Pourquoi Jésus a-t-il maudit le figuier ?

Réponse



Le récit de Jésus maudissant le figuier stérile se trouve dans deux récits évangéliques différents. D'abord, on le voit dans Matthieu 21:18-22, puis aussi dans Marc 11:12-14. Bien qu'il existe de légères différences entre les deux récits, ils sont facilement réconciliés en étudiant les passages. Comme toutes les Écritures, la clé pour comprendre ce passage vient de la compréhension du contexte dans lequel il s'est produit. Afin de bien comprendre ce passage, il faut d'abord se pencher sur le cadre chronologique et géographique. Par exemple, quand cela s'est-il produit, quel était le cadre et où cela s'est-il produit ? De plus, afin de bien comprendre ce passage, nous devons comprendre l'importance du figuier en ce qui concerne la nation d'Israël et comprendre comment le figuier est souvent utilisé dans les Écritures pour représenter symboliquement Israël. Enfin, nous devons avoir une compréhension de base du figuier lui-même, de ses saisons de croissance, etc.

Premièrement, en regardant le cadre chronologique général du passage, nous voyons qu'il s'est produit pendant la semaine avant sa crucifixion. Jésus était entré à Jérusalem un jour plus tôt au milieu des louanges et de l'adoration du peuple juif qui le considérait comme le Roi/Messie qui allait les délivrer de l'occupation romaine (Matthieu 21 :1-11 ; Marc 11 :1-11) . Maintenant, le lendemain, Jésus est de nouveau en route pour Jérusalem d'où il séjournait à Béthanie. Sur son chemin, Matthieu et Marc rapportent qu'il avait faim et qu'il a vu au loin un figuier qui avait des feuilles dessus (Marc 11:13). En venant à l'arbre s'attendant à trouver quelque chose à manger, Jésus a plutôt découvert que le figuier n'avait pas de fruit dessus et maudit l'arbre en disant : Qu'aucun fruit ne vienne plus jamais de toi ! (Matthieu 21 :19 ; Marc 11 :14). Matthieu enregistre la malédiction et le flétrissement du figuier dans un seul récit et l'inclut après le récit de Jésus nettoyant le Temple des changeurs. Marc explique que cela s'est en fait déroulé sur deux jours, Jésus maudissant le figuier le premier jour sur le chemin de la purification du Temple, et les disciples voyant l'arbre se dessécher le deuxième jour alors qu'ils retournaient à Jérusalem depuis Béthanie (Marc 11:12-14 et Marc 11:19-20). Bien sûr, en voyant l'arbre desséché de la racine aux pieds, les disciples ont été stupéfaits, car cela aurait normalement pris plusieurs semaines.



Après avoir passé en revue le cadre chronologique général de l'histoire, nous pouvons commencer à répondre à certaines des nombreuses questions qui lui sont souvent posées. Tout d'abord est la question, pourquoi Jésus a-t-il maudit le figuier si ce n'était pas la bonne saison pour les figues ? La réponse à cette question peut être déterminée en étudiant les caractéristiques des figuiers. Le fruit du figuier apparaît généralement avant les feuilles et, comme le fruit est vert, il se confond avec les feuilles jusqu'à ce qu'il soit presque mûr. Par conséquent, lorsque Jésus et ses disciples ont vu de loin que l'arbre avait des feuilles, ils se seraient attendus à ce qu'il ait aussi des fruits même s'il était plus tôt dans la saison que ce qui serait normal pour un figuier de porter des fruits. De plus, chaque arbre produisait souvent deux à trois récoltes de figues chaque saison. Il y aurait une récolte précoce au printemps suivie d'une ou deux récoltes plus tard. Dans certaines parties d'Israël, selon le climat et les conditions, il était également possible qu'un arbre produise des fruits dix mois sur douze. Cela explique également pourquoi Jésus et ses disciples chercheraient des fruits sur le figuier même si ce n'était pas pendant la saison de croissance principale. Le fait que l'arbre avait déjà des feuilles même s'il se trouvait à une altitude plus élevée autour de Jérusalem, et donc aurait été en dehors de la saison normale des figues, aurait semblé être une bonne indication qu'il y aurait aussi des fruits dessus.



Quant à la signification de ce passage et de ce qu'il signifie, la réponse à cela se trouve à nouveau dans le cadre chronologique et dans la compréhension de la façon dont un figuier est souvent utilisé symboliquement pour représenter Israël dans les Écritures. Tout d'abord, chronologiquement, Jésus venait d'arriver à Jérusalem au milieu d'une grande fanfare et de grandes attentes, mais procède ensuite à la purification du Temple et à la malédiction du figuier stérile. Les deux avaient une signification quant à la condition spirituelle d'Israël. Avec Sa purification du Temple et Sa critique de l'adoration qui s'y déroulait (Matthieu 21 :13 ; Marc 11 :17), Jésus dénonçait effectivement l'adoration de Dieu par Israël. Avec la malédiction du figuier, il dénonçait symboliquement Israël en tant que nation et, dans un sens, dénonçait même les chrétiens infructueux (c'est-à-dire les gens qui professent être chrétiens mais n'ont aucune preuve d'une relation avec Christ).

La présence d'un figuier fructueux était considérée comme un symbole de bénédiction et de prospérité pour la nation d'Israël. De même, l'absence ou la mort d'un figuier symboliserait le jugement et le rejet. Symboliquement, le figuier représentait la mort spirituelle d'Israël, qui, bien que très religieux extérieurement avec tous les sacrifices et cérémonies, était spirituellement stérile à cause de ses péchés. En purifiant le Temple et en maudissant le figuier, le faisant disparaître et mourir, Jésus prononçait Son jugement à venir sur Israël et démontrait Sa puissance pour l'exécuter. Il enseigne également le principe selon lequel la profession et l'observance religieuses ne suffisent pas à garantir le salut, à moins qu'il n'y ait le fruit d'un véritable salut mis en évidence dans la vie de la personne. Jacques fera plus tard écho à cette vérité lorsqu'il écrira que la foi sans les œuvres est morte (Jacques 2 :26). La leçon du figuier est que nous devons porter du fruit spirituel (Galates 5 : 22-23), et pas seulement donner une apparence de religiosité. Dieu juge l'infécondité et s'attend à ce que ceux qui ont une relation avec Lui portent beaucoup de fruit (Jean 15:5-8).



Top