Qu'est-ce qu'un pasteur bi-vocationnel ?

Réponse



Pour de nombreux pasteurs, être pasteur est leur seul travail. Les exigences du ministère de l'église - préparation des sermons, enseignement, sensibilisation, visites à l'hôpital, conseil, administration, etc. - remplissent leurs journées et laissent peu de place pour autre chose. D'autres pasteurs, cependant, constatent qu'ils doivent prendre un travail à l'extérieur pour compléter leur gagne-pain et joindre les deux bouts. Ce sont les pasteurs bi-vocationnels.

Un pasteur bi-professionnel (double occupation) dirige généralement une église de plus petite taille ou sert dans une région où l'économie est déprimée. Le fait que sa congrégation est incapable de lui fournir un salaire décent est ce qui l'oblige à être un pasteur bi-vocationnel. L'appel au ministère est toujours là, et le pasteur répond à l'appel ; c'est juste que des soucis pratiques, comme mettre de la nourriture sur la table, l'obligent à prendre un deuxième emploi et à servir la congrégation en tant que pasteur bi-vocationnel.



Certains pourraient voir un argument contre le fait de devenir un pasteur bi-vocationnel dans l'exemple de l'église primitive. A Jérusalem, alors que l'église grandissait rapidement, les apôtres se retrouvèrent pris dans les tâches quotidiennes consistant à nourrir les nécessiteux de leur congrégation. Ils prirent une décision, convoquant le peuple et disant : Il ne serait pas juste pour nous de négliger le ministère de la parole de Dieu pour servir aux tables. Frères et sœurs, choisissez parmi vous sept hommes connus pour être remplis de l'Esprit et de sagesse. Nous leur confierons cette responsabilité et accorderons notre attention à la prière et au ministère de la parole (Actes 6 :2-4). Ce passage révèle les priorités apostoliques dans le ministère (prière et enseignement de la Parole), et il souligne la nécessité pour les pasteurs de partager le fardeau ministériel avec les autres, mais il ne contient aucune interdiction d'être un pasteur bi-vocationnel.



L'apôtre Paul n'a peut-être pas été un pasteur bi-vocationnel, mais il a été missionnaire bi-vocationnel à l'occasion. Quand Paul était à Corinthe, parce qu'il était faiseur de tentes comme [ Priscille et Aquila ] l'étaient, il est resté et a travaillé avec eux (Actes 18:3; cf. 1 Corinthiens 9:1-15). Paul a également exercé un autre métier lorsqu'il était à Ephèse : Vous savez vous-mêmes que mes mains ont pourvu à mes besoins et à ceux de mes compagnons (Actes 20 :34). Plutôt que d'être un fardeau pour les églises où il exerçait son ministère, Paul exerçait son métier et subvenait à ses propres besoins. C'est à peu près le même arrangement que le pasteur bi-vocationnel a avec son église.

Un pasteur doit donner la priorité à la prédication de la Parole (2 Timothée 4:2), et un pasteur bi-vocationnel doit s'assurer que ses priorités restent intactes, même lorsqu'il travaille en dehors de l'église. Le pasteur bi-vocationnel est confronté au défi de remplir ses responsabilités envers l'église ainsi que son autre travail. Il est essentiel que les diacres de l'église et les autres membres de l'église aident à porter le fardeau porté par le pasteur bi-vocationnel.



Le pasteur bi-vocationnel trouve souvent que son temps passé dans la communauté à son autre travail se prête à d'autres opportunités de ministère. Au fur et à mesure qu'il participera à la main-d'œuvre, il rencontrera de nouvelles personnes et les non-croyants auront la chance de voir un disciple de Christ en action. Le pasteur peut utiliser son deuxième emploi comme plate-forme de sensibilisation et d'évangélisation.

Il n'y a rien de mal à être un pasteur bi-vocationnel. Ce n'est peut-être pas la situation idéale, mais, dans certains cas, c'est inévitable. Le ministère pastoral est un travail acharné, et le ministère bi-vocationnel apporte une quantité supplémentaire de travail et des complexités dans la planification et la priorisation. Les églises avec un pasteur bi-vocationnel devraient lui accorder la grâce ainsi qu'à sa famille, le soutenir dans son travail et, à mesure que l'église grandit et réexamine son budget, envisager d'engager le pasteur à plein temps.

Top