Pourquoi le système sacrificiel exigeait-il un sacrifice sanglant ?

Réponse



L'ensemble de l'Ancien Testament, chaque livre, pointe vers le Grand Sacrifice qui devait venir - celui du don sacrificiel de sa propre vie par Jésus en notre nom. Lévitique 17:11 est la déclaration centrale de l'Ancien Testament sur l'importance du sang dans le système sacrificiel. Dieu, s'adressant à Moïse, déclare : Car la vie d'une créature est dans le sang, et je vous l'ai donné pour faire propitiation pour vous sur l'autel ; c'est le sang qui fait l'expiation pour sa vie.

Un sacrifice est défini comme l'offrande de quelque chose de précieux pour une cause ou une raison. Faire l'expiation, c'est satisfaire quelqu'un ou quelque chose pour une offense commise. Le verset du Lévitique peut être lu plus clairement maintenant : Dieu a dit, Je vous l'ai donné (la vie de la créature, qui est dans son sang) pour faire l'expiation pour vous-mêmes (couvrant l'offense que vous avez commise contre Moi). En d'autres termes, ceux qui sont couverts par le sacrifice sanglant sont libérés des conséquences du péché.



Bien sûr, les Israélites ne connaissaient pas Jésus en soi, ni comment Il mourrait à leur place puis ressusciterait, mais ils croyaient que Dieu leur enverrait un Sauveur. Tous les très nombreux sacrifices de sang vus dans l'Ancien Testament annonçaient le vrai sacrifice à venir une fois pour toutes afin que les Israélites n'oublient jamais que, sans le sang, il n'y a pas de pardon. Cette effusion de sang est un acte de substitution. Par conséquent, la dernière clause de Lévitique 17:11 pourrait être lue soit le sang 'fait l'expiation' au prix de la vie (c'est-à-dire la vie de l'animal) ou fait l'expiation à la place de la vie (c'est-à-dire la vie du pécheur, avec Jésus-Christ étant Celui qui donne la vie par son sang versé).



Hébreux 9:11-18 confirme le symbolisme du sang comme vie et applique Lévitique 17:11 au sacrifice du Seigneur Jésus-Christ. Le verset 12 déclare clairement que les sacrifices de sang de l'Ancien Testament étaient temporaires et n'expiaient que partiellement et pour une courte période, d'où la nécessité de répéter les sacrifices chaque année. Mais lorsque le Christ est entré dans le lieu très saint, il l'a fait pour offrir son propre sang une fois pour toutes, rendant les sacrifices futurs inutiles. C'est ce que Jésus voulait dire par Ses dernières paroles sur la croix : C'est fini (Jean 19:30). Jamais plus le sang des taureaux et des boucs ne purifierait les hommes de leur péché. Ce n'est qu'en acceptant le sang de Jésus, versé sur la croix pour la rémission des péchés, que nous pouvons nous tenir devant Dieu couverts de la justice de Christ (2 Corinthiens 5:21).

Top