Pourquoi le Prédicateur conclut-il, Tout est vanité (Ecclésiaste 12 :8) ?

Réponse



Dans Ecclésiaste 1:2 et encore dans 12:8, nous trouvons cette curieuse observation : Vanité des vanités, dit le Prédicateur ; tout est vanité (ESV). Aujourd'hui, quand nous entendons le mot vanité , nous pensons à l'orgueil, à la vanité, à une opinion exagérée et à l'attention portée à soi-même. Mais ici, dans le livre de l'Ecclésiaste, le mot vanité est correctement comprise comme dénuée de sens, comme le rend la nouvelle version internationale : « Dénué de sens ! Insensé ! dit le Maître. « Complètement vide de sens ! Tout n'a pas de sens.

Vanité est un mot clé dans le livre de l'Ecclésiaste, apparaissant 34 fois. Le mot hébreu original signifie brise, souffle ou vapeur et parle de la nature éphémère des choses. Il est traduit par dénué de sens, futilité et inutile dans diverses versions de la Bible. Comment la recherche déterminée de ce prédicateur biblique pour donner un sens à la vie l'a-t-elle amené à conclure qu'il n'y a ni sens ni but à l'existence humaine ?



L'auteur du livre de l'Ecclésiaste, qui se réfère à lui-même comme le Prédicateur (KJV, ESV) ou l'Enseignant (NIV, HCSB), est le fils du roi David, Salomon. Pour comprendre la décision de Salomon selon laquelle tout est vanité, nous devons étudier la phrase dans son contexte écrit.



L'Ecclésiaste est unique parmi tous les autres livres de la Bible. Écrit par Salomon dans les dernières années de sa vie, son thème central est l'inutilité de l'activité humaine et des objectifs humains en dehors de Dieu. Au cours de cette saison de sa vie, Salomon a tenté de comprendre la vie en utilisant la raison et l'intellect humains. Son exploration découlait d'une perspective de sagesse mondaine basée sur les informations disponibles dans le domaine physique.

Salomon a peut-être été hors de communion avec Dieu lorsqu'il a écrit l'Ecclésiaste ou en repensant à une telle époque. Comme de nombreux philosophes mondains, séparés de Dieu et de sa révélation divine, Salomon a conclu que rien dans la vie n'a de signification. L'expérience humaine n'a pas de but. La recherche de Salomon s'est avérée vaine sur la base d'un détail essentiel - sa poursuite était limitée à la durée de vie limitée de l'expérience humaine ici sur terre. En dehors de Dieu, de sa révélation de lui-même et de ses desseins, nos vies sont en effet vacantes et dépourvues de sens. Tout ce qui manque de valeur éternelle n'a aucune valeur réelle.



L'Ecclésiaste parle de ces moments où la vie semble vide ou n'a pas de sens. Nos expériences humaines sont souvent déconcertantes et déroutantes. Les méchants réussissent tandis que les justes souffrent, et d'horribles injustices sont partout (Ecclésiaste 3 :16 ; 4 :1-5). En fin de compte, la vie et tous nos efforts humains sont inutiles en eux-mêmes. Comme Salomon, si nous cherchons un sens et un but en dehors de Dieu, notre quête se terminera par la frustration.

Ce n'est qu'à travers une relation avec Dieu en Jésus-Christ que nous découvrons notre véritable but et notre destinée. Dieu existe en dehors de ces années momentanées de vie mortelle sur terre, et en Lui notre avenir s'étend bien au-delà de ce monde fini : Car c'est ainsi que Dieu a aimé le monde : Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périr mais avoir la vie éternelle (Jean 3:16, NLT).

Nous sommes créés à l'image et à la ressemblance de Dieu pour être Ses représentants sur la terre (Genèse 1:26). En Lui, nous découvrons qui nous sommes et pourquoi nous avons fait : Car nous sommes le chef-d'œuvre de Dieu. Il nous a créés de nouveau en Jésus-Christ, afin que nous puissions faire les bonnes choses qu'il a prévues pour nous il y a longtemps (Éphésiens 2 :10, NLT). Aux yeux de Dieu, chaque vie humaine a une valeur et une signification énormes. Nous sommes ses biens les plus précieux et le centre de son attention (Deutéronome 32 :10 ; Zacharie 2 :8 ; Psaume 17 :8). Lorsque Dieu est présent dans nos vies, il devient notre source et notre trésor, le sens et le but de nos vies. Lorsque nous pensons aux choses du ciel, et non aux choses de la terre, nous découvrons la vraie vie qui est cachée avec Christ en Dieu (Colossiens 3 :2-3, NLT).

Tout comme de nombreux humains, Salomon a cherché un sens à la vie en dehors de la volonté de Dieu et en dehors de sa présence. Sa recherche s'est terminée par la vanité ou le vide. Mais en Jésus-Christ, qui est le chemin, la vérité et la vie (Jean 14:6), la recherche du croyant culmine en tout : Cherchez le Royaume de Dieu par-dessus tout, et vivez dans la justice, et il vous donnera tout ce dont vous avez besoin. (Matthieu 6:33, NLT). Dans le Seigneur, notre travail a un sens : Alors, mes chers frères et sœurs, soyez forts et inébranlables. Travaillez toujours avec enthousiasme pour le Seigneur, car vous savez que rien de ce que vous faites pour le Seigneur n'est jamais inutile (1 Corinthiens 15:58, NLT).

Salomon a fermé l'Ecclésiaste au même endroit qu'il avait commencé. Tout est vanité termine son voyage, soulignant le vide et la futilité de la vie sans Dieu. Lorsque nous nous concentrons uniquement sur cette vie terrestre - tout ce qui se passe sous le soleil - cela semble inutile, comme chasser le vent (Ecclésiaste 1:14, NLT). Mais lorsque nous connaissons Dieu à travers une relation avec Jésus-Christ, nous recevons une vie abondante dans son royaume et un trésor céleste qui vaut bien plus que tout l'argent et l'or du monde (Actes 3 :6 ; Matthieu 6 :19-21 ; 1 Jean 5 : 11–13).

Top