Quel est le sermon sur les pécheurs entre les mains d'un Dieu en colère ?

Réponse



Des pécheurs entre les mains d'un dieu en colère est un sermon qui a été prêché par Jonathan Edwards à quelques (probablement trois) occasions, mais surtout le 8 juillet 1741, à Enfield, Connecticut. Ce jour-là, Dieu a utilisé Des pécheurs entre les mains d'un dieu en colère pour produire une conviction et une repentance puissantes parmi ceux qui l'ont entendu, avec de nombreuses personnes venant à la foi en Christ. C'est le sermon le plus célèbre du premier Grand Réveil et l'un des sermons les plus célèbres de l'histoire chrétienne.

Des pécheurs entre les mains d'un dieu en colère utilise Deutéronome 32:35 comme point de départ, en particulier la clause leur pied doit glisser en temps voulu. Le message du sermon peut être résumé : Seule la miséricorde de Dieu empêche les gens de tomber en enfer, et Dieu est libre de retirer cette miséricorde à tout moment. Dans Des pécheurs entre les mains d'un dieu en colère , Jonathan Edwards a utilisé des illustrations saisissantes de l'enfer et des périls de la vie afin de forcer les gens à considérer la réalité de leur destinée éternelle et à invoquer la décision de recevoir Jésus-Christ comme Sauveur.



Des pécheurs entre les mains d'un dieu en colère est définitivement un sermon infernal et de soufre. Beaucoup remettent en question cette méthode d'évangélisation. L'idée d'effrayer une personne pour qu'elle fasse confiance au Christ est offensante pour certains. Cependant, l'enfer est vraiment un endroit horrible (Apocalypse 20:10-15). Et beaucoup de gens ne comprennent pas l'urgence de leur besoin de salut (2 Corinthiens 6:2). Il y a un temps et un lieu pour un sermon tel que Des pécheurs entre les mains d'un dieu en colère . Elle, et des sermons similaires, ont joué un rôle crucial dans le premier Grand Réveil.



Le texte complet de Des pécheurs entre les mains d'un dieu en colère peut être trouvé ci-dessous:




DES PÉCHEURS ENTRE LES MAINS D'UN DIEU EN COLÈRE
Leur pied glissera en temps voulu. (Deutéronome 32:35)
Dans ce verset est menacée la vengeance de Dieu sur les méchants Israélites incrédules, qui étaient le peuple visible de Dieu, et qui vivaient sous les moyens de la grâce ; mais qui, malgré toutes les merveilles de Dieu envers eux, est resté (comme au verset 28) dépourvu de conseil, n'ayant aucune compréhension en eux. Sous toutes les cultures du ciel, ils ont produit des fruits amers et vénéneux ; comme dans les deux versets qui précèdent le texte. L'expression que j'ai choisie pour mon texte, Leur pied glissera en temps voulu, semble impliquer les actions suivantes, relatives à la punition et à la destruction auxquelles ces méchants Israélites ont été exposés.

1. Qu'ils étaient toujours exposés à la destruction ; car celui qui se tient debout ou marche dans des endroits glissants est toujours exposé à tomber. Ceci est impliqué dans la manière dont leur destruction s'abat sur eux, étant représentée par le glissement de leur pied. La même chose est exprimée, Psaume 73:18, Tu les as certainement placés dans des endroits glissants; tu les as jetés dans la destruction.

2. Cela implique qu'ils ont toujours été exposés à une destruction soudaine et inattendue. Comme celui qui marche dans des endroits glissants est sujet à tomber à chaque instant, il ne peut prévoir à un instant s'il se tiendra debout ou tombera l'instant d'après ; et quand il tombe, il tombe aussitôt sans avertissement : Ce qui est aussi exprimé dans le Psaume 73 :18-19, Tu les as certainement placés dans des endroits glissants ; tu les as jetés dans la destruction : comment sont-ils amenés à la désolation comme en un instant !

3. Une autre chose implicite est qu'ils sont sujets à tomber d'eux-mêmes, sans être renversés par la main d'un autre ; comme celui qui se tient ou marche sur un sol glissant n'a besoin que de son propre poids pour le renverser.

4. Que la raison pour laquelle ils ne sont pas déjà tombés, et ne tombent pas maintenant, c'est seulement que le temps fixé par Dieu n'est pas venu. Car il est dit que lorsque ce temps, ou temps fixé, viendra, leur pied glissera. Alors on les laissera tomber, car ils sont inclinés par leur propre poids. Dieu ne les retiendra plus dans ces endroits glissants, mais les laissera partir ; et alors à cet instant même, ils tomberont dans la destruction ; comme celui qui se tient sur un terrain aussi glissant et en pente, au bord d'un gouffre, il ne peut pas rester seul, quand on le lâche, il tombe immédiatement et se perd.

L'observation des mots sur laquelle j'insisterais maintenant est la suivante. Il n'y a rien qui garde les méchants à tout moment hors de l'enfer, mais le simple plaisir de Dieu. Par simple plaisir de Dieu, j'entends son plaisir souverain, sa volonté arbitraire, retenue par aucune obligation, entravée par aucune difficulté, pas plus que si rien d'autre que la simple volonté de Dieu n'avait au moindre degré, ou à quelque égard que ce soit , toute main dans la préservation des hommes méchants un moment. La vérité de cette observation peut apparaître par les considérations suivantes.

1. Dieu ne manque pas de puissance pour jeter les méchants en enfer à tout moment. Les mains des hommes ne peuvent pas être fortes quand Dieu se lève. Les plus forts n'ont pas le pouvoir de lui résister, et personne ne peut délivrer de ses mains. Non seulement il est capable de jeter les méchants en enfer, mais il peut le faire très facilement. Quelquefois un prince terrestre rencontre beaucoup de difficultés pour soumettre un rebelle, qui a trouvé le moyen de se fortifier, et s'est fortifié par le nombre de ses partisans. Mais il n'en est pas ainsi avec Dieu. Il n'y a pas de forteresse qui soit une défense contre la puissance de Dieu. Bien que la main se joigne à la main et que de vastes multitudes d'ennemis de Dieu se combinent et s'associent, ils sont facilement brisés en morceaux. Ils sont comme de grands tas de paille légère devant le tourbillon; ou de grandes quantités de chaume sèche avant de dévorer les flammes. Il nous est facile de piétiner et d'écraser un ver que nous voyons ramper sur la terre ; ainsi il nous est facile de couper ou de roussir un fil ténu auquel toute chose tient : ainsi est-il facile à Dieu, quand il veut, de jeter ses ennemis en enfer. Que sommes-nous, pour que nous pensions nous tenir devant lui, à la réprimande duquel la terre tremble, et devant qui les rochers sont renversés ?

2. Ils méritent d'être jetés en enfer ; afin que la justice divine ne s'y oppose jamais, elle ne s'oppose pas à ce que Dieu use à tout moment de sa puissance pour les détruire. Oui, au contraire, la justice appelle à haute voix une punition infinie de leurs péchés. La justice divine dit de l'arbre qui produit de tels raisins de Sodome : Abattez-le, pourquoi encombre-t-il le sol ? Luc 13:7, L'épée de la justice divine est à chaque instant brandie au-dessus de leurs têtes, et ce n'est que la main de la miséricorde arbitraire et la simple volonté de Dieu qui la retient.

3. Ils sont déjà sous le coup d'une condamnation à l'enfer. Non seulement ils méritent à juste titre d'y être jetés, mais la sentence de la loi de Dieu, cette règle de justice éternelle et immuable que Dieu a établie entre lui et l'humanité, est sortie contre eux et se dresse contre eux ; de sorte qu'ils sont déjà liés à l'enfer. Jean 3:18, Celui qui ne croit pas est déjà condamné. De sorte que tout homme inconverti appartient proprement à l'enfer ; c'est sa place; de là il est, Jean 8:23, Vous êtes d'en bas. Et là-bas est lié; c'est la place que la justice, la parole de Dieu et la sentence de sa loi immuable lui assignent.

4. Ils sont maintenant les objets de cette même colère et colère de Dieu, qui s'exprime dans les tourments de l'enfer. Et la raison pour laquelle ils ne descendent pas en enfer à chaque instant, ce n'est pas parce que Dieu, au pouvoir de qui ils sont, n'est alors pas très en colère contre eux ; comme il est avec beaucoup de misérables créatures maintenant tourmentées en enfer, qui y ressentent et supportent l'ardeur de sa colère. Oui, Dieu est beaucoup plus en colère contre un grand nombre de personnes qui sont maintenant sur la terre : oui, sans aucun doute, contre beaucoup de ceux qui sont maintenant dans cette congrégation, qui sont peut-être à l'aise, qu'il ne l'est contre beaucoup de ceux qui sont maintenant dans les flammes de l'enfer.

De sorte que ce n'est pas parce que Dieu ne se soucie pas de leur méchanceté, et ne s'en indigne pas, qu'il ne lâche pas sa main et ne les coupe pas. Dieu n'est pas tout à fait tel qu'eux-mêmes, bien qu'ils puissent s'imaginer qu'il l'est. La colère de Dieu brûle contre eux, leur damnation ne sommeille pas ; la fosse est préparée, le feu est préparé, la fournaise est maintenant chaude, prête à les recevoir ; les flammes font maintenant rage et brillent. L'épée étincelante est aiguisée et tenue sur eux, et la fosse a ouvert sa bouche sous eux.

5. Le diable se tient prêt à tomber sur eux et à les saisir comme siens, à quel moment Dieu le lui permettra. Ils lui appartiennent ; il a leurs âmes en sa possession et sous sa domination. L'Écriture les représente comme ses biens, Luc 6:12, Les démons les regardent ; ils sont toujours près d'eux à leur droite; ils les attendent, comme des lions avides et affamés qui voient leur proie et s'attendent à l'avoir, mais sont pour le moment retenus. Si Dieu retirait sa main qui les retient, ils voleraient en un instant sur leurs pauvres âmes. Le vieux serpent est béant pour eux ; l'enfer ouvre grand sa bouche pour les recevoir ; et si Dieu le permettait, ils seraient à la hâte engloutis et perdus.

6. Il y a dans l'âme des hommes méchants ces principes infernaux régnant, qui s'allumeraient et s'enflammeraient bientôt dans le feu de l'enfer, s'il n'y avait pas les contraintes de Dieu. Il y a dans la nature même des hommes charnels, un fondement pour les tourments de l'enfer. Il y a ces principes corrompus, au pouvoir régnant en eux, et en pleine possession d'eux, qui sont les graines du feu de l'enfer. Ces principes sont actifs et puissants, extrêmement violents dans leur nature, et s'il n'y avait pas la main de Dieu sur eux, ils éclateraient bientôt, ils s'enflammeraient de la même manière que les mêmes corruptions, la même inimitié dans le cœur des âmes damnées, et y engendreraient les mêmes tourments qu'ils y engendrent. Les âmes des méchants sont dans l'Écriture comparées à la mer agitée, Ésaïe 57:20, Pour le moment, Dieu retient leur méchanceté par sa grande puissance, comme il fait les vagues déchaînées de la mer agitée, en disant : Tu viendras jusqu'ici, mais pas plus loin; mais si Dieu devait retirer ce pouvoir de retenue, il emporterait bientôt tout devant lui. Le péché est la ruine et la misère de l'âme ; il est destructeur dans sa nature ; et si Dieu la laissait sans retenue, il n'y aurait besoin de rien d'autre pour rendre l'âme parfaitement misérable. La corruption du cœur de l'homme est immodérée et sans bornes dans sa fureur ; et tandis que des hommes méchants vivent ici, c'est comme un feu refoulé par les contraintes de Dieu, alors que s'il était déchaîné, il mettrait le feu au cours de la nature ; et comme le cœur est maintenant un évier de péché, ainsi si le péché n'était pas retenu, il transformerait immédiatement l'âme en un four ardent, ou une fournaise de feu et de soufre.

7. Ce n'est pas une sécurité pour les hommes méchants pour un moment, qu'il n'y ait aucun moyen visible de mort à portée de main. Ce n'est pas une sécurité pour un homme naturel, qu'il soit maintenant en bonne santé, et qu'il ne voit pas de quelle manière il devrait maintenant sortir immédiatement du monde par accident, et qu'il n'y a aucun danger visible à aucun égard dans sa situation. . L'expérience multiple et continuelle du monde à toutes les époques montre que ce n'est pas une preuve qu'un homme n'est pas au bord même de l'éternité et que la prochaine étape ne sera pas dans un autre monde. Les voies et moyens invisibles et impensés des personnes qui sortent soudainement du monde sont innombrables et inconcevables. Des hommes inconvertis marchent dans la fosse de l'enfer sur une couverture pourrie, et il y a d'innombrables endroits dans cette couverture si faibles qu'ils ne supporteront pas leur poids, et ces endroits ne sont pas vus. Les flèches de la mort volent sans être vues à midi ; la vue la plus aiguë ne peut les discerner. Dieu a tellement de manières différentes et insondables de retirer les hommes méchants du monde et de les envoyer en enfer, qu'il n'y a rien pour le faire apparaître, que Dieu avait besoin d'être au détriment d'un miracle, ou de sortir du cours ordinaire de sa providence, pour détruire tout homme méchant, à tout moment. Tous les moyens qu'il y a pour que les pécheurs sortent du monde sont tellement entre les mains de Dieu, et si universellement et absolument soumis à sa puissance et à sa détermination, qu'il n'en dépend pas moins de la simple volonté de Dieu, que les pécheurs ira à tout moment en enfer, que si les moyens n'étaient jamais utilisés, ou du tout concernés par l'affaire.

8. La prudence et le souci des hommes naturels de préserver leur propre vie, ou le soin des autres de les préserver, ne leur assurent pas un moment. La providence divine et l'expérience universelle en témoignent également. Il y a cette preuve claire que la propre sagesse des hommes n'est pas une sécurité pour eux contre la mort; que s'il en était autrement, nous verrions une certaine différence entre les hommes sages et politiques du monde, et les autres, en ce qui concerne leur responsabilité à une mort précoce et inattendue : mais comment en est-il en fait ? Ecclésiaste 2:16, Comment meurt le sage? même comme le fou.

9. Toutes les douleurs et tous les stratagèmes des hommes méchants qu'ils utilisent pour échapper à l'enfer, alors qu'ils continuent à rejeter Christ, et restent ainsi des hommes méchants, ne les garantissent pas un seul instant de l'enfer. Presque tout homme naturel qui entend parler de l'enfer se flatte d'y échapper ; il dépend de lui-même pour sa propre sécurité ; il se flatte de ce qu'il a fait, de ce qu'il est en train de faire ou de ce qu'il a l'intention de faire. Chacun expose dans son esprit comment il évitera la damnation, et se flatte qu'il s'arrange bien pour lui-même, et que ses projets n'échoueront pas. Ils entendent en effet qu'il n'y a que peu de sauvés, et que la plupart des hommes qui sont morts jusqu'ici sont allés en enfer ; mais chacun s'imagine qu'il arrange mieux les choses pour sa propre évasion que les autres ne l'ont fait. Il n'a pas l'intention de venir dans ce lieu de tourment ; il dit en lui-même qu'il a l'intention de prendre un soin efficace et d'ordonner les choses de manière à ne pas échouer.

Mais les enfants insensés des hommes s'illusionnent misérablement dans leurs propres plans, et dans la confiance en leur propre force et sagesse ; ils ne se fient qu'à une ombre. La plupart de ceux qui ont vécu jusqu'ici sous les mêmes moyens de grâce, et qui sont maintenant morts, sont sans aucun doute allés en enfer ; et ce n'était pas parce qu'ils n'étaient pas aussi sages que ceux qui sont en vie : ce n'était pas parce qu'ils ne s'arrangeaient pas aussi bien les choses pour assurer leur propre évasion. Si nous pouvions leur parler, et leur demander, un par un, s'ils s'attendaient, de leur vivant, et quand ils entendaient parler de l'enfer, à jamais être les sujets de cette misère : nous devrions sans doute entendre l'un et l'autre répondre, Non, je n'ai jamais eu l'intention de venir ici : j'avais disposé les choses autrement dans mon esprit ; Je pensais que je devais bien m'arranger : je pensais que mon plan était bon. J'avais l'intention d'en prendre soin efficacement; mais il est venu sur moi de façon inattendue; Je ne l'ai pas cherché à ce moment-là, et de cette manière ; il est venu comme un voleur : la mort m'a déjoué : la colère de Dieu a été trop rapide pour moi. Oh, ma maudite bêtise ! Je me flattais et me plaisais avec de vains rêves sur ce que je ferais plus tard ; et quand je disais : Paix et sécurité, alors soudain la destruction m'est venue.

10. Dieu ne s'est imposé aucune obligation, par aucune promesse de garder un homme naturel hors de l'enfer un moment. Dieu n'a certainement fait aucune promesse ni de vie éternelle, ni de délivrance ou de préservation de la mort éternelle, mais ce qui est contenu dans l'alliance de grâce, les promesses qui sont données en Christ, en qui toutes les promesses sont oui et amen. Mais sûrement ils n'ont aucun intérêt dans les promesses de l'alliance de grâce qui ne sont pas les enfants de l'alliance, qui ne croient en aucune des promesses, et n'ont aucun intérêt dans le Médiateur de l'alliance.

De sorte que, quoi que certains aient imaginé et prétendu au sujet des promesses faites aux hommes naturels cherchant et frappant avec ferveur, il est clair et manifeste que, quelles que soient les douleurs qu'un homme naturel prend dans la religion, quelles que soient les prières qu'il fasse, jusqu'à ce qu'il croie en Christ, Dieu est sous aucune sorte d'obligation pour le préserver un instant de la destruction éternelle.

De sorte que, c'est ainsi que les hommes naturels sont tenus dans la main de Dieu, au-dessus de la fosse de l'enfer ; ils ont mérité la fosse ardente, et y sont déjà condamnés ; et Dieu est terriblement provoqué, sa colère est aussi grande envers eux qu'envers ceux qui subissent actuellement les exécutions de l'ardeur de sa colère en enfer, et ils n'ont rien fait le moins du monde pour apaiser ou apaiser cette colère, et Dieu n'est pas non plus en le moins lié par toute promesse de les retenir un instant ; le diable les attend, l'enfer est béant pour eux, les flammes se rassemblent et jaillissent autour d'eux, et voudraient s'emparer d'eux et les engloutir ; le feu refoulé dans leur propre cœur peine à éclater : et ils n'ont aucun intérêt pour aucun Médiateur, il n'y a aucun moyen à leur portée qui puisse être une quelconque sécurité pour eux. En bref, ils n'ont aucun refuge, rien à quoi s'accrocher, tout ce qui les préserve à chaque instant est la simple volonté arbitraire et l'abstention sans alliance et sans obligation d'un Dieu furieux.

APPLICATION

L'utilisation de ce sujet affreux peut être pour réveiller des personnes non converties dans cette congrégation. Ce que vous avez entendu est le cas de chacun d'entre vous qui êtes hors de Christ. Ce monde de misère, ce lac de soufre ardent, s'étend sous vous. Là est le gouffre épouvantable des flammes rougeoyantes de la colère de Dieu ; il y a la grande bouche béante de l'enfer ouverte ; et vous n'avez rien sur quoi vous tenir, ni quoi que ce soit à quoi vous agripper, il n'y a rien entre vous et l'enfer que l'air ; c'est seulement la puissance et le simple plaisir de Dieu qui vous soutiennent.

Vous n'êtes probablement pas conscient de cela; vous découvrez que vous êtes tenu à l'écart de l'enfer, mais vous n'y voyez pas la main de Dieu ; mais regardez d'autres choses, comme le bon état de votre constitution corporelle, le soin que vous prenez de votre propre vie, et les moyens que vous employez pour votre propre conservation. Mais en effet ces choses ne sont rien ; si Dieu devait retirer sa bande, ils ne serviraient pas plus pour vous empêcher de tomber, que l'air ténu pour retenir une personne qui y est suspendue.

Votre méchanceté vous rend pour ainsi dire lourd comme du plomb, et tend vers le bas avec un grand poids et une grande pression vers l'enfer ; et si Dieu vous laissait partir, vous couleriez immédiatement et rapidement descendriez et plongeriez dans le gouffre sans fond, et votre constitution saine, et vos propres soins et prudence, et meilleur stratagème, et toute votre droiture, n'auraient plus d'influence pour soutenir vous et vous garder hors de l'enfer, qu'une toile d'araignée devrait arrêter une pierre qui tombe. Sans le souverain plaisir de Dieu, la terre ne vous porterait pas un instant ; car tu es à charge pour elle; la création gémit avec toi ; la créature est soumise à la servitude de votre corruption, non volontairement; le soleil ne brille pas volontairement sur vous pour vous donner la lumière pour servir le péché et Satan ; la terre ne cède pas volontiers son produit pour satisfaire vos convoitises ; ce n'est pas non plus volontairement une scène pour agir sur votre méchanceté; l'air ne vous sert pas volontairement de souffle pour entretenir la flamme de la vie dans vos organes vitaux, tandis que vous passez votre vie au service des ennemis de Dieu. Les créatures de Dieu sont bonnes ; Et le monde vous vomirait, n'eût été la main souveraine de celui qui l'a soumis dans l'espérance. Il y a maintenant des nuages ​​​​noirs de la colère de Dieu suspendus directement au-dessus de vos têtes, pleins de la terrible tempête et gros de tonnerre; et s'il n'y avait pas la main de retenue de Dieu, elle éclaterait immédiatement sur vous. Le plaisir souverain de Dieu, pour le moment, arrête son vent rugueux ; autrement il viendrait avec fureur, et votre destruction viendrait comme un tourbillon, et vous seriez comme la paille de l'aire de battage d'été.

La colère de Dieu est comme de grandes eaux qui sont endiguées pour le présent ; ils augmentent de plus en plus, et s'élèvent de plus en plus haut, jusqu'à ce qu'une issue soit donnée ; et plus le courant est arrêté longtemps, plus son cours est rapide et puissant, une fois qu'il est lâché. Il est vrai que le jugement contre vos mauvaises œuvres n'a pas été exécuté jusqu'ici ; les flots de la vengeance de Dieu ont été retenus ; mais votre culpabilité en attendant augmente constamment, et vous accumulez chaque jour plus de colère ; les eaux montent constamment et deviennent de plus en plus puissantes; et il n'y a rien d'autre que le simple plaisir de Dieu, qui retient les eaux, qui ne veulent pas être arrêtées, et qui poussent fort pour aller de l'avant. Si Dieu retirait seulement sa main de la porte du déluge, elle s'ouvrirait immédiatement, et les flots ardents de l'ardeur et de la colère de Dieu se précipiteraient avec une fureur inconcevable et tomberaient sur vous avec une puissance omnipotente ; et si votre force était dix mille fois plus grande qu'elle ne l'est, oui, dix mille fois plus grande que la force du diable le plus robuste et le plus robuste de l'enfer, cela ne serait rien de le supporter ou de l'endurer.

L'arc de la colère de Dieu est tordu, et la flèche est prête sur la corde, et la justice tend la flèche vers ton cœur, et tend l'arc, et ce n'est rien d'autre que le simple plaisir de Dieu, et celui d'un Dieu en colère, sans n'importe quelle promesse ou obligation, qui empêche un moment la flèche de s'enivrer de votre sang. Ainsi vous tous qui n'êtes jamais passés sous un grand revirement,

par la puissante puissance de l'Esprit de Dieu sur vos âmes ; vous tous qui n'êtes jamais nés de nouveau, et qui avez fait de nouvelles créatures, et qui avez été ressuscités d'être morts dans le péché, à un état de lumière et de vie nouvelles, et avant tout à fait inexpérimentés, êtes entre les mains d'un Dieu en colère. Cependant vous pouvez avoir réformé votre vie dans beaucoup de choses, et pouvez avoir eu des affections religieuses, et pouvez maintenir une forme de religion dans vos familles et vos placards, et dans la maison de Dieu, ce n'est rien d'autre que son simple plaisir qui vous empêche de étant ce moment englouti dans la destruction éternelle. Même si vous n'êtes pas convaincu de la véracité de ce que vous entendez, vous en serez bientôt pleinement convaincu. Ceux qui n'étaient plus dans la même situation que vous, voyez qu'il en était ainsi pour eux ; car la destruction est venue soudainement sur la plupart d'entre eux; alors qu'ils n'en attendaient rien, et qu'ils disaient: Paix et sécurité: maintenant ils voient que ces choses dont ils dépendaient pour la paix et la sécurité n'étaient que du vent et des ombres vides.

Le Dieu qui vous tient au-dessus de la fosse de l'enfer, tout comme on tient une araignée ou un insecte répugnant au-dessus du feu, vous abhorre et est terriblement provoqué : sa colère contre vous brûle comme le feu ; il vous considère comme digne de rien d'autre que d'être jeté au feu ; il a les yeux plus purs que pour supporter de vous avoir à ses yeux ; tu es dix mille fois plus abominable à ses yeux, que le plus odieux des serpents venimeux ne l'est aux nôtres. Vous l'avez infiniment plus offensé que jamais un rebelle obstiné n'a fait son prince ; et pourtant ce n'est que sa main qui vous empêche de tomber dans le feu à chaque instant. C'est à rien d'autre à attribuer que tu n'es pas allé en enfer la nuit dernière ; qu'il vous a été permis de vous réveiller de nouveau dans ce monde, après avoir fermé les yeux pour dormir. Et il n'y a pas d'autre raison à donner, pourquoi vous n'êtes pas tombé en enfer depuis que vous vous êtes levé le matin, mais que la main de Dieu vous a soutenu. Il n'y a aucune autre raison à donner pour laquelle vous n'êtes pas allé en enfer, puisque vous êtes assis ici dans la maison de Dieu, provoquant ses yeux purs par votre manière méchante et pécheresse d'assister à son culte solennel. Oui, il n'y a rien d'autre à donner comme raison pour laquelle vous ne tombez pas en enfer en ce moment même.

Ô pécheur ! Considérez l'effroyable danger dans lequel vous vous trouvez : c'est une grande fournaise de colère, un gouffre large et sans fond, plein du feu de la colère, que vous êtes retenu entre les mains de ce Dieu, dont la colère est provoquée et exaspérée autant contre vous, contre beaucoup de damnés en enfer. Vous êtes suspendu à un fil ténu, entouré des flammes de la colère divine, et prêt à chaque instant à le roussir et à le brûler en deux ; et vous n'avez aucun intérêt pour aucun médiateur, et rien à saisir pour vous sauver, rien pour éloigner les flammes de la colère, rien de vous-même, rien que vous ayez jamais fait, rien que vous puissiez faire, pour inciter Dieu à vous épargner un instant. Et considérons ici plus particulièrement

1. De qui est la colère : c'est la colère du Dieu infini. Si ce n'était que la colère de l'homme, même si c'était celle du prince le plus puissant, ce serait relativement peu à considérer. La colère des rois est très redoutée, en particulier des monarques absolus, qui ont les possessions et la vie de leurs sujets entièrement en leur pouvoir, dont ils peuvent disposer à leur seule volonté. Proverbes 20:2, La crainte d'un roi est comme le rugissement d'un lion : Quiconque l'irrite, pèche contre son âme. Le sujet qui exaspère beaucoup un prince arbitraire est susceptible de souffrir les tourments les plus extrêmes que l'art humain puisse inventer ou que la puissance humaine puisse infliger. Mais les plus grands potentats terrestres dans leur plus grande majesté et leur plus grande force, et lorsqu'ils sont revêtus de leurs plus grandes terreurs, ne sont que de faibles et méprisables vers de poussière, en comparaison du grand et tout-puissant Créateur et Roi du ciel et de la terre. C'est peu de chose qu'ils puissent faire, quand ils sont le plus enragés, et quand ils ont exercé le maximum de leur fureur. Tous les rois de la terre, devant Dieu, sont comme des sauterelles ; ils ne sont rien, et moins que rien : leur amour et leur haine sont à mépriser. La colère du grand Roi des rois est d'autant plus terrible que la leur, que sa majesté est plus grande. Luc 12:4-5, Et je vous le dis, mes amis, n'ayez pas peur de ceux qui tuent le corps, et après cela, n'ayez plus rien à faire. Mais je vous avertirai de qui vous aurez peur : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne : oui, je vous le dis, craignez-le.

2. C'est à l'ardeur de sa colère que vous êtes exposés. Nous lisons souvent la fureur de Dieu ; comme dans Ésaïe 59:18, selon leurs actions, en conséquence il rendra la fureur à ses adversaires. Ainsi Esaïe 66:15. Car voici, le Seigneur viendra avec le feu, et avec ses chars comme un tourbillon, pour rendre sa colère avec fureur, et sa réprimande avec des flammes de feu. Et dans bien d'autres endroits. Ainsi, Apocalypse 24:15, nous lisons à propos du pressoir de l'ardeur et de la colère de Dieu Tout-Puissant. Les mots sont extrêmement terribles. S'il avait seulement été dit, la colère de Dieu, les mots auraient impliqué ce qui est infiniment affreux : mais c'est l'ardeur et la colère de Dieu. La fureur de Dieu ! l'ardeur de Jéhovah ! Oh, comme cela doit être affreux ! Qui peut dire ou concevoir ce que de telles expressions portent en elles ! Mais c'est aussi la férocité et la colère de Dieu Tout-Puissant. Comme s'il y aurait une très grande manifestation de son pouvoir tout-puissant dans ce que l'ardeur de sa colère devrait infliger, comme si l'omnipotence devait être pour ainsi dire enragée et exercée, comme les hommes ont l'habitude d'exercer leur force dans l'ardeur de leur colère. . Oh! alors, quelle en sera la conséquence ! Que deviendront les pauvres vers qui en souffriront ! Quelles mains peuvent être fortes ? Et quel cœur peut endurer ? À quelle profondeur épouvantable, inexprimable, inconcevable de misère doit être plongée la pauvre créature qui en sera l'objet !

Considérez ceci, vous qui êtes ici présents, qui restez encore dans un état non régénéré. Que Dieu exécutera l'ardeur de sa colère implique qu'il infligera la colère sans aucune pitié. Quand Dieu voit l'ineffable extrémité de votre cas, et voit votre tourment si immensément disproportionné à vos forces, et voit comment votre pauvre âme s'écrase et s'enfonce pour ainsi dire dans une obscurité infinie ; il n'aura aucune compassion pour vous, il n'empêchera pas les exécutions de sa colère, ni n'allègera le moins du monde sa main; il n'y aura ni modération ni miséricorde, et Dieu n'arrêtera pas du tout son vent violent ; il n'aura aucun égard à votre bien-être, ni ne fera attention du tout à ce que vous ne souffriez trop dans aucun autre sens, que seulement que vous ne souffrirez pas au-delà de ce que la stricte justice exige. Rien ne vous sera refusé, car cela vous est si difficile à supporter. Ézéchiel 8:18, C'est pourquoi j'agirai aussi avec fureur: mon œil ne ménagera pas, et je n'aurai pas pitié; et bien qu'ils crient à mes oreilles d'une voix forte, je ne les entendrai pas. Maintenant Dieu est prêt à avoir pitié de vous ; c'est un jour de miséricorde; vous pouvez pleurer maintenant avec quelques encouragements pour obtenir miséricorde. Mais une fois le jour de la miséricorde passé, vos cris et hurlements les plus lamentables et les plus douloureux seront vains ; vous serez entièrement perdu et rejeté de Dieu, quant à tout ce qui concerne votre bien-être. Dieu n'aura d'autre usage à vous faire que de souffrir la misère ; vous serez continué à être à aucune autre fin; car tu seras un vase de colère adapté à la destruction; et il n'y aura d'autre usage de ce vase que d'être rempli de colère. Dieu sera si loin d'avoir pitié de vous lorsque vous crierez vers lui, qu'il est dit qu'il ne fera que rire et se moquer, Proverbes 1:25-26.

Combien terribles sont ces paroles, Ésaïe 63:3, qui sont les paroles du grand Dieu. Je les foulerai dans ma colère, et je les piétinerai dans ma fureur, et leur sang sera aspergé sur mes vêtements, et je tacherai tous mes vêtements. Il est peut-être impossible de concevoir des mots qui portent en eux de plus grandes manifestations de ces trois choses, vis. le mépris, la haine et la férocité de l'indignation. Si vous criez à Dieu de vous plaindre, il sera si loin de vous plaindre dans votre triste cas, ou de vous témoigner la moindre considération ou faveur, qu'au lieu de cela, il ne fera que vous fouler aux pieds. Et bien qu'il sache que vous ne pouvez pas supporter le poids de l'omnipotence qui vous piétine, il n'en tiendra pas compte, mais il vous écrasera sous ses pieds sans pitié ; il écrasera votre sang et le fera voler, et il en sera aspergé sur ses vêtements, de manière à tacher tous ses vêtements. Non seulement il vous haïra, mais il vous aura, dans le plus grand mépris : aucun endroit ne sera jugé convenable pour vous, mais sous ses pieds pour être piétiné comme la boue des rues.

3. La misère à laquelle vous êtes exposés est celle que Dieu infligera à cette fin, afin qu'il puisse montrer ce qu'est cette colère de l'Éternel. Dieu a eu à cœur de montrer aux anges et aux hommes à la fois combien son amour est excellent et aussi combien sa colère est terrible. Parfois les rois terrestres ont envie de montrer à quel point leur colère est terrible, par les châtiments extrêmes qu'ils exécuteraient sur ceux qui les provoqueraient. Nabuchodonosor, ce monarque puissant et hautain de l'empire chaldéen, était prêt à montrer sa colère lorsqu'il était enragé contre Shadrach, Méschec et Abednego; et en conséquence a donné des ordres que la fournaise ardente brûlante devrait être chauffée sept fois plus chaude qu'elle ne l'était auparavant; sans doute, il a été élevé au plus haut degré de férocité que l'art humain pouvait l'élever. Mais le grand Dieu est également prêt à montrer sa colère et à magnifier son affreuse majesté et son puissant pouvoir dans les souffrances extrêmes de ses ennemis. Romains 9:22, Et si Dieu, voulant manifester sa colère et faire connaître sa puissance, endurait avec beaucoup de patience les vases de colère propres à la perdition ? Et voyant que tel est son dessein et ce qu'il a déterminé, même pour montrer à quel point la colère effrénée, la fureur et l'ardeur de Jéhovah sont terribles, il le fera pour l'accomplir. Il y aura quelque chose d'accompli et d'accompli qui sera épouvantable avec un témoin. Lorsque le Dieu grand et en colère se lèvera et exécutera sa terrible vengeance sur le pauvre pécheur, et que le misérable souffre réellement du poids et de la puissance infinis de son indignation, alors Dieu appellera l'univers entier à contempler cette majesté affreuse et cette puissance puissante. cela se voit dedans. Isaiah 33:12-14, Et le peuple sera comme des brûlures de chaux, comme des épines coupées, ils seront brûlés au feu. Écoutez, vous qui êtes loin, ce que j'ai fait; et vous qui êtes proches, reconnaissez ma force. Les pécheurs de Sion ont peur ; la crainte a surpris les hypocrites.

Ainsi en sera-t-il pour vous qui êtes dans un état non converti, si vous continuez dans cet état ; la puissance infinie, la majesté et la terreur du Dieu tout-puissant seront magnifiées sur vous, dans la force ineffable de vos tourments. Tu seras tourmenté en présence des saints anges et en présence de l'Agneau ; et quand vous serez dans cet état de souffrance, les glorieux habitants du ciel sortiront et verront le spectacle affreux, afin qu'ils puissent voir ce qu'est la colère et l'ardeur du Tout-Puissant ; et quand ils l'auront vu, ils se prosterneront et adoreront cette grande puissance et majesté. Isaiah 66:23-24, Et il arrivera que, d'une nouvelle lune à l'autre, et d'un sabbat à l'autre, toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l'Éternel. Et ils sortiront et verront les cadavres des hommes qui ont transgressé contre moi; car leur ver ne mourra pas, et leur feu ne s'éteindra pas, et ils seront en horreur pour toute chair.

4. C'est une colère éternelle. Ce serait affreux de subir cette férocité et cette colère du Dieu Tout-Puissant un instant ; mais vous devez le souffrir à toute éternité. Il n'y aura pas de fin à cette horrible misère exquise. Quand vous regardez en avant, vous verrez devant vous une longue éternité, une durée illimitée, qui engloutira vos pensées et émerveillera votre âme ; et vous désespérerez absolument d'avoir jamais aucune délivrance, aucune fin, aucune atténuation, aucun repos. Vous saurez certainement que vous devez épuiser de longs âges, des millions de millions d'âges, à lutter et à lutter contre cette vengeance impitoyable toute-puissante ; et alors, quand vous l'aurez fait, quand tant d'âges auront été effectivement dépensés par vous de cette manière, vous saurez que tout n'est qu'un point sur ce qui reste. Pour que votre châtiment soit effectivement infini. Oh, qui peut exprimer quel est l'état d'une âme dans de telles circonstances ! Tout ce qu'on peut en dire n'en donne qu'une très faible, très faible représentation ; c'est inexprimable et inconcevable : car qui connaît la puissance de la colère de Dieu ?

Combien épouvantable est l'état de ceux qui sont chaque jour et chaque heure en danger de cette grande colère et de cette misère infinie ! Mais c'est le cas lamentable de chaque âme de cette congrégation qui n'est pas née de nouveau, aussi morale et stricte, sobre et religieuse qu'elle soit autrement. Oh que tu y penserais, que tu sois jeune ou vieux ! Il y a des raisons de penser qu'il y en a beaucoup dans cette congrégation qui entendent maintenant ce discours, qui seront en fait les sujets de cette même misère pour toute l'éternité. Nous ne savons pas qui ils sont, ou à quels sièges ils sont assis, ou quelles pensées ils ont maintenant. Il se peut qu'ils soient maintenant à l'aise, et entendent toutes ces choses sans trop de dérangement, et se flattent maintenant qu'ils ne sont pas les personnes, se promettant qu'ils s'échapperont. Si nous savions qu'il y avait une personne, et une seule, dans toute la congrégation, qui devait être le sujet de cette misère, quelle chose affreuse ce serait de penser ! Si nous savions qui c'était, quel spectacle affreux ce serait de voir une telle personne ! Comment tout le reste de la congrégation pourrait-il élever un cri lamentable et amer sur lui ! Mais hélas! au lieu d'un, combien est-il probable qu'ils se souviendront de ce discours en enfer ? Et ce serait une merveille, si certains qui sont maintenant présents ne devaient pas être en enfer dans très peu de temps, même avant la fin de cette année. Et il ne serait pas étonnant que certaines personnes, qui sont maintenant assises ici, à certains sièges de cette salle de réunion, en bonne santé, tranquilles et en sécurité, y soient avant demain matin. Ceux d'entre vous qui continueront finalement dans un état naturel, qui resteront hors de l'enfer le plus longtemps seront là dans peu de temps ! ta damnation ne sommeille pas ; il viendra rapidement et, selon toute probabilité, très soudainement sur beaucoup d'entre vous. Vous avez des raisons de vous demander si vous n'êtes pas déjà en enfer. C'est sans doute le cas de certains que vous avez vus et connus, qui n'ont jamais plus mérité l'enfer que vous, et qui semblaient jusqu'ici aussi susceptibles d'avoir été vivants que vous. Leur cas dépasse tout espoir; ils pleurent dans une extrême misère et un parfait désespoir ; mais vous êtes ici dans le pays des vivants et dans la maison de Dieu, et vous avez une occasion d'obtenir le salut. Que ne donneraient pas ces pauvres damnés âmes sans espoir pour une journée comme celle dont vous jouissez maintenant !

Et maintenant vous avez une opportunité extraordinaire, un jour où Christ a ouvert grande la porte de la miséricorde, et se tient là pour appeler et crier d'une voix forte aux pauvres pécheurs ; un jour où beaucoup affluent vers lui et se pressent dans le royaume de Dieu. Beaucoup viennent quotidiennement de l'est, de l'ouest, du nord et du sud ; beaucoup qui étaient très récemment dans le même état misérable que vous êtes, sont maintenant dans un état heureux, avec leurs cœurs remplis d'amour pour celui qui les a aimés, et les a lavés de leurs péchés dans son propre sang, et se réjouissant dans l'espérance de la gloire de Dieu. Comme c'est affreux d'être laissé pour compte un tel jour ! Voir tant d'autres festoyer, tandis que vous vous languissez et périssez ! De voir tant de gens se réjouir et chanter pour la joie du cœur, tandis que vous avez des raisons de pleurer pour la douleur du cœur et de hurler pour la vexation de l'esprit. Comment pouvez-vous vous reposer un instant dans un tel état ? Vos âmes ne sont-elles pas aussi précieuses que les âmes des gens de Suffield (une ville de la région), où ils affluent de jour en jour vers Christ ?

N'y en a-t-il pas beaucoup ici qui ont vécu longtemps dans le monde et qui ne sont pas nés de nouveau à ce jour ? et ainsi sont les étrangers de la république d'Israël, et n'ont rien fait depuis qu'ils ont vécu, sinon amasser de la colère pour le jour de la colère ? Oh, messieurs, votre cas, d'une manière particulière, est extrêmement dangereux. Votre culpabilité et votre dureté de cœur sont extrêmement grandes. Ne voyez-vous pas combien généralement les personnes de votre âge sont ignorées et abandonnées dans la remarquable et merveilleuse dispensation actuelle de la miséricorde de Dieu ? Vous aviez besoin de vous considérer et de vous réveiller complètement hors du sommeil. Vous ne pouvez supporter l'ardeur et la colère du Dieu infini. — Et vous, jeunes hommes et jeunes femmes, négligerez-vous cette précieuse saison dont vous jouissez maintenant, alors que tant d'autres de votre âge renoncent à toutes les vanités juvéniles et affluent vers Christ? Vous avez surtout maintenant une opportunité extraordinaire ; mais si vous le négligez, il en sera bientôt pour vous comme pour ces personnes qui ont passé tous les précieux jours de leur jeunesse dans le péché, et qui sont maintenant arrivées à une situation si terrible dans l'aveuglement et la dureté. Et vous, enfants qui n'êtes pas convertis, ne savez-vous pas que vous allez en enfer pour porter l'horrible colère de ce Dieu qui se fâche maintenant contre vous chaque jour et chaque nuit ? Vous contenterez-vous d'être les enfants du diable, alors que tant d'autres enfants dans le pays se sont convertis et sont devenus les enfants saints et heureux du Roi des rois ?

Et que tous ceux qui sont encore hors de Christ, et suspendus au-dessus de la fosse de l'enfer, qu'ils soient des vieillards et des femmes, ou des personnes d'âge moyen, ou des jeunes, ou des petits enfants, écoutent maintenant les appels forts de la parole et de la providence de Dieu . Cette année agréable du Seigneur, un jour de si grandes faveurs pour certains, sera sans doute un jour de vengeance aussi remarquable pour d'autres. Les cœurs des hommes s'endurcissent, et leur culpabilité augmente rapidement en un jour comme celui-ci, s'ils négligent leur âme ; et jamais il n'y a eu un si grand danger que de telles personnes soient livrées à la dureté de cœur et à l'aveuglement d'esprit. Dieu semble maintenant rassembler à la hâte ses élus dans toutes les parties du pays ; et probablement que la plus grande partie des personnes adultes qui seront jamais sauvées seront amenées maintenant dans peu de temps, et qu'il en sera comme lors de la grande effusion de l'Esprit sur les Juifs aux jours des apôtres ; l'élection l'emportera, et les autres seront aveuglés. Si tel devait être votre cas, vous maudirez éternellement ce jour, et maudirez le jour où vous êtes né, pour voir une telle saison de l'effusion de l'Esprit de Dieu, et vous souhaiterez que vous soyez mort et parti pour l'enfer avant de l'avoir vu. Or, sans aucun doute, comme au temps de Jean-Baptiste, la cognée est mise d'une manière extraordinaire à la racine des arbres, afin que tout arbre qui ne produit pas de bons fruits soit coupé et jeté au feu. .

Top