Quelle est la signification d'aller vers les fourmis que tu paresseux dans Proverbes 6:6 ?

Réponse



De nombreux proverbes déterrent des leçons morales du monde de la nature. Proverbes 6:6 en est un exemple : Va vers la fourmi, paresseux ; considère ses voies et sois sage ! Ici, le roi Salomon défie une personne paresseuse d'apprendre des fourmis, des créatures qui illustrent le travail acharné, la discipline et la prévoyance.

Le mot hébreu traduit paresseux apparaît quatorze fois dans le livre des Proverbes mais nulle part ailleurs dans l'Ancien Testament. Dans ce passage, paresseux parle de quelqu'un qui n'est pas enclin à travailler ou à s'exercer. Fainéant et fainéant sont des substituts appropriés. Selon Proverbes 21:25, les mains du paresseux refusent de travailler. Un paresseux invente même des excuses pour rester au lit (Proverbes 26 :13-14).



Au lieu d'Aller chez la fourmi, espèce de paresseux, la New Living Translation dit : Tirez une leçon des fourmis, espèce de paresseux. Apprenez de leurs manières et devenez sage ! (Proverbes 6:6). La leçon fondamentale que Salomon illustre à travers l'industrie des fourmis est qu'une personne peut devenir financièrement ruinée par la paresse et l'irresponsabilité. Il souligne que les fourmis, Bien qu'elles n'aient ni prince, ni gouverneur, ni dirigeant pour les faire travailler, elles travaillent dur tout l'été, rassemblant de la nourriture pour l'hiver (Proverbes 6: 7-8, NLT).



Salomon applaudit les fourmis pour leur initiative et leur diligence. Il note que même s'ils n'ont pas de superviseur, ils travaillent plus dur que certaines personnes qui ont un superviseur pour les pousser.

Va voir la fourmi, paresseux est la manière de Salomon d'implorer le paresseux de considérer les vertus démontrées par la colonie de fourmis. Les fourmis possèdent une motivation et une discipline instinctives que nous pouvons développer grâce à la sagesse. Ils ne travaillent pas juste pour rester occupés ; ils ont une attente prudente des besoins futurs. Ailleurs, Salomon observe que les fourmis, bien que petites et frêles, sont néanmoins des créatures sages : les fourmis, elles ne sont pas fortes, mais elles emmagasinent de la nourriture tout l'été (Proverbes 30 : 25, NLT). Ils rassemblent et stockent de la nourriture pendant les mois d'été abondants, de sorte qu'ils en auront assez pour traverser les rares mois d'hiver. Ceux qui sont trop paresseux pour labourer à la bonne saison n'auront pas de nourriture à la moisson, explique Proverbes 20: 4 (NLT). Le travail acharné combiné à la discipline et à la prévoyance équivaut à la vraie sagesse, selon Salomon.



Avec deux questions rhétoriques, Salomon implore le paresseux d'arrêter de dormir et de commencer à travailler : Mais vous, paresseux, combien de temps allez-vous dormir ? Quand vas-tu te réveiller ? Un peu de sommeil supplémentaire, un peu plus de sommeil, un peu de jointure des mains pour se reposer, alors la pauvreté fondra sur vous comme un bandit ; la rareté vous attaquera comme un voleur armé (Proverbes 6 :9-11, NLT). Un peu de sommeil supplémentaire, un peu plus de sommeil est le portrait sarcastique de la paresse de Salomon. Le pli des mains pour se reposer est son image de mot pour l'oisiveté. Ces défauts priveront une personne de toutes les ressources jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien.

En disant : Va chez la fourmi, paresseux, Salomon accentue son message par un exemple tiré de la nature. Une personne sage verra que les fourmis sont la quintessence du travail acharné, qui se traduit par de riches bénédictions, tandis que la paresse se termine par la pauvreté. Proverbes 10:4 s'accorde, Une main lâche cause la pauvreté, mais la main du diligent rend riche (ESV). Des avertissements sévères aux paresseux reviennent tout au long des Proverbes : l'âme du paresseux aspire et n'obtient rien, tandis que l'âme du diligent est richement pourvue (Proverbes 13 : 4, ESV). Comme l'insensé, le paresseux pense qu'il est sage à ses propres yeux (Proverbes 26:16), mais sa paresse sera sa mort (Proverbes 21:25).

L'apôtre Paul fait écho à Salomon dans le Nouveau Testament, suppliant les chrétiens d'avertir les paresseux (1 Thessaloniciens 5:14). Il enseigne que les paresseux ne devraient pas être autorisés à faire du freeload, expliquant : Nous entendons dire que certains d'entre vous sont oisifs et perturbateurs. Ils ne sont pas occupés; ce sont des fouineurs. Nous ordonnons et exhortons ces personnes dans le Seigneur Jésus-Christ à s'installer et à gagner la nourriture qu'elles mangent (2 Thessaloniciens 3 :10-12).

Dieu nous appelle à être travailleurs et diligents et à nous donner entièrement aux questions de foi : Efforcez-vous d'ajouter à votre foi la bonté ; et à la bonté, la connaissance ; et à la connaissance, la maîtrise de soi ; et à la maîtrise de soi, la persévérance ; et à la persévérance, la piété; et à la piété, l'affection mutuelle ; et à l'affection mutuelle, l'amour. Car si vous possédez de plus en plus ces qualités, elles vous empêcheront d'être inefficaces et improductifs dans votre connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ. . . . Efforcez-vous de confirmer votre appel et votre élection. Car si vous faites ces choses, vous ne trébucherez jamais (2 Pierre 1 :5-10 ; voir aussi 2 Pierre 3 :14 ; 1 Timothée 4 :14-15).

Top