Pourquoi manger des produits laitiers et de la viande dans le même repas n'est-il pas considéré comme casher ?

Réponse



Les juifs pratiquants, en suivant la loi mosaïque, cherchent à obéir aux lois concernant la nourriture, principalement trouvées dans Lévitique chapitre 11. Cependant, il existe une pratique alimentaire juive commune qui ne se trouve pas dans Lévitique 11 ni nulle part ailleurs dans les Écritures hébraïques. La plupart des juifs pratiquants ne mangent pas de produits animaux et laitiers ensemble, ni même dans le même repas. Ils ne considèrent pas que le mélange de produits laitiers et de viande soit casher - les cheeseburgers ne sont pas au menu. Si le commandement de ne pas mélanger la viande avec les produits laitiers ne se trouve pas dans les Écritures hébraïques, d'où vient-il ?

La pratique d'éviter les produits laitiers dans un repas avec de la viande vient d'Exode 23:19, qui dit : Ne faites pas cuire une jeune chèvre dans le lait de sa mère. La commande ne se rapporte pas ouvertement aux restrictions alimentaires ; il interdit plutôt de cuire un certain type de viande d'une certaine manière. Une lecture normale d'Exode 23:19 permet apparemment à une jeune chèvre d'être cuite dans du lait, tant que le lait ne provient pas de sa propre mère. De plus, la portée étroite de la commande semblerait permettre à tout autre type d'animal propre (en dehors d'une chèvre) d'être cuit dans le lait de sa propre mère. La commande ne dit rien sur la question de savoir si les produits laitiers et la viande peuvent être consommés dans le même repas. Alors, comment Exode 23 : 19 peut-il être utilisé pour interdire que les produits laitiers et la viande soient consommés ensemble ?



La tendance dans la tradition rabbinique juive, sur une période de milliers d'années, était d'étendre les commandements de la loi mosaïque pour couvrir plus d'activités. Le but d'une telle expansion était d'isoler les Juifs d'éventuelles violations de la loi. Donc, si la loi prescrivait une clôture de dix pieds, les rabbins en faisaient une clôture de quinze pieds, juste pour être sûr. En conséquence, le chevreau dans Exode 23:19 a été interprété comme toute viande dans la tradition juive, et le lait de sa mère est devenu n'importe quel produit laitier. Consommer n'importe quel type de viande avec n'importe quel produit laitier dans le même repas est devenu une violation des lois casher. Un enseignement rabbinique interdit même l'utilisation du même couteau pour couper la viande et le fromage ou l'utilisation de la même nappe pour servir les deux.



Ce traitement de la loi de Dieu est un exemple de ce à quoi Jésus a fait référence lorsqu'il a réprimandé les enseignants de la loi pour avoir étouffé un moucheron mais avalé un chameau dans Matthieu 23:24. Bien sûr, il est bon de rester aussi loin que possible de violer la loi de Dieu. Mais étendre une loi au point qu'elle ressemble à peine à la loi d'origine ne peut être justifié. Manger de la viande et des produits laitiers dans le même repas n'était pas interdit dans la loi mosaïque. Deutéronome 4:2 déclare : N'ajoutez rien à ce que je vous commande et n'en retranchez rien, mais gardez les commandements de l'Éternel, votre Dieu, que je vous donne. C'était une violation directe de la loi de Dieu pour les Juifs d'ajouter une interdiction non directement énoncée ou implicite dans la loi.

Qu'une personne mange un cheeseburger n'est pas le problème. Les disciples de Jésus-Christ ne sont pas sous la loi (Marc 7 :19 ; Romains 10 :4 ; Galates 3 :23-25 ​​; Éphésiens 2 :15). Nous avons la liberté en Christ, et cette liberté s'étend à notre alimentation (Galates 5:1). Si les gens désirent obéir aux lois alimentaires de l'Ancienne Alliance ou aux lois casher juives étendues, ils sont libres de le faire. Le problème ici est le fait que l'expansion juive de ne pas faire cuire une jeune chèvre dans le lait de sa mère en ne mangeant aucun type de viande avec aucun produit laitier dans le même repas est une violation de l'interdiction de Dieu d'ajouter aux commandements du Seigneur.



Alors, qu'est-ce que le commandement d'Exode 23:19 interdisait vraiment ? Très probablement, la règle avait à voir avec la protection des Israélites contre l'idolâtrie et la superstition. Plusieurs commentateurs conjecturent que faire bouillir une jeune chèvre dans le lait de sa mère était un rite païen effectué dans le cadre d'un sort de fertilité. Dieu voulait que Son peuple n'ait rien à voir avec une telle méchanceté. D'autres commentateurs soulignent que la cuisson d'une jeune chèvre dans le lait de sa propre mère semble cruelle, étant donné que la chèvre est cuite dans ce qui était censé lui donner la vie.

Top