des revendications du christianisme et sa véracité doctrinale et pratique à l'exclusion des systèmes religieux contraires. Les baha'is, cependant, sont soucieux de montrer que toutes les grandes religions du monde sont finalement conciliables. Toute différence serait expliquée comme suit :

1) Lois Sociales—Au lieu de Lois Spirituelles supra-culturelles.
2) Révélation précoce - Par opposition à la révélation ultérieure plus «complète».
3) Enseignement corrompu ou mauvaise interprétation.

Mais même en accordant ces qualifications, les religions du monde sont trop variées et trop fondamentalement différentes pour être réconciliées. Étant donné que les religions du monde enseignent et pratiquent évidemment des choses contraires, il incombe aux baha'is de sauver les principales religions du monde tout en démantelant presque tout ce qui est à la base de ces religions. Ironiquement, les religions les plus inclusives - le bouddhisme et l'hindouisme - sont classiquement athées et panthéistes (respectivement), et ni l'athéisme ni le panthéisme ne sont autorisés dans la foi bahá'íe strictement monothéiste. Pendant ce temps, les religions qui sont le moins théologiquement inclusives de la foi baha'ie - l'islam, le christianisme, le judaïsme orthodoxe - sont monothéistes, tout comme l'est baha'i.

De plus, la foi baha'ie enseigne une sorte de salut basé sur les œuvres. La foi baha'ie n'est pas très différente de l'islam dans ses enseignements fondamentaux sur la façon d'être sauvé, sauf que, pour les baha'is, on parle peu de l'au-delà. Cette vie terrestre doit être remplie de bonnes œuvres contrebalançant nos mauvaises actions et montrant que nous méritons la délivrance ultime. Le péché n'est ni payé ni dissous ; au contraire, il est excusé par un Dieu vraisemblablement bienveillant. L'homme n'a pas de relation significative avec Dieu. En fait, les baha'is enseignent qu'il n'y a pas de personnalité dans l'essence de Dieu, mais seulement dans ses manifestations. Ainsi, Dieu ne se soumet pas facilement à une relation avec l'homme. En conséquence, la doctrine chrétienne de la grâce est réinterprétée de sorte que la «grâce» signifie «l'aimable allocation de Dieu pour que l'homme ait la possibilité de gagner la délivrance». La négation de l'expiation sacrificielle de Christ et la minimisation du péché sont intégrées à cette doctrine.

La vision chrétienne du salut est très différente. Le péché est compris comme ayant une conséquence éternelle et infinie puisqu'il s'agit d'un crime universel contre un Dieu infiniment parfait (Romains 3:10, 23). De même, le péché est si grand qu'il mérite un sacrifice de vie (sang) et encourt un châtiment éternel dans l'au-delà. Mais le Christ paie le prix que tous doivent, mourant en sacrifice innocent pour une humanité coupable. Parce que l'homme ne peut rien faire pour se purifier ou pour mériter une récompense éternelle, il doit soit mourir pour ses propres péchés, soit croire que Christ est mort gracieusement à sa place (Ésaïe 53; Romains 5:8). Ainsi, le salut est soit par la grâce de Dieu par la foi de l'homme, soit il n'y a pas de salut éternel.

Il n'est donc pas surprenant que la foi baha'ie proclame que Baha'u'llah est la seconde venue du Christ. Jésus lui-même nous a avertis dans l'évangile de Matthieu concernant la fin des temps : 'Alors si quelqu'un vous dit : 'Voici, voici le Christ !' ou 'Il est là!' ne le crois pas. Car de faux Christs et de faux prophètes s'élèveront et accompliront de grands signes et prodiges, de manière à égarer, si possible, même les élus » (Matthieu 24 :23-24). Fait intéressant, les baha'is nient ou minimisent généralement tout miracle de Baha'u'llah. Ses revendications spirituelles uniques sont basées sur une autorité auto-attestée, une sagesse étrange et sans éducation, une écriture prolifique, une vie pure, un consensus majoritaire et d'autres tests subjectifs. Les tests les plus objectifs tels que l'accomplissement prophétique emploient des interprétations fortement allégoriques de l'Écriture (voir Voleur dans la nuit par William Sears). La croyance en Baha'u'llah se réduit largement à un point de foi - est-on disposé à l'accepter comme la manifestation de Dieu, en l'absence de preuves objectives ? Bien sûr, le christianisme appelle aussi à la foi, mais le chrétien a des preuves solides et démontrables avec cette foi.

La foi baha'ie ne s'accorde donc pas avec le christianisme classique, et elle a beaucoup à répondre en elle-même. Comment un Dieu inconnaissable a pu susciter une théologie aussi élaborée et justifier une nouvelle religion mondiale est un mystère. La foi baha'ie est faible pour aborder le péché, le traitant comme s'il n'était pas un gros problème et qu'il est surmontable par l'effort humain. La divinité du Christ est niée, tout comme la valeur probante et la nature littérale de la résurrection du Christ. Et pour la foi baha'ie, l'un de ses plus gros problèmes est son pluralisme. C'est-à-dire, comment peut-on réconcilier des religieux aussi divergents sans les laisser théologiquement éviscérés ? Il est facile d'affirmer que les religions du monde ont des points communs dans leurs enseignements éthiques et ont une certaine conception de la réalité ultime. Mais c'est une toute autre bête d'essayer de faire valoir l'unité dans leurs enseignements fondamentaux sur ce qu'est la réalité ultime et sur la façon dont ces éthiques sont fondées.

Top