Archive de l’étiquette TAE-INI-Apprendre comment

ParTout autre école

Freinet à Bruxelles, de l’autre côté de l’école

Capture d’écran 2017-12-18 à 23.33.14

Créée en 2014 par des parents passionnés et convaincus de la valeur de l’enseignement Freinet, cette école a, depuis, ouvert chaque année quatre classes supplémentaires niveau par niveau. Elle fait partie de la FELSI (Fédération des écoles libres subventionnées indépendantes). De l’autre côté de l’école présente les spécificités suivantes :

  • Une pédagogie basée sur les principes proposés par Célestin Freinet où chaque adolescent est considéré dans sa globalité et où chacun est acteur.

  • Un apprentissage qui se développe à partir de la curiosité des élèves ou de situations réelles pour donner du sens aux apprentissages.

  • Un climat dans lequel prime le souci d’humanité et de dialogue.

  • Une organisation basée sur des structures participatives qui s’imbriquent les unes dans les autres.

  • Des projets qui animent l’école et les apprentissages.

  • Un travail coordonné par une équipe pédagogique motivée, volontaire et formée plus particulièrement aux pratiques de la pédagogie Freinet.

  • Une construction collective (direction, animateurs, élèves, parents) qui privilégie l’implication, la négociation, le dialogue, la recherche, la remise  en question et le perfectionnement.

  • L’acquisition progressive d’une autonomie sous le regard positif et constructif de l’équipe pédagogique.

  • Une école en prise directe avec les réalités de la vie culturelle, sociale, politique… et donc ouverte sur le monde.

Cette initiative fait écho au manifeste

«L’école ne doit pas seulement changer de finalité et de contenu. Elle doit aussi revoir sa conception de la relation pédagogique. (…) Des principes peuvent servir de guide aux professionnel-le-s :

  • Préserver et entretenir l’appétit d’apprendre
  • Parier sur l’intelligence de tous et toutes
  • Refuser de mesurer, étiqueter, trier et classer
  • Considérer le groupe d’enfants comme un collectif d’apprentissage
  • Combiner l’apprendre et l’agir
  • Mettre les élèves en contact avec d’autres porteurs de savoirs.»
Contact

Mail  : info@acecole.be

Téléphone : 0485/134592

Liens utiles

RETOURNER À : [blox_button text="Tout Autre Chose" link="http://www.toutautrechose.be" target="_self" button_type="btn-warning" size="btn-sm" icon="fa-search" align="left" animation="none"/] [blox_button text="Tout Autre Ecole" link="http://www.toutautrechose.be/tae" target="_self" button_type="btn-danger" size="btn-sm" icon="fa-search" align="left" animation="none"/] [blox_button text="Ressources" link="http://www.toutautrechose.be/tae-ressources" target="_self" button_type="btn-success" size="btn-sm" icon="icon-share-alt" align="left" animation="none"/] [blox_button text="Initiatives" link="https://www.toutautrechose.be/tae-ressources-initiatives" target="_self" button_type="btn-danger" size="btn-sm" icon="icon-share-alt" align="left" animation="none"/][blox_button text="Apprendre comment ?" link="http://www.toutautrechose.be/tae-ressources-apprendre comment" target="_self" button_type="btn-default" size="btn-sm" icon="fa-search" align="left" animation="none"/]

 

ParBernard Delvaux

Quand la classe devient atelier(s)

tae-Classe atelierCela déjà fait plus de 25 ans que les Aumôniers du travail de Boussu ont organisé leurs classes du premier degré différencié en ateliers. Mais c’est seulement à la rentrée de septembre 2017 qu’ils ont étendu cette pratique à l’ensemble du 1er degré.

La classe atelier(s) – avec un « s » à ateliers – se différencie d’une classe « normale » sur quatre points essentiels.

  • Sur le plan spatial, tout d’abord : la classe est un très grand espace subdivisé en ateliers : y sont agencés notamment une bibliothèque, un coin vidéo, un coin l'informatique, un espace jeux de société, un atelier pour les cours d'éducation par la technologie, un espace autour d’un tableau interactif, une cuisine équipée et des coins classes plus classiques.

  • Dans ce grand espace cohabitent l’équivalent de plusieurs classes classiques… et plusieurs professeurs. C’est ainsi qu’en 2016-2017, une équipe de 12 enseignants s’occupait d’un groupe de 45 élèves. Ces enseignants doivent dès lors se coordonner et être plus souvent en classe, de manière à assurer la présence permanente d’environ cinq enseignants pour 45 élèves.

  • Les élèves travaillent par modules. Tous les quinze jours, ils reçoivent un plan de travail personnalisé en fonction des évaluations antérieures. Ils doivent l’accomplir dans la quinzaine. Mais chaque matin, c’est à eux de décider ce qu’ils vont faire et auprès de quels enseignants ils vont aller, en fonction de la matière ou des affinités. Ainsi choisissent-ils leurs modules en tentant de concilier leur programme et leurs envies, et en n’étant pas astreints à rester nécessairement 50’ sur une matière. « Mais attention, souligne Oliver Vercauteren, professeur de mathématiques, dans La Libre, nous suivons nos jeunes de manière très précise ». A la fin de la quinzaine, « ils évaluent leur propre travail, avant que l'enseignant évalue à son tour leur avancement et le fait qu'ils aient progressé dans toutes les matières. Au début, c'est souvent la cata et ils se rendent compte qu'ils se sont mal organisés. Mais ils prennent vite le pli et finissent par gagner en maturité."

  • La pédagogie par projet est une autre composante de la classe atelier(s). C’est ainsi qu’un groupe d’élèves de la classe atelier(s) a participé en 2017 au Crazy machine challenge dont l'objectif était de créer la machine la plus extraordinaire possible utilisant une réaction en chaîne et animant en bout de course le Manneken Pis (voir le clip d’annonce très enlevé, et l’article de La Libre ci-dessous).

Cerise sur le gâteau, des conseils d’élèves se tiennent chaque semaine.

Cette pédagogie était au départ destinée aux élèves qui n’avaient pas obtenu leur CEB en fin d’école primaire : des élèves qu’il fallait remobiliser, à qui il fallait rendre confiance, qui devaient gagner en autonomie et tout simplement retrouver l’envie d’apprendre. En ouvrant récemment cette approche aux élèves ayant réussi l’enseignement primaire, l’école fait le pari que de telles pratiques ont aussi du sens pour les publics d’élèves plus conformes aux normes scolaires.  Voilà qui est réellement innovant : cesser de considérer que la forme traditionnelle d’apprentissage reste la norme et ne mérite d’être remise en question que pour les élèves qui ne s’y adaptent vraiment pas, échouent ou décrochent.

Cette initiative fait écho au Manifeste : « Une tout autre école mise sur la soif d’apprendre et les questions vives et vivifiantes des enfants et des jeunes. Elle laisse bien plus de place qu’aujourd’hui aux questions que se posent les élèves plutôt qu’à celles que les enseignant-e-s veulent leur poser (ou leur voir se poser). (…) L’autorité de l’enseignant-e doit alors être surtout utilisée pour maintenir ou stimuler chez l’élève la volonté de pousser loin sa compréhension du phénomène qui l’intéresse, l’inviter à ne pas s’arrêter trop vite en chemin, le pousser dans ses retranchements comme les tout jeunes enfants nous poussent, nous adultes, dans nos retranchements lorsqu’ils enchaînent les pourquoi ».

Contacts :

Sources  :

RETOURNER À : 

[maxbutton id="9" ]

[maxbutton id="10" ] [maxbutton id="11" ]  [maxbutton id="12" ]  [maxbutton id="13" ]  [maxbutton id="14" ]

ParBernard Delvaux

Décloisonner les classes : un projet-pilote au cours de français

tae-Mus-verre

Afin de se libérer des cloisons traditionnelles que l’école impose en regroupant les élèves par année d’étude et souvent par option, plusieurs enseignantes et enseignants de français ont décidé de mener cette année un projet-pilote qui repose sur des ateliers interclasses (5e et 6e années).

En partant du constat qu’il n’est pas simple d’adapter un cours aux 30 élèves de la classe qui n’ont pas les mêmes besoins ou les mêmes rythmes d’apprentissage, plusieurs professeurs tentent cette année de mélanger leurs élèves et de leur proposer un parcours « à la carte » composé de multiples ateliers auxquels assister suivant leurs besoins et envies.

Ces projets et ateliers auront lieu cette année dans le cadre du Prix des Lycéens du Cinéma belge francophone organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Tous les élèves visualiseront collectivement les films de la sélection 2017-2018 et réaliseront en sous-groupes (composés d’élèves d’années d’étude différentes) un projet qui aboutira à une production originale à propos d’un ou plusieurs films (réalisation d’une bande-annonce, d’une campagne de pub, d’un site internet…) et qui exercera plusieurs compétences du cours de français.

Pour ce faire, les élèves s’inscriront par groupe à des ateliers organisés toutes les deux semaines par les professeurs et qui répondront aux besoins spécifiques de leur projet de groupe et les initieront à des compétences peu travaillées traditionnellement à l’école : la communication non violente, la gestion de groupe et de projet…

Une large part d’autonomie est laissée aux élèves afin de leur permettre de faire des choix personnels (type de projet, ateliers choisis…), ce qui renforcera leur motivation et leur bien-être à l’école.

D’un point de vue organisationnel, la seule exigence de ce projet est d’avoir une plage-horaire (de 2 heures) commune à l’ensemble des classes impliquées et de collaborer activement entre professeurs en s’appuyant sur leurs compétences respectives.

Au-delà des plus-values pour les élèves, le dispositif favorise donc le travail collaboratif entre enseignant-e-s (échange de pratiques, réflexivité, co-enseignement…) et facilite l’organisation d’événements (invitation de personnes extérieures, diffusion de films, participation à des concours…).

Cette initiative fait écho au Manifeste : Endiguer le formatage scolaire en transformant les habitudes de travail des enseignants et enseignantes. Contrer la logique de compétition et de l’individualisme en favorisant la solidarité entre élèves, leurs rythmes d’apprentissage respectifs et singuliers. Préserver et entretenir l’appétit d’apprendre.

Contacts :

RETOURNER À : 

[maxbutton id="9" ]

[maxbutton id="10" ] [maxbutton id="11" ]  [maxbutton id="12" ]  [maxbutton id="13" ]  [maxbutton id="14" ]

ParTout autre école

Ecolaborative

Tae_Ecolaborative

Réseau de classes alternatives gratuites
2 axes
– Création d’un réseau de classes ou d’écoles.
– Guide collaboratif pour monter ses classes/écoles.
L’objectif premier d’Ecolaborative est de créer un réseau de classes multiâges aux « pédagogies actives » dans des écoles « traditionnelles » tous réseaux confondus. Elles seront composées d’une trentaine d’enfants de 2 ans 1/2 à 12 ans avec 2 enseignant-e-s par classe. Les enfants bénéficieront d’un enseignement de type « alternatif » , mais en profitant de la « gratuité » des établissements publics. En résumé Ecolaborative c’est l’élaboration d’un « Ecosystème permettant de reconnaître, de respecter et de renforcer les compétences naturelles de l’enfant. » Le second objectif est de concevoir en collaboration un guide visuel, pédagogique pour lancer dans le système scolaire des écosystèmes. Ces derniers permettront de mettre en place les meilleures pratiques (validées par des expert-e-s) tout en facilitant la tâche des enseignant-e-s.
Etat d’avancement
1. Création d’une première classe ecolaborative (1, 2 et 3 mat.) pour sept 2017 à Quevaucamps.
2. Projet d’une classe de 2 ans 1/2 à 12 ans pour septembre 2018 à Péruwelz.
Nos objectifs ?
• Développer l’nseignement mutuel : collaboration.
• Désynchroniser : chacun à son rythme.
• Développer les « intelligences multiples ».
• Diminuer le fossé entre maternelle et primaire.
• Eviter les redoublements.
• Favoriser les échanges (enseignants/parents/enfants)
• Développer l’auto-discipline dans le travail
• Développer l’ouverture sur la vie, les valeurs, la nature et l’éthique.

Cette initiative fait écho au Manifeste. « En luttant contre les inégalités, nous refusons une école à l’image de la société d’aujourd’hui. En nous opposant à une école du formatage, nous refusons l’école d’hier. Et en oeuvrant pour une école à la hauteur des défis du XXIe siècle, nous réclamons une école à l’image d’une société désirable pour demain. »

Contact : guillaume@ecolaborative.be

Source : http://ecolaborative.strikingly.com

Retourner à : 

[blox_button text= »Tout Autre Chose » link= »http://www.toutautrechose.be » target= »_self » button_type= »btn-warning » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Tout Autre Ecole » link= »http://www.toutautrechose.be/tae » target= »_self » button_type= »btn-danger » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Ressources » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources » target= »_self » button_type= »btn-success » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Initiatives » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources-initiatives » target= »_self » button_type= »btn-danger » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Transformer une école » link= »https://www.toutautrechose.be/tae-ressources-transformer » target= »_self » button_type= »btn-danger » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/]

ParBernard Delvaux

Un labo créatif en haute école

imaginationUn labo créatif au sein de la formation en sciences humaines à l’HENALLUX Malonne.

Une équipe de professeurs de la section géographie, histoire et sciences sociales (GHS) de l’HENALLUX, département pédagogique de Malonne, s’est lancée dans la création d’un Creative School Lab (CSL). La finalité de ce projet consiste à mettre en place une section créative dans l’enseignement supérieur afin de développer un enseignement créatif dans le secondaire.

Il s’agit de replacer l’étudiant au centre des apprentissages, envisager autrement l’enseignement en faisant appel à d’autres méthodes, permettre à l’étudiant de retrouver le plaisir d’apprendre, instaurer d’autres relations : d’une part entre le professeur et les apprenants, et d’autres part entre les apprenants.

Nous faisons appel entre autres à différentes techniques créatives telles que la pensée divergente, le brainstorming, la table de concassage, le diagramme d’Ishikawa, l’improvisation, le Design Thinking, Mind Map… Ces différentes méthodes visent à développer la créativité, l’interdisciplinarité, la responsabilisation, la collaboration entre pairs et la confiance en soi.

Un espace adapté, un CSL, est nécessaire pour pratiquer les démarches pédagogiques de manière intégrée. Cela permet une mise en œuvre complète du processus. Les étudiants sont acteurs du processus, de la conception à la diffusion : création, testing, ajustement en ce y compris la gestion du matériel numérique.

Il s’agit d’un espace intelligent, pédagogique, d’échanges, de travail, de collaboration, d’un espace technologique… Le CSL est ouvert et modulable pour favoriser la mise en place de pédagogies alternatives, avec différentes zones (zone de travail collectif, zone de réflexion, zone de détente,…). Cet espace favorise la créativité et renforce les changements de postures de l’enseignant et de l’apprenant.

Au travers des différentes activités (AFP, préparation du voyage à Rome, ateliers créatifs,…), enseignants et étudiants, chercheurs audacieux, collaborent et apprennent les uns des autres, partagent les ressources, inventent, expérimentent et analysent les plus-values des nouveaux dispositifs et outils technologiques. Ils réinventent les postures possibles de l’enseignant et de l’apprenant.

Renseignements : Béatrice Colignon colignon.bea@gmail.com

RETOURNER À : [blox_button text= »Tout Autre Chose » link= »http://www.toutautrechose.be » target= »_self » button_type= »btn-warning » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Tout Autre Ecole » link= »http://www.toutautrechose.be/tae » target= »_self » button_type= »btn-danger » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Ressources » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources » target= »_self » button_type= »btn-success » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Idées » link= »http://www.toutautrechose.be/tae-ressources-idees » target= »_self » button_type= »btn-info » size= »btn-sm » icon= »icon-share-alt » align= »left » animation= »none »/] [blox_button text= »Apprendre comment ? » link= »http://www.toutautrechose.be/ressources_apprendre_comment » target= »_self » button_type= »btn-default » size= »btn-sm » icon= »fa-search » align= »left » animation= »none »/]