Qu'est-ce que la prière en langues ?

Réponse



En toile de fond, veuillez lire notre article sur le don de parler en langues . Il y a quatre passages principaux des Écritures qui sont cités comme preuve de la prière en langues : Romains 8 :26 ; 1 Corinthiens 14:4-17 ; Éphésiens 6:18 ; et Jude verset 20. Ephésiens 6:18 et Jude 20 mentionnent la prière en Esprit. Cependant, les langues comme langue de prière ne sont pas une interprétation probable de la prière dans l'Esprit.

Romains 8:26 nous enseigne, De la même manière, l'Esprit nous aide dans notre faiblesse. Nous ne savons pas pourquoi nous devons prier, mais l'Esprit lui-même intercède pour nous avec des gémissements que les mots ne peuvent exprimer. Deux points clés rendent hautement improbable que Romains 8:26 se réfère aux langues comme langue de prière. Premièrement, Romains 8:26 déclare que c'est l'Esprit qui gémit, pas les croyants. Deuxièmement, Romains 8:26 déclare que les gémissements de l'Esprit ne peuvent être exprimés. L'essence même du parler en langues est de prononcer des mots.



Cela nous laisse avec 1 Corinthiens 14:4-17 et le verset 14 en particulier : Car si je prie en langue, mon esprit prie, mais mon esprit est stérile. 1 Corinthiens 14:14 mentionne clairement la prière en langues. Qu'est-ce que ça veut dire? Premièrement, l'étude du contexte est extrêmement précieuse. Premier Corinthiens chapitre 14 est principalement une comparaison/un contraste entre le don de parler en langues et le don de prophétie. Les versets 2 à 5 montrent clairement que Paul considère la prophétie comme un don supérieur aux langues. En même temps, Paul s'exclame sur la valeur des langues et déclare qu'il est heureux de parler en langues plus que quiconque (verset 18).



Actes chapitre 2 décrit la première occurrence du don des langues. Le jour de la Pentecôte, les apôtres ont parlé en langues. Actes chapitre 2 indique clairement que les apôtres parlaient dans une langue humaine (Actes 2 :6-8). Le mot langues traduites dans Actes chapitre 2 et 1 Corinthiens chapitre 14 est glossa qui signifie langue. C'est le mot à partir duquel nous obtenons notre glossaire de mots anglais moderne. Le parler en langues était la capacité de parler dans une langue que l'orateur ne connaît pas, afin de communiquer l'évangile à quelqu'un qui parle cette langue. Dans la région multiculturelle de Corinthe, il semble que le don des langues était particulièrement précieux et important. Les croyants de Corinthe ont pu mieux communiquer l'évangile et la Parole de Dieu grâce au don des langues. Cependant, Paul a expliqué très clairement que même dans cet usage des langues, cela devait être interprété ou traduit (1 Corinthiens 14:13, 27). Un croyant de Corinthe parlait en langues, proclamant la vérité de Dieu à quelqu'un qui parlait cette langue, puis ce croyant, ou un autre croyant de l'église, devait interpréter ce qui était dit afin que toute l'assemblée puisse comprendre ce qui était dit.

Qu'est-ce donc que la prière en langues, et en quoi est-ce différent du parler en langues ? 1 Corinthiens 14:13-17 indique que la prière en langues doit également être interprétée. En conséquence, il semble que prier en langues offrait une prière à Dieu. Cette prière servirait à quelqu'un qui parlait cette langue, mais aurait également besoin d'être interprétée afin que tout le corps puisse être édifié.



Cette interprétation n'est pas d'accord avec ceux qui considèrent la prière en langues comme un langage de prière. Cette compréhension alternative peut être résumée comme suit : la prière en langues est un langage de prière personnel entre un croyant et Dieu (1 Corinthiens 13 :1) qu'un croyant utilise pour s'édifier (1 Corinthiens 14 :4). Cette interprétation n'est pas biblique pour les raisons suivantes : 1) Comment la prière en langues pourrait-elle être un langage de prière privé si elle doit être interprétée (1 Corinthiens 14 :13-17) ? 2) Comment la prière en langues pourrait-elle être pour l'auto-édification alors que les Écritures disent que les dons spirituels sont pour l'édification de l'église, pas de soi (1 Corinthiens 12:7) ? 3) Comment la prière en langues peut-elle être une langue de prière privée si le don des langues est un signe pour les non-croyants (1 Corinthiens 14 :22) ? 4) La Bible indique clairement que tout le monde ne possède pas le don des langues (1 Corinthiens 12 :11, 28-30). Comment les langues pourraient-elles être un don pour l'auto-édification si tous les croyants ne peuvent pas le posséder ? N'avons-nous pas tous besoin d'être édifiés ?

Certains comprennent que la prière en langues est un langage codé secret qui empêche Satan et ses démons de comprendre nos prières et d'obtenir ainsi un avantage sur nous. Cette interprétation n'est pas biblique pour les raisons suivantes : 1) Le Nouveau Testament décrit constamment les langues comme un langage humain, et Satan et ses démons sont parfaitement capables de comprendre les langages humains. 2) La Bible enregistre d'innombrables croyants priant dans leur propre langue, à haute voix, sans se soucier de Satan interceptant la prière. Même si Satan et/ou ses démons entendent et comprennent les prières que nous prions, ils n'ont absolument aucun pouvoir pour empêcher Dieu de répondre aux prières selon Sa volonté. Nous savons que Dieu entend nos prières, et ce fait rend sans importance le fait que Satan et ses démons entendent et comprennent nos prières.

Que dire alors des nombreux chrétiens qui ont fait l'expérience de la prière en langues et qui la trouvent très personnellement édifiante ? Premièrement, nous devons fonder notre foi et notre pratique sur les Écritures, et non sur l'expérience. Nous devons voir nos expériences à la lumière des Écritures, et non interpréter les Écritures à la lumière de nos expériences. Deuxièmement, de nombreuses sectes et religions du monde signalent également des occurrences de parler en langues/prier en langues. De toute évidence, le Saint-Esprit n'est pas un don pour ces individus incroyants. Ainsi, il semble que les démons soient capables de contrefaire le don de parler en langues. Cela devrait nous amener à comparer encore plus soigneusement nos expériences avec les Écritures. Troisièmement, des études ont montré comment parler/prier en langues peut être un comportement appris. En entendant et en observant les autres parler en langues, une personne peut apprendre la procédure, même inconsciemment. C'est l'explication la plus probable pour la grande majorité des cas de parler/prier en langues chez les chrétiens. Quatrièmement, le sentiment d'auto-édification est naturel. Le corps humain produit de l'adrénaline et des endorphines lorsqu'il fait l'expérience de quelque chose de nouveau, d'excitant, d'émotionnel et/ou de déconnecté de la pensée rationnelle.

La prière en langues est très certainement une question sur laquelle les chrétiens peuvent respectueusement et avec amour accepter de ne pas être d'accord. La prière en langues n'est pas ce qui détermine le salut. La prière en langues n'est pas ce qui sépare un chrétien mature d'un chrétien immature. Qu'il y ait ou non une chose telle que la prière en langues comme langue de prière personnelle n'est pas un élément fondamental de la foi chrétienne. Ainsi, bien que nous croyions que l'interprétation biblique de la prière en langues s'éloigne de l'idée d'un langage de prière privé pour l'édification personnelle, nous reconnaissons également que beaucoup de ceux qui le pratiquent sont nos frères et sœurs en Christ et méritent notre amour et notre respect.

Top