Pour une école et une société apaisées

ParBernard Delvaux

Pour une école et une société apaisées

TAE-DSC_2668le projet Bockstael 2016-2018 utilise la méthode Prodas (programme de développement affectif et social). C'est une méthodologie éducative de développement de la personne. Cette méthode développe 3 facteurs essentiels du développement humain : la conscience de soi, l'estime de soi et l'interaction sociale.

C’est une approche préventive pour éviter la violence, les incivilités, l’intolérance, la xénophobie, l’isolement social,... L’outil de base du Prodas est le cercle de parole, processus qui, à l’aide de thèmes variés et dans le respect de règles strictes, permet l'expression libérée des ressentis, des émotions, des différences et des ressemblances. Les enfants expérimentent deux principes complémentaires : le principe d’universalité (beaucoup de personnes vivent des situations très proches, des émotions semblables) et le principe d’unicité (chacun est unique et vit une situation avec des pensées et des sentiments qui lui sont propres).

Ce programme est particulièrement adapté aux enfants de 5 à 12 ans (classes de 3ème maternelle et 1ère à 6ème primaires) et au-delà. Les cercles Prodas peuvent être aisément rattachés aux compétences et matières à divers niveaux d’enseignement: langue maternelle, histoire, géographie, étude de milieu, philosophie, citoyenneté ...

Des enseignant-e-s ont reçu une formation pour animer des cercles de parole avec un bon nombre d’exercices pratiques. Ces formations leur ont fait prendre conscience de l’importance d’une communication plus sereine et authentique au sein de la classe, de l’importance du non-verbal, d’être écouté-e sans être jugé-e ni interrompu-e. L’empathie générée par les cercles et le climat de confiance qui s’installe est
particulièrement appréciée. Au fil des journées, les témoignages deviennent de plus en plus intimes et l’émotion palpable.

Ce projet a pu être mis en place grâce à la fondation entraide et solidarité & asbl bienveillance à l’école ainsi qu’aux enseignant-e-s volontaires.

Cette initiative fait écho au Manifeste : L'individualité ne doit donc pas être vue comme opposée à l'agir collectif. D’autant que toute individualité se construit dans l’interaction sociale. L'éclosion de l'individualité et son développement dépendent largement de la qualité des interactions sociales. L’enseignant-e doit être garant-e de ces relations de qualité en assurant aux élèves un espace collectif d’expression de soi qui ne bannisse pas les interpellations pour autant qu'elles se manifestent dans le respect de chacun. Ainsi évite-t-on d’opposer l’individuel et le collectif et de confondre individualité et individualisme.

Donner à chaque jeune le goût d’exprimer son individualité doit donc être l’une des missions clés d’une tout autre école. Dans une tout autre école où chaque groupe d’enfants et de jeunes est considéré comme un collectif d’apprentissage, la composition de ce collectif est une question essentielle. Sur cette base, nous n’avons aucun doute sur le fait que les collectifs d’apprentissage doivent être hétérogènes tant en termes d’origine culturelle et sociale que de niveau d’acquis, de handicap, de croyance ou de projet de vie.

Contact :

  • Patrick Schuhmann, Ecole Bockstael direction primaire, 02 475 73 30
  • Site de l'école

Références : L’appellation « PRODAS » est une contraction de « Programme de développement affectif et social » conçu par Harold Bessel, Uvaldo Palomares et Géraldine Ball. Bessel H., Le développement socioaffectif de l’enfant (Prodas), Actualis, Québec, 1975

RETOURNER À : 

[maxbutton id="9" ]

[maxbutton id="10" ] [maxbutton id="11" ]  [maxbutton id="12" ]  [maxbutton id="13" ]  [maxbutton id="14" ]

 

 

À propos de l’auteur

Bernard Delvaux editor